Le Parfum de la dame en noir (film, 2005)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Parfum de la dame en noir.

Le Parfum de la dame en noir

Réalisation Bruno Podalydès
Scénario Bruno Podalydès
Acteurs principaux
Pays d’origine France
Sortie 2005
Durée 115 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Parfum de la dame en noir est un film français réalisé par Bruno Podalydès, sorti en 2005. Il est inspiré du roman éponyme de Gaston Leroux. C'est la suite du Mystère de la chambre jaune réalisé en 2003 par le même réalisateur.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Joseph Rouletabille est hanté par une femme qui venait le visiter, enfant, au pensionnat et dont il conserve le souvenir obsédant du parfum. Tandis qu'il s'en ouvre à Sainclair, son fidèle acolyte, il apprend que son amie Mathilde Stangerson convolant en voyage de noces avec son mari Robert Darzac, est en danger. Il s'empresse de la rejoindre, craignant le retour de l'illusioniste et intrépide Ballmeyer.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

La plupart des scènes du film sont tournées sur l'île de Port-Cros[1]. La scène à l'intérieur de l'internat est tournée au Lycée Janson-de-Sailly à Paris[2]. La première scène est tournée au Château de Villemolin comme Le Mystère de la chambre jaune.

Analyse[modifier | modifier le code]

Analogie avec Tintin[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Vincent Malausa dans le magazine Chronic'art s'est enthousiasmé pour le film. Il n'hésite pas à parler du « chef d’œuvre de la fratrie Podalydès » et du « plus grand film français de l'année »[3].

Dans Libération, Antoine de Baecque est plus réservé et trouve le film « réussi par instants »[4].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Précédentes adaptations du roman de Gaston Leroux :


  • Les sculptures ont été réalisées par Nini Geslin[1].
  • Le tableau peint tout au long du film par le professeur Stangerson, incarné par Michael Lonsdale, a été réellement peint par ce dernier[1].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Voir le générique du film.
  2. a et b Voir les bonus du DVD
  3. Vincent Malausa, « Le Parfum de la dame en noir », Chronic'art,‎ 2005 (lire en ligne)
  4. Antoine de Baecque, « Podalydès se rit de Leroux », Libération,‎ 14 septembre 2005 (lire en ligne)