Le Nez (Chostakovitch)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Нос

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nez (homonymie).
Le Nez
Нос
Nbre d'actes trois actes et dix tableaux
Musique Dmitri Chostakovitch
Livret Ievgueni Zamiatine, Georgui Ionine, Alexander Preis et le compositeur
Sources
littéraires
nouvelle éponyme de Nicolas Gogol avec des emprunts aux Âmes mortes, La Nuit de mai, Tarass Boulba
Création 18 juin 1930
Théâtre Maly de Léningrad
Création
française
novembre 1979
Tourcoing

Le Nez (en russe Нос) est un opéra (op.15, en trois actes et dix tableaux) de Dmitri Chostakovitch sur un livret d'Ievgueni Zamiatine, Georgui Ionine, Alexander Preis et du compositeur, inspiré de la nouvelle éponyme de Nicolas Gogol avec des emprunts à trois œuvres du même auteur (Les Âmes mortes, La Nuit de mai et Tarass Boulba)[réf. nécessaire]. Il est créé le 18 juin 1930 au théâtre Maly de Léningrad. Créations françaises : en français par l'atelier lyrique du Rhin en novembre 1979 à Tourcoing, direction de Yves Prin, et en russe par l'Orchestre de chambre de Moscou en novembre 1981 à la salle Pleyel, direction de Guennadi Rojdestvenski.

Livret[modifier | modifier le code]

Tirée de la nouvelle Le Nez de Nicolas Gogol, l'argument narre les mésaventures d'un fonctionnaire de Saint-Pétersbourg auquel son nez fausse compagnie pour mener sa propre existence. L'argument se veut une satire féroce de la mentalité petite-bourgeoise. Kovaliov n'est en effet obsédé que par le « rôle » social de son nez. Sa seule préoccupation est celle de son apparence...

L'opéra fut écrit entre l'automne de 1927 et juillet 1928. Chostakovitch avait d'abord demandé à l'écrivain Evgueni Zamiatine, mais n'avait pas été très satisfait du résultat. Il n'hésita à d'autres d'écrire la livret.

En 1929, il fut critiqué par l'Association russe des musiciens prolétaires pour son « formalisme » (en jargon stalinien, son élitisme), et les premières critiques furent généralement mauvaises. Il n'y eut pas plus de seize représentations, et l'œuvre ne devait plus être jouée en Union soviétique avant 1974, quand Guennadi Rojdestvenski et Boris Pokrovsky (en) la réhabilitèrent.

Historique[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, Le Nez est reconnu comme un chef-d'œuvre de la période futuriste du compositeur. Il contient un entracte entre le deuxième et le troisième tableau du premier acte qui est une pièce pour percussions seules, une des toutes premières de la musique occidentale, juste après la Danse du crâne (Schädeltanz) de Ogelala (1925) de Erwin Schulhoff, mais avant Ionisations (1929-1931) d'Edgard Varèse.

Contenu de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Rôles[modifier | modifier le code]

L'œuvre compte plus de 70 rôles chantés, des rôles parlés, des rôles muets et des chœurs.

Rôles principaux Voix
Kovaliov, assesseur de collège Baryton
Le Nez Ténor
Ivan Iakovlevitch, barbier Basse
Prascovia Ossipovna, épouse du barbier Soprano
Le gendarme Ténor altino
Ivan Ténor
Le docteur Basse

Composition de l'orchestre[modifier | modifier le code]

Piccolo, flûte alto en sol, hautbois, cor anglais, clarinette, petite clarinette en mi bémol, clarinette en la, clarinette basse, basson, contrebasson
Cor, trompette, cornet, trombone
Percussions : triangle, tambourin, castagnettes, tambour, tom, crécelle, cymbales, caisse claire, tam-tam, glockenspiel, cloches, xylophone, flexatone
2 harpes, piano, balalaïka, domra,
Cordes

Acte I[modifier | modifier le code]

  1. Introduction
  2. Salon de barbier d'Ivan Yakovlévitch
  3. Quais de la Néva
  4. Intermède musical
  5. Chambre à coucher de Kovaliov
  6. Galop
  7. Cathédrale de Kazan

Acte II[modifier | modifier le code]

  1. Introduction
  2. Service des annonces d'un journal
  3. Largo
  4. Intermède musical
  5. Appartement de Kovaliov

Acte III[modifier | modifier le code]

  1. Relais de poste à la périphérie de Saint-Pétersbourg
  2. Salons de Kovaliov et de la Podtotchine
  3. Intermède

Épilogue[modifier | modifier le code]

  1. Appartement de Kovialov
  2. Perspective Nevski

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Avant-scène Opéra, no 141 N, mise à jour mars 2011
  • Krzysztof Meyer (trad. Odile Demange), Dimitri Chostakovitch, Paris, Fayard,‎ 1994, 604 p. (ISBN 978-2-213-59272-5), partie I, chap. VII (« 1927-1930 »)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]