Le Patriote français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Patriote.

Le Patriote français est un journal créé par Jacques Pierre Brissot qui parut du 28 juillet 1789 au 2 juin 1793. Qualifié de « pièce maîtresse de l'histoire de la Révolution » dans le Dictionnaire historique d'Albert Soboul[1], il a eu notamment un grand rôle dans la propagande pour la déclaration de guerre de 1792.

Historique[modifier | modifier le code]

Un prospectus du 16 mars 1789 informait la population de la façon suivante : « Nous nous proposons de publier un journal politique, national, libre, indépendant de la censure et de toutes pièces d'influence ». Pour sa vigueur dans ses propos, Jacques Pierre Brissot fut recherché par la police du roi, il ne put faire paraître qu'un seul numéro avant la réunion des états généraux.

De ce journal, Jacques Pierre Brissot fit une tribune des idées révolutionnaires, il y rendait compte d'une façon très vivante des débats qui avaient lieu à l'Assemblée, il demanda le concours de Condorcet, Étienne Clavière, Henri Grégoire, ainsi que Jérôme Pétion et bien d'autres députés.

À partir d'octobre 1791, Brissot confie entièrement son journal à Girey-Dupré, pour se concentrer sur son mandat de député, avant de reprendre la rédaction du compte-rendu de l'Assemblée au 1er janvier 1792. Le Patriote français  « jusqu'alors considéré comme un organe national, pouvait bien [...] ne plus être considéré que comme la tribune d'un parti qui ne tarda pas à s'appeler parti Brissot, et, plus tard, parti des Brissotins. » [2]

C'est ainsi qu'il enclenche une campagne vigoureuse pour la guerre, entretenant une « psychose de guerre »[3] dénonçant la menace émigrée et étrangère. L'équipe de rédaction opère un crescendo dans le discours en partant des émigrés, passant par les princes allemands pour atteindre l'empereur. Cette politique mènera à la déclaration de guerre du 20 avril 1792[4].

Quelques extraits[modifier | modifier le code]

Le Patriote français du 31 janvier 1793

«Suivi de ses dévôts

de sa cour entouré

Le dieu des sans-culottes

Robespierre est entré

Je vous dénonce tous, cria l'orateur blême

Jésus ! Ce sont des intrigants :

Ils se prodiguent un encens

Qui n'est dû qu'à moi-même»

Sources[modifier | modifier le code]

Jean Tulard, Jean-François Fayard et Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de la Révolution française. 1789-1799, éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1987, 1998 [détail de l’édition]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Laborie, Études sur le Patriote français, journal libre impartial et national, Diplôme d'Étude supérieure, Toulouse, 1959-1960.
  • Quentin Laurent, Jacques-Pierre Brissot et le Patriote français. La stratégie de la guerre, master 1, ss. dir. P. Serna, Paris, IHRF, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Les 1207 numéros du Patriote français sont disponibles en version numérisée sur le site Gallica

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Dorigny,« Le Patriote français», Dictionnaire historique de la Révolution française, Albert Soboul (dir.), Paris, PUF, 1989, p. 826
  2. Léonard Gallois, Histoire des journaux et des journalistes de la Révolution française, Paris, Bureau de la Société de l'industrie fraternelle, 1845-1846, p. 236.
  3. Georges Michon, Robespierre et la guerre révolutionnaire, Paris, M. Rivière, 1937, p. 21
  4. Quentin Laurent, (dir. Pierre Serna), Jacques Pierre Brissot. Genèse et stratégie d'un projet politique et diplomatique. Du début de la Législative à la déclaration de guerre d'avril 1792, Paris, IHRF (mémoire de master 2 en Histoire), 2011, 206 p. (cote : Z 1070) [fiche sur le site de l'IHRF]