Le Passage du canyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Passage du canyon

Titre original Canyon Passage
Réalisation Jacques Tourneur
Scénario Ernest Pascal
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Walter Wanger Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western
Sortie 1946
Durée 92 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Passage du canyon (Canyon Passage) est un film américain réalisé par Jacques Tourneur, sorti en 1946.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Logan Stuart accepte d'accompagner Lucy Overmire, la fiancée de son ami George Camrose, de Portland à Jacksonville. Au cours du voyage, Logan et Lucy se sentent attirés l'un par l'autre. Il s’arrêtent en cours de route dans la ferme de Ben Dance où Logan retrouve son amie Caroline Marsh.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non crédités :

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • « Rogue River Valley », « I'm Gettin' Married in the Mornin' », « Silver Saddle », paroles et musique de Hoagy Carmichael
  • « Ole Buttermilk Sky », musique de Hoagy Carmichael, paroles de Jack Brooks

Distinction[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

  • Recettes[2] :
    • États-Unis : 3 464 264 $
    • Étranger : 1 624 074 $
    • Total : 5 088 338 $
  • Profits[2] : 446 441 $
  • Pour Jean Tulard, le film est une synthèse de tous les ingrédients du western : la mayonnaise prend grâce à une vigoureuse mise en scène de Tourneur[4].
  • Martin Scorsese dira de Tourneur que parmi ses plus grands films, il en est un qui reste encore à reconnaître : Canyon Passage, western d'une splendeur discrète, un des plus beaux jamais réalisés (…) il est sorti à peu près au même moment que Duel au soleil (de King Vidor) (…) Duel au soleil est un gros film hyperexpressioniste et tape-à-l'œil. Le Passage du canyon est modeste et d'une exquise subtilité[2].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Premier western et premier film en couleurs de Jacques Tourneur (et l'un de ses rares gros budgets), Le Passage du canyon est à l'image de sa filmographie tout entière : insolite, étrange, habitée d'une angoisse diffuse. Jacques Lourcelles affirme avec netteté : " (…) Tourneur coiffe tout le monde au poteau en signant une œuvre où rien ne se déroule comme avant, où aucun personnage n'obéit aux règles immuables du genre. (…) Désormais le western, affinant son réalisme, pulvérisant ses mythes et son manichéisme ancestral, ne va plus cesser de réfléchir sur lui-même, sur ses valeurs, sur les névroses et la soif d'équilibre de ses personnages. (...) À y regarder de près c'est ici que cette réflexion, cette révolution commence : Canyon Passage, 1946. Date essentielle, film essentiel." (in : Dictionnaire du cinéma : les films, Éditions Robert Laffont).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon une note sur le site de l'AFI (Cf. lien externe)
  2. a, b, c et d Feux croisés, le cinéma américain vu par ses auteurs, sous la direction de Bill Krohn, Institut Lumière / Actes sud
  3. IMDB, consulté le 4 septembre 2009
  4. Guide des films, Robert Laffont