Le Petit Bonhomme de pain d'épices

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le personnage de contes de fées. Pour le biscuit traditionnel, voir Bonhomme de pain d'épices.

Le Petit Bonhomme de pain d'épices est un biscuit en pain d'épices anthropomorphe qui est le personnage central de plusieurs contes de fées, notamment anglais, dans lequel il prend vie et tente de fuir divers poursuivants, finissant habituellement entre les mâchoires d'un renard. De nombreuses variantes de cette histoire existent, dans lesquelles le personnage est parfois une crêpe ou une autre pâtisserie, et notamment une galette dans le très célèbre "Roule Galette".

Petit bonhomme de pain d'épices traditionnel

Origine[modifier | modifier le code]

La première apparition du Petit Bonhomme de pain d'épices eu lieu en mai 1875 dans un conte du magazine américain St Nicholas Magazine. Divers contes concernant des aliments en fuite ont existé, avec une prédominance, dans l'Europe du XIXe siècle, pour les crêpes. L'utilisation d'un personnage en pain d'épices est unique aux États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le conte de 1875, une vieille femme cuit dans son four un bonhomme en pain d'épices qui s'en échappe et s'enfuit dans la campagne. Elle se lance à sa poursuite avec son mari, mais sans succès. Par la suite, le petit personnage rencontre divers fermiers et animaux de la ferme et s'enfuit en chantant toujours la même ritournelle :

De chez une petite vieille je me suis enfui,
d'un petit vieux aussi,
et je peux m'enfuir loin de vous, je vous dis !

La fable se termine lorsqu'un renard attrape le petit bonhomme et le mange en criant qu'il se fait dévorer :

J'ai un quart de parti… la moitié… les trois quarts ont disparu… je suis entièrement mangé ![1]

Analyse du conte original[modifier | modifier le code]

Rôle de la femme[modifier | modifier le code]

Heidi Anne Heiner annote l'introduction du conte de 1875 (Je vais maintenant te raconter une histoire que l'arrière-grand-mère de quelqu'un a raconté à une petite fille il y a tant d'années…) comme affirmant le rôle de conteuse des femmes et commente qu'il est intéressant de remarquer la chaine de conteuses présentée dans cette introduction. Une grand-mère parle d'une petite fille qui transmet apparemment maintenant l'histoire en tant qu'adulte à une autre génération. Bien qu'il s'agisse d'un processus littéraire, il confirme le rôle des femmes en tant que conteuse et chef cuisinière, lieu où le pain d'épices est préparé[1]

Principe narratif[modifier | modifier le code]

Dans l'histoire originelle, les différentes actions s'accumulent tout au long du récit. Il n'y a pas d'intrigue développée, mais tout repose sur le rythme et la répétition d'une même action (à savoir la poursuite du petit bonhomme en pain d'épice par de nombreux personnages). Ce genre de récit est appelé « conte sériel » ou « conte cumulatif »[2].

Timbre ukrainien illustrant la fable du kolobok.

Variantes[modifier | modifier le code]

Kolobok[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Kolobok.

Dans la tradition populaire slave et surtout en Ukraine et en Russie, un conte similaire met en scène un kolobok (колобок en russe). Il s'agit d'une boule de pâte frite dans l'huile ou cuite au four.

Un vieil homme demande à sa femme de lui préparer un kolobok ; celle-ci, après avoir rassemblé le peu de farine qu'il leur restait pour le préparer, le laisse refroidir sur le rebord de la fenêtre. Le kolobok en profite pour s'enfuir en roulant. Il échappe successivement à un lièvre, un loup et un ours, en leur chantant à chaque fois une même ritournelle, et se fait finalement manger par une renarde.

Ce conte a été adapté en français par Natha Caputo sous le titre Roule Galette (Flammarion, collection des Albums du Père Castor).

Autres histoires d'aliments en fuite[modifier | modifier le code]

En 1854, Karl Gander écrivit La Crêpe en fuite (Der fortgelaufene Eierkuchen), un récit qu'il tenait d'un colporteur du village d'Ögeln et qu'il publia dans le Niederlausitzer Volkssagen, vornehmlich aus dem Stadt- und Landkreise Guben, no. 319[3].

