Le Monde de Rocannon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Monde de Rocannon (titre original : Rocannon's World) est un roman de science-fiction, publié en 1966 (1972 pour la version française[1]) par Ursula K. Le Guin (États-Unis). Il fait partie d'un cycle intitulé le Cycle de l'Ekumen.

Présentation de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Le Collier [modifier | modifier le code]

Le roman est précédé d'une nouvelle, Le Collier.

Le Monde de Rocannon[modifier | modifier le code]

Rocannon, après avoir rencontré Semlé, s'intéresse à son monde d'origine, la deuxième planète de Fomalhaut. Il soutiendra l'arrêt des transferts de technologie vers celle-ci ainsi que de l'impôt que la Ligue de Tous les Mondes y prélevait.

Lors de son expédition ethnologique (en 321 de l'ère ...), son vaisseau sera détruit par un ennemi inconnu. Dans ce roman, la Ligue se prépare à une "Guerre À Venir" contre un ennemi non humain, mais d'emblée, Rocannon pense à une planète en rébellion, Faradée.

Rocannon essaye d'emblée de contacter les Argiliens, qui aidèrent Semlé, mais ils refusent sans raison de lui apporter de l'aide.

Rocannon découvre aussi dans son périple l'intérêt de la télépathie, phénomène qui n'est alors pas pris en compte par la Ligue.

Aidé de quelques autochtones de deux races, il trouvera la position de l'ennemi, traversera un continent pour parvenir à envoyer un message à la Ligue, indiquant la position des vaisseaux ennemis.

Si les vaisseaux de transport voyagent presque à la vitesse de la lumière, annulant le temps qui passe, c'est pour le transport des êtres vivants. Des vaisseaux robots hyperphotiques ainsi que les messages (grâce à l'ansible) peuvent voyager instantanément. Cela permettra à la guilde de détruire l'ennemi.

Rocannon se mariera sur place mais décédera avant qu'arrive une nouvelle expédition.

« Il ne sut donc jamais que la Ligue avait donné à ce monde son propre nom. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Livre de poche n°7029. (c) 1972 OPTA. Traduction Jean BailHache