Le Nouveau Détective

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Détective (homonymie).
Le Nouveau Détective
Détective (1928-1940)
Qui ? Détective
(1946-1958)
Détective
(1958-1979)
Qui ? Police
(1979-1982)
Le Nouveau Détective
(depuis 1982)[1]

Pays France
Langue français
Périodicité hebdomadaire paraissant le mercredi
Genre faits divers
Prix au numéro 1,60 euros [2]
Diffusion 233 264 ex. (1999 [3])
Date de fondation 1928
Date du dernier numéro en cours
Éditeur Éditions Nuit et Jour [4]
26, rue Vercingétorix [4]
75685 Paris Cedex 14 [4]

Directeur de publication Gabriel de Mortemart [4]
Directeur de la rédaction Gabriel de Mortemart [4]
Rédacteur en chef pas de rédacteur en chef mais un rédacteur en chef adjoint, Dimitri Sani [4]
ISSN 0753-4000

Détective est un magazine hebdomadaire français de faits divers édité par ZED-publications, société d'édition créée par Gaston Gallimard en 1928.

Historique[modifier | modifier le code]

Le titre créé par Henri La Barthe, encore balbutiant, est racheté dès 1928 par Gaston Gallimard qui en fera immédiatement un hebdomadaire à succès. Vendu à plus de 250 000 exemplaires, il est dirigé par le frère de Joseph Kessel, Georges Kessel. Sa parution s’interrompt en 1940.

Vendu au groupe Beyler (Éditions Nuit et Jour) sa parution reprend en 1946 sous le titre Qui ? Détective puis à nouveau sous le titre Détective. À la suite d'une interdiction du titre (à l’affichage et à la vente aux mineurs[5]) la publication devient Qui ? Police (1979-1982) puis Le Nouveau Détective (LND). Il existe un précédent célèbre d’un tel contournement, celui de la Nouvelle Revue française qui anticipa sur la levée d’une interdiction pour cause de collaboration en paraissant à nouveau après la deuxième guerre d’abord avec le titre la Nouvelle Nouvelle Revue française

La relation du fait-divers[modifier | modifier le code]

Le Nouveau Détective contemporain se singularise, dans la presse, par son traitement du faits divers plus proche du roman-feuilleton du XIXe siècle ou de la nouvelle policière que de l'article de presse[6], par le biais de la rédaction au présent de l'indicatif, de la présence de dialogues, de la restitution du regard des protagonistes, du registre langagier du roman policier, d'une organisation du récit visant à entretenir le suspense, par l'absence de mention des sources et enfin l'effacement du journaliste qui adopte la posture d'un témoin direct du fait-divers plutôt que celle d'un enquêteur[7]. Il construit ainsi un monde fictionnel du quotidien où, à la normalité des victimes, s'oppose l'anormalité des agresseurs qui remettent en cause l'ordre social[8].


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elisabeth Cossalter, Catherine Dessinges, « Le Nouveau Détective : vers une sociologie de l'énonciation », Jean-Pierre Esquenazi, Fictions et figures du monstre (Médias et Culture, numéro spécial mars 2008), L'Harmattan, 2008, 142 p. (ISBN 9782296194977) p. 25-34
  • Christophe Deleu, « Le monde selon le Nouveau Détective : quand le fait divers renonce au réel », Les cahiers du journalisme, n°14, 2005, p. 76-92, Lire en ligne
  • Annik Dubied, « Les (auto-)références au passé dans le nouveau Détective, ou quand le fait divers revisite son histoire », Béatrice Fleury-Vilatte (dir.), Récit médiatique et Histoire. Actes du colloque de Nancy des 4, 5 et 6 novembre 1999, Paris, L’Harmattan / INA (Les médias en actes), 2003, 464 p. (ISBN 9782747539616)
  • Annik Dubied, Les dits et les scènes du faits divers, Droz, 2004, 356 p. (ISBN 9782600008907), p. 29 et suiv.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur les quatre titres successifs, voir Annik Dubied, Les dits et les scènes du fait divers, Genève : Droz, 2004, 356 pages, illustré, 23 cm, ISBN 2-600-00890-X, pages 30.
  2. Prix indiqué sur la couverture du Nouveau Détective, n° 1593 du (mercredi) 27 mars 2013.
  3. Annik Dubied, Les dits et les scènes du fait divers, Genève : Droz, 2004, 356 pages, illustré, 23 cm, ISBN 2-600-00890-X, pages 30 : pour 1999 : tirage 323 505 exemplaires, diffusion payée 233 264 exemplaires, audience inconnue.
  4. a, b, c, d, e et f Le Nouveau Détective, n° 1593 du (mercredi) 27 mars 2013, « ours » figurant en page 3.
  5. Annik Dubied, Les dits et les scènes du fait divers, Genève : Droz, 2004, 356 pages, illustré, 22x15 cm, ISBN 2-600-00890-X, note 1 de la page 29.
  6. Elisabeth Cossalter, Catherine Dessinges, « Le Nouveau Détective : vers une sociologie de l'énonciation », Jean-Pierre Esquenazi, Fictions et figures du monstre (Médias et Culture, numéro spécial mars 2008), L'Harmattan, 2008, 142 p. (ISBN 9782296194977) p. 26, ainsi que Christophe Deleu, « Le monde selon le Nouveau Détective : quand le fait divers renonce au réel », Les cahiers du journalisme, n°14, 2005, p. 77
  7. Christophe Deleu, « Le monde selon le Nouveau Détective : quand le fait divers renonce au réel », Les cahiers du journalisme, n°14, 2005, p. 78-83.
  8. Christophe Deleu, « Le monde selon le Nouveau Détective : quand le fait divers renonce au réel », Les cahiers du journalisme, n°14, 2005, p. 87-88.