Joseph Jacobs publia Johnny-Cake en 1890, dans son livre Les Contes de fées anglais (English Fairy Tales). Johnny-cake roule comme le kolobok, pour finir dans l'estomac d'un renard rusé. En 1894, il publia Davantage de contes de fée anglais dans lequel il raconta l'histoire de The Wee Bannock, un conte écossais avec un pain bannock pour héros[1].

Dans l'histoire d'Eric Kimmel, La Tortilla en fuite, écrite en 2000, une tortilla roule dans le désert, échappant à des singes, des serpents et des cow-boys, mais est défaite par un coyote.

La Fuite du latkes est une autre version, écrite par Leslie Kimmelman en 2000.

Une version chinoise existe avec la comptine de nouvel an de de Ying Chang, datant de 2001, Le Gâteau de riz en fuite.

Arrêtez ce cornichon est une histoire de 2005, par Peter Armour, à propos d'un cornichon qui fuit divers personnages dont du beurre de cacachuète et un sandwich.

Réutilisation du bonhomme de pain d'épices[modifier | modifier le code]

Dans les années 1900 un personnage en pain d'épice récurrent était connu sous le nom de John Dough aux États-Unis. Dans une comédie musicale de A. Baldwin Sloane, Le bonhomme de pain d'épices, il s'agit d'un personnage ne craignant pas de se faire manger. Dans plusieurs nouvelles de L. Frank Baum (John Dough and the Cherub et The Road to Oz), John Dough est un bonhomme de pain d'épices qui a peur de se faire manger mais qui, finalement, sacrifie sa main pour sauver la vie d'un enfant.

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Petit Bonhomme de pain d'épice est une œuvre pour enfants d'Anne Fronsacq, illustrée par Gérard Franquin (Albums du Père Castor Flammarion, 2007)
  • Le petit bonhomme de pain d'épices Tibiscuit est un personnage de la série de films Shrek.
  • Stephen écrivit, en juin 2007, la nouvelle The Gingerbread Girl, une nouvelle qui fut incluse en 2008 dans la collection Just After Sunset. Elle est aussi sortie en mai 2008 sous forme de livre audio.
  • Le coywboy de pain d'épices est un livre pour enfant de Janet Squires
  • Joan Holub écrivit en 2002 Le garçon de pain d'épices va à l'école
  • Dans l'histoire de Lisa Campbell La fille de pain d'épices, écrite en 2006, les « créateurs » du petit bonhomme, attristés, créent une fille en pain d'épices pour le remplacer. Celle-ci déjoue les ruses du renard et vit heureuse pour toujours.
  • Dans le jeu Overlord: Dark Legend sur Wii, l'un des types d'ennemis du joueur est une race de bonhommes en pain d'épices, mais de taille humaine.

Le personnage peut aussi subir quelques décalages par rapport à celui d'origine :

  • le petit bonhomme de pain d'épices est un tueur en série dans deux nouvelles de Jasper Fforde de la série Brigade des Crimes pour Enfants : The Big Over Easy (2005) et The Fourth Bear (2006) ;
  • The Gingerbread Man est un film de Charles Band sorti en 2005 et qui raconte l'histoire d'un bonhomme de pain d'épices possédé par un tueur en série[4].
  • Le Petit Ours en Pain d'Épice est un conte de Pernette Chaponnière (Bourrelier, 1948). Le petit ours s'enfuit de chez le marchand forain pour vivre sa vie, il est poursuivi par des enfants, un chien, avant de rencontrer un ours véritable qui manque de le croquer. Il finit par regagner la baraque foraine.
  • Le Petit Cochon de pain d'épice est une œuvre de Léopold Chauveau, illustrée par José et Jean-Marie Granier (Éditions La farandole, 1959).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) SurLaLune: The Annotated Gingerbread Man
  2. G. Genette, Figures III, Paris, Seuil (Poétique), 1972, p. 146-147
  3. (en) Ashliman, D. L., ed. and transl.. "The Runaway Pancake: folktales of Aarne-Thompson type 2025." consulté le 2 novembre 2008.
  4. Fiche Imdb

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]