Le Misanthrope ou l'Atrabilaire amoureux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Misanthrope (homonymie).
Le Misanthrope
ou l’Atrabilaire amoureux
Gravure de l’édition de 1719.
Gravure de l’édition de 1719.

Auteur Molière
Genre Comédie
Nb. d'actes 5 actes en vers
Lieu de parution Paris
Éditeur Jean Ribou
Date de parution 1667
Date de la 1re représentation en français 4 juin 1666
Lieu de la 1re représentation en français Paris
Compagnie théâtrale Théâtre du Palais-Royal
Metteur en scène Molière

Le Misanthrope ou l’Atrabilaire amoureux est une comédie de Molière en cinq actes (comportant respectivement 3, 6, 5, 4 et 4 scènes) et en vers (1808 alexandrins) jouée pour la première fois le 4 juin 1666 au Théâtre du Palais-Royal. Elle est inspirée du Dyscolos de Ménandre.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Alceste, amant de Célimène ;
  • Philinte, ami d’Alceste ;
  • Oronte, amant de Célimène ;
  • Célimène, amante d’Alceste ;
  • Éliante, cousine de Célimène ;
  • Arsinoé, rivale de Célimène ;
  • Acaste, marquis, prétendant de Célimène ;
  • Clitandre, marquis, prétendant de Célimène ;
  • Basque, valet de Célimène ;
  • Un garde de la maréchaussée de France ;
  • Du Bois, valet d’Alceste.

Résumé[modifier | modifier le code]

Alceste hait l'humanité toute entière, y dénonce l'hypocrisie, la couardise et la compromission. Mais il aime pourtant Célimène, coquette et médisante. Le vertueux se lance ainsi dans des combats perdus d'avance qui l'acculent à la fuite… Molière y critique les mœurs de la Cour, l'hypocrisie qui règne dans cette société du paraître, où les comportements frisent la parodie.

Remarques[modifier | modifier le code]

Les ennemis de Molière ont longtemps voulu faire croire que le duc de Montausier, gouverneur sévère du Grand Dauphin, a inspiré Le Misanthrope[1].

Même si la seizième pièce de Molière a été représentée trente-quatre fois pendant l'année 1666[2], ce qui représente un chiffre assez honorable, Le Misanthrope a pourtant connu un accueil que l'on pourrait qualifier de froid et d'assez négatif, sachant que le public dans son ensemble a plutôt boudé sa représentation[3].

Adaptations ou inspiration[modifier | modifier le code]

Citations célèbres[modifier | modifier le code]

  • « Moi, votre ami ? Rayez cela de vos papiers. » (Alceste, acte I, scène I, vers 8)
  • « Sur quelque préférence, une estime se fonde,
Et c’est n’estimer rien, qu’estimer tout le monde. » (Alceste, acte I, scène I, vers 57-58)
  • « L’ami du genre humain n’est point du tout mon fait. » (Alceste, acte I, scène I, vers 64)
  • « Mais quand on est du monde, il faut bien que l'on rende
Quelque dehors civils que l'usage demande. » (Philinte, acte I, scène I, vers 65)
  • « … Ces haines vigoureuses
Que doit donner le vice aux âmes vertueuses. » (Alceste, acte I, scène I, vers 121-122)
  • « La parfaite raison fuit toute extrémité,
Et veut que l’on soit sage avec sobriété. » (Philinte, acte I, scène I, vers 151-152)
  • « Mais la raison n’est pas ce qui règle l’amour. » (Alceste, acte I, scène I, vers 248)
  • « … Le temps ne fait rien à l’affaire. » (Alceste, acte I, scène II, vers 314)
  • « Ah ! qu’en termes galants, ces choses-là sont mises ! » (Philinte, acte I, scène II, vers 325)
  • « Belle Philis, on désespère,
Alors qu’on espère toujours. » (Oronte, acte I, scène II, vers 331-332)
  • « Franchement, il est bon à mettre au cabinet » (Alceste, acte I, scène II, vers 376)
  • « Allons, ferme, poussez, mes bons amis de cour. » (Alceste, acte II, scène IV, vers 651)
  • « Jamais, leur passion n’y voit rien de blâmable,
Et dans l’objet aimé, tout leur devient aimable. » (Eliante, acte II, scène IV, vers 713-714)
  • « C’est ainsi, qu’un amant, dont l’ardeur est extrême,
Aime jusqu’aux défauts des personnes qu’il aime. » (Eliante, acte II, scène IV, vers 729-730)
  • « On peut être honnête homme, et faire mal des vers. » (Philinte, acte IV, scène I, vers 1144)
  • « Ciel ! rien de plus cruel peut-il être inventé ?
Et jamais cœur fut-il de la sorte traité ?
Quoi? d'un juste courroux je suis ému contre elle,
C'est moi qui me viens plaindre, et c'est moi qu'on querelle ! » (Alceste, acte IV, scène III, vers 1371-1374)
  • « Vous vous divertissez, Philinte. » (Eliante, acte IV, scène I, vers 1213)
  • « Et chercher sur la terre, un endroit écarté,
Où d’être homme d’honneur, on ait la liberté. » (Alceste, acte V, scène IV, vers 1805-1806)

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Léonor Le Gallois de Grimarest, La Vie de M. de Molière, 1705, p. XXII
  2. « Le succès, selon l'abbé du Bos, ne se dessina qu'après huit ou dix représentations. » Félix Guirand, Le Misanthrope, Paris, Larousse-Paris(VIe),‎ 1942, Notice historique et littéraire.
  3. Gustave Marie Abel Michaut, Les Luttes de Molière, 1925
  4. Brigitte Salino, « Un Molière formidablement trash », Le Monde,‎ 29 mars 2012 (lire en ligne)
  5. Le misanthrope, théâtre de l'Odéon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]