Le Livre de Ptath

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Livre de Ptath est un roman de science-fiction de A. E. van Vogt publié aux États-Unis en 1947 et en France en 1961.

Résumé[modifier | modifier le code]

Après son décès sur le champ de bataille, un soldat de la Seconde Guerre mondiale, Peter Holroyd, se réveille dans un endroit inconnu, l'empire de Gonwonlane. Son esprit cohabite désormais avec celui de Ptath, le dieu vivant de cet univers dont il détient aussi tous les pouvoirs[1]. C'est la prêtresse Ineznia qui, grâce à ses enchantements, lui a fait perdre sa mémoire afin de lui ravir son trône. Mais Ptath est un Dieu et, même amnésique et habité par une entité étrangère, quelles méprisables forces terrestres pourraient s'opposer à sa marche irrésistible pour retrouver son trône ?

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. E. van Vogt, le Livre de Ptath, Éditions J'ai lu, n° 463, 1961, traduction de Jean Cathelin, collection Science-fiction. ISBN 2-277-12463-X

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Il était Ptath. Non qu'il pensât à son nom. Celui-ci était tout simplement là, présent comme partie de lui-même, comme son corps, avec ses bras, ses jambes, comme le sol sur lequel il marchait. Non, cette dernière impression était fausse. Le sol ne faisait pas partie de lui-même. Il y avait, bien sûr, une certaine relation entre le sol et lui, mais elle était d'une nature un peu plus surprenante. Il était Ptath, et il marchait sur le sol, il marchait vers Ptath. Il retournait vers la cité de Ptath, capitale de son empire de Gonwonlane, après une longue absence. » (première phrase du roman)