Le Pari (nouvelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Pari.
Le Pari
Publication
Auteur Anton Tchekhov
Titre d'origine Пари
Langue Russe
Parution Drapeau : Russie 1889 dans
Temps nouveaux no 4613

Le Pari est une nouvelle d'Anton Tchekhov, parue en 1889.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Pari est initialement publié dans la revue russe Temps nouveaux, numéro 4613, de 1889[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Un vieux banquier se rappelle les termes et les circonstances d’un pari qu’il avait tenu quinze années auparavant. Lors d’une discussion sur la peine de mort, un étudiant avait affirmé que la prison était préférable à la mort. Le banquier lui avait répondu que lui, l’étudiant, était incapable de tenir cinq années en prison. L'étudiant fait le pari de tenir quinze années contre la somme de deux millions de roubles. Bientôt enfermé dans une cabane au fond du jardin, ne communiquant que par des notes, l’étudiant joue du piano, puis lit des romans légers, puis lit des classiques puis réclame du vin, puis étudie les langues, six au total, puis la philosophie, puis la lecture de l’Évangile, puis de la théologie.

La veille de sa libération, le vieux banquier s’inquiète. Presque ruiné, les deux millions qu’il devra donner le mettront sur la paille. Il rentre dans la cabane pendant le sommeil de l’étudiant et lit une lettre que l’étudiant lui destine dans laquelle il raconte son cheminement intellectuel durant ces quinze années. Le mépris qu’il a maintenant pour les biens matériels et le fait qu’il quittera sa prison cinq heures avant le terme pour prouver son mépris.

Au matin, on annonce au banquier que l’homme est parti.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Pari, page 1010, traduit par Édouard Parayre, Éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1970 (ISBN 2-07-010550-4)

Édition française[modifier | modifier le code]