Le Noirmont (montagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Le Noirmont.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noirmont (homonymie).
Le Noirmont
Le Noirmont avec le lac des Rousses à l'avant-plan.
Le Noirmont avec le lac des Rousses à l'avant-plan.
Géographie
Altitude 1 567 ou 1 568 m[1],[2]
Massif Massif du Jura
Coordonnées 46° 29′ 03″ N 6° 06′ 57″ E / 46.48417, 6.1158346° 29′ 03″ Nord 6° 06′ 57″ Est / 46.48417, 6.11583  [1]
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Nyon
Géologie
Âge Malm et Crétacé (roches)
Roches Calcaires et marnes
Type Crêt

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Le Noirmont

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Le Noirmont

Le Noirmont est un sommet du massif du Jura culminant 1 567 m (ou 1 568 m selon les sources) d'altitude, situé dans le canton de Vaud, en Suisse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Noirmont n'évoque pas une couleur noire du sommet mais une apparence générale sombre due aux pentes boisées de cette montagne. Le mot noir et les différents dérivés en patois locaux de Suisse romande désignent souvent des cimes boisées[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Noirmont constitue un des derniers sommets du massif du Jura avant que celui-ci ne redescende sur le plateau suisse. Son sommet se trouve en Suisse, mais la frontière franco-suisse passe sur le bas ses pentes nord-ouest. Le sommet est inclus dans le périmètre de la commune suisse d'Arzier-Le Muids, dont il domine le village. À l'ouest, côté français, il domine le village des Rousses, ainsi que le lac du même nom[2].

Topographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Le Noirmont est principalement constitué de calcaires du Malm et du Crétacé, ainsi que de quelques niveaux marneux. La combe centrale du Creux de Croue est constituée à la base de marno-calcaires de l'Argovien, puis de calcaires organogènes, graveleux et oolithiques du Rauracien et du Séquanien. Les crêts et les flancs supérieurs sont constitués de calcaires sublithographiques et marneux du Kimméridgien ; la partie médiane des flancs est constituée de calcaires dolomitiques du Portlandien et la base du flanc de la vallée de Joux possède un soubassement marno-calcaire datant du Valanginien qui l'on retrouve aussi dans la petite combe du flanc oriental, en contact direct avec les calcaires kimméridgiens. Dans le fond du Creux de Croue, on trouve également des débris morainiques, ainsi que des tourbes[4],[5].

Le Noirmont est un petit anticlinal appartenant à la chaîne anticlinale du mont Tendre, orienté vers le sud-sud-ouest.

Sur le versant sud-est du Noirmont coule différents ruisseaux rejoignant la Promenthouse et l'Asse qui se jettent dans le lac Léman. Sur le versant nord-ouest d'autres ruisseaux alimentent le lac des Rousses, dans lequel coule l'Orbe affluent de l'Aar. À ce titre, le Noirmont se trouve sur la ligne de partage des eaux entre l'océan Atlantique et la mer Méditerranée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Noirmont sur la carte Dufour réalisée entre 1845 et 1864. On y voit la frontière franco-suisse passant au sommet.

Depuis la conquête du pays de Vaud par Berne en 1536, la frontière entre la confédération suisse et la Franche-Comté dans la région des Rousses reste floue. En 1612, Isabelle d'Autriche, qui règne sur la Franche-Comté, tente de trouver un accord avec le conseil de Berne sur le tracé clair d'une frontière dans ce secteur, mais sans succès. Pendant la période entre 1550 et 1640, les bernois multiplient leurs revendications sur ce territoire et y effectuent de nombreuses incursions. Un traité signé en 1648 place entre-autres la frontière entre la comté et la confédération sur la crête du Noirmont ; après la conquête de la Franche-Comté par la France, la frontière ne change pas jusqu'en 1862[6]. Cette année-là, un traité visant à régler le conflit de la vallée des Dappes fit un échange de territoire entre la France et la Suisse. La France obtint le versant occidental de la vallée des Dappes, la Suisse reçu une forêt sur le versant nord-ouest du Noirmont[7].

Activités[modifier | modifier le code]

Protection de la nature[modifier | modifier le code]

Le Noirmont est inclus dans le périmètre du parc naturel régional Jura vaudois, tandis que son flanc français est inclus dans le parc naturel régional du Haut-Jura[8]. Le sommet et son secteur nord-est figurent également à l'inventaire des districts francs fédéraux (n°30) ; cette zone est protégée en tant que zone d'habitat varié pour les mammifères et les oiseaux, afin de maintenir les populations de grand Tétras et protéger les animaux contre les dérangements[9].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au sud-est du sommet, se trouve la cabane du Carroz, un refuge de montagne propriété du Club alpin suisse[3]. Sur les pentes françaises du Noirmont, des remontées mécaniques ont été installées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cartes IGN consultées sur Géoportail.
  2. a et b Cartes de l'Office fédéral de topographie consultées sur le Géoportail.
  3. a et b Gilbert Künsi et Charles Kraege, Montagnes romandes : À l’assaut de leur nom, Cabédita,‎ 2001 [détail de l’édition] (ISBN 2-88295-319-4) page 21
  4. Carte géologique de la Suisse au 1/10 000e consultée sur map.geo.admin.ch.
  5. Carte géologique de la France au 1/50 000e consultée sur InfoTerre (feuille de Morez).
  6. [PDF] « Frontière d'hier et d'aujourd'hui », sur http://www.jura-tourism.com/,‎ 17 février 2012 (consulté le 3 octobre 2012), p. 134-135.
  7. Germain Hausmann, « Vallée des Dappes » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  8. Samuel Monnard, « Périmètre et communes », sur http://www.parcjuravaudois.ch/,‎ 2012 (consulté le 3 octobre 2012).
  9. [PDF] OFEV, « 30. Le Noirmont (VD) », sur http://www.bafu.admin.ch/,‎ 9 septembre 2004 (consulté le 3 octobre 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :