Le Père tranquille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Père tranquille

Réalisation René Clément
Scénario Noël-Noël
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Sortie 1946
Durée 95 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Père tranquille est un film français réalisé par René Clément et sorti en 1946.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En France pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l'occupation allemande, Édouard Martin qui a toute l'apparence d'un père tranquille, est un chef important de la résistance à l'insu de sa famille. Il est secondé par Simon et Pelletier qui est secrètement amoureux de sa fille Monique. Celle-ci découvre les activités de son père et voit naître son amour pour Pelletier. Alors que se prépare une action sur l'usine voisine, le jeune Pierre Martin s'enfuit de la maison pour rejoindre le maquis. Pour éloigner sa famille et les voisins du bombardement de l'usine, Édouard Martin organise les fiançailles de Pelletier et de sa fille en ville, ce qui alerte la police allemande qui l'arrête. Blessé mais sauvé par les maquisards, le père tranquille est reconnu avec fierté par son fils.

Cette histoire est tirée de faits réels, qui se sont déroulés dans la ville de Woippy en Moselle, où le père tranquille, Jean Ernest Kempnich, horticulteur de profession, résista aux nazis. Le film lui se déroule à Confolens en Charente.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Noël-Noël a participé activement à la réalisation et c'est aussi lui qui a dessiné l'affiche du film.
  • Le spectateur est amené à croire que le père de famille dont il est question dans le film traverse la guerre craintivement, mais sa soumission apparente lui permet de mieux résister, comme un reflet de ce que souhaitaient les français[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un merveilleux malheur, Boris Cyrulnik, p. 135

Liens externes[modifier | modifier le code]