Le Loup (Maupassant)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Loup
Publication
Auteur Guy de Maupassant
Langue Français
Parution Drapeau : France 14 novembre 1882
dans Le Gaulois
Recueil Clair de lune
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Un coup d'état L'Enfant Suivant

Le Loup est une nouvelle de Guy de Maupassant, parue en 1882.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Loup est initialement publiée dans la revue Le Gaulois du 14 novembre 1882, puis dans le recueil Clair de lune en 1883[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur est invité à un diner pour la Saint-Hubert ou le marquis d’Arville raconte pourquoi personne ne chasse dans sa famille.

Son aïeul Jean habitait avec son frère cadet François dans leur château en Lorraine, les deux frères, des colosses, n’ont qu’une passion la chasse, ils y passent tout leur temps. Durant le féroce hiver de 1764, un loup énorme est aperçu, il tue bêtes, chiens, enfants et femmes. Les frères d’Arville organisent des battues, rien n’y fait, le loup « pense comme un homme ».

De retour d’une battue infructueuse, ils croisent le loup et partent aussitôt à sa poursuite dans les ravins, les côtes jusqu’au moment ou Jean heurte une branche de la tête et meurt sur le coup. Seul, François ramène le corps de son frère au château quand il croise de nouveau le loup, il l’accule dans un vallon, François installe son frère contre un rocher, lui dit « regarde, Jean, regarde ça » et de s’élancer coutelas à la main vers la bête. La lutte s’engage, le loup cherche à lui ouvrir le ventre, François l’étrangle et bientôt il sent la bête devenir flasque.

François rentre au château avec les deux cadavres, mêlant le triomphe et le chagrin. La veuve de Jean, transmettra à son fils l’horreur de la chasse, horreur qui s’est transmise de père en fils depuis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Volume Maupassant, contes et nouvelles, page 1482, Bibliothèque de la Pléiade

Éditions[modifier | modifier le code]