Le Passage (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Passage.
Le Passage
Le château du Passage.
Le château du Passage.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Canton de Virieu
Intercommunalité Communauté de communes des Vallons de La Tour du Pin
Maire
Mandat
Laurent Michel
2014-2020
Code postal 38490
Code commune 38296
Démographie
Population
municipale
780 hab. (2012)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 00″ N 5° 30′ 46″ E / 45.5333333333, 5.5127777777845° 32′ 00″ Nord 5° 30′ 46″ Est / 45.5333333333, 5.51277777778  
Altitude 471 m (min. : 365 m) (max. : 521 m)
Superficie 6,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Le Passage

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Le Passage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Passage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Passage
Liens
Site web www.le-passage-en-dauphine.fr

Le Passage est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Proche de la Tour-du-Pin et Les Abrets, au carrefour de Lyon, Chambéry et Grenoble. Le village est situé aux portes des Alpes.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat continental. Froid, pluvieux et neigeux en hiver. Relativement chaud et sec en été.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Grande Rue en 1908.

La légende raconte que c'est par ce village que serait passé le Carthaginois Hannibal Barca, ses éléphants et son armée, lors de la Deuxième Guerre punique (IIIe siècle avant J.-C), pour se rendre en Italie. En effet un bouclier carthaginois fut retrouvé lors de fouilles[réf. nécessaire]. C'est en partie pour cette raison que le village fut nommé Le Passage.

Le bouclier retrouvé serait en réalité un bouclier mérovingien, et l'origine du nom du village serait en réalité lié à la facilité de l'itinéraire emprunté pour relier les deux vallées « Pas sage » (passage facile pour traverser), contrairement au village de Panissage « Pas non sage » (passage difficile).

Économie[modifier | modifier le code]

Le village dispose d'une épicerie ainsi que de deux restaurants. L'économie du village repose sur l'agriculture, l'artisanat et le commerce.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1960 2002 M. Barbier Camille    
Les données manquantes sont à compléter.
2002 2008 M. Laurent Michel    
Les données manquantes sont à compléter.
2008 2014 M. Laurent Michel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 780 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
774 775 894 822 940 922 910 874 842
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
832 824 844 838 842 766 819 807 759
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
696 644 639 552 523 518 520 463 449
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
360 343 339 431 516 648 727 749 766
2012 - - - - - - - -
780 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château du Passage, des XVe, XVIIe et XIXe siècles, fait l'objet d'un classement et d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du 17 juillet 1972 : les deux salons et la chambre du rez-de-chaussée de l'aile sud (avec leur décor) et le grand escalier (avec la cage) sont classés ; la chapelle, les façades et les toitures, la salle à manger du rez-de-chaussée et la salle de billard (avec leur décor) sont inscrites[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joachim Jérôme Quiot du Passage, châtelain du Passage, général d'Empire qui s'illustre à Waterloo.
  • Le général La Fayette, en revenant de Vizille où il est allé rendre visite à sa petite-fille, est invité par M. Sapey, ancien sous-préfet, à passer la nuit du 3 au 4 septembre 1829 dans sa maison de campagne située au Passage. Un banquet est dressé où sont invitées plus de soixante personnes parmi lesquelles MM. Lanet aîné (négociant), Chevallier (notaire), Dioque (ancien conservateur des hypothèques à Genève). La Fayette se retire à 23 heures pour aller se coucher. le lendemain, il se rend à Bourgoin en passant par Cessieu.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :