Le Lion-d'Angers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lion (homonymie).
Le Lion-d'Angers
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Le Lion-d'Angers
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Lion-d'Angers (chef-lieu)
Intercommunalité C.C. région du Lion-d'Angers
Maire
Mandat
Étienne Glémot
2014-2020
Code postal 49220
Code commune 49176
Démographie
Gentilé Lionnais, Lionnaise
Population
municipale
3 701 hab. (2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 43″ N 0° 42′ 42″ O / 47.6286111111, -0.711666666667 ()47° 37′ 43″ Nord 0° 42′ 42″ Ouest / 47.6286111111, -0.711666666667 ()  
Altitude Min. 17 m – Max. 78 m
Superficie 41,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Le Lion-d'Angers

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Le Lion-d'Angers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Lion-d'Angers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Lion-d'Angers

Le Lion-d'Angers est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Coucher de soleil sur l'Oudon

La commune du Lion-d'Angers est située à 25 km d'Angers et à 15 km de Segré. La ville est traversée par l'Oudon qui sépare le bourg du parc de l'Isle-Briand avant de se jeter dans la Mayenne au lieu-dit du Bec d'Oudon.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot Lion dans le nom de la commune viendrait vraisemblablement de Légion. On rapporte qu'une légion romaine de César s'y serait établie à l'époque gallo-romaine. Plus tard, au Xe siècle, Le Lion-d'Angers a eu comme nom Legio, ce qui vient soutenir cette thèse[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 4e Groupe Franc Motorisé de Cavalerie, commandé par le capitaine François Huet, y livra un courageux combat de retardement en juin 1940, sous de forts bombardements aériens.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La commune a été érigée en municipalité en 1790.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1793 Leroy   Syndic
1793 1800 Jacques Bernier    
1800 1813 Michel Fourmon   démissionnaire en 1813
1813 1813 Joseph Poulain du mas    
1813 1816 Félix Élie Mercier la Vendée    
1816 1830 Alexandre Quiris    
1830 1830 Arsène Jean-Marie Faultrier    
1830 1841 Pierre audiot    
1841 1848 Louise Charles Emmanuel d'Andigne de Maineuf    
1848 1871 Jules Bernard    
1871 1879 Jacques Guérétin    
1879 1891 Joachim de Cholet    
1891 1893 Jules Bernard    
1893 1900 Adam Paul Roussier    
1900 1912 Henri de Cholet    
1912 1929 Léon Cochard    
1929 1941 Théodore Forestier    
1941 1945 Joseph Halligon    
1945 1962 Robert de Cholet    
1962 1983 Fernand Hubert   notaire, créateur du SIVM du Lion d'Angers
1983 2001 André Thibault    
2001 mars 2008 Louis Sauloup   agriculteur
mars 2008 en cours Étienne Glémot[2] DVD cadre de production, vice-président de la C.C. du Lion d'Angers
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la région du Lion-d'Angers[3], elle même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 701 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 162 1 728 2 252 2 201 2 629 2 670 2 732 2 832 2 760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 718 2 749 2 752 2 708 2 672 2 661 2 623 2 512 2 535
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 524 2 537 2 518 2 475 2 504 2 261 2 167 2 183 2 132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 226 2 215 2 327 2 709 3 095 3 347 3 583 3 705 3 638
2011 - - - - - - - -
3 701 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,1 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 19,3 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 18,2 %, 45 à 59 ans = 18,6 %, plus de 60 ans = 26,4 %).
Pyramide des âges à Le Lion-d'Angers en 2008 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
2,0 
7,7 
75 à 89 ans
11,4 
11,0 
60 à 74 ans
13,0 
19,4 
45 à 59 ans
18,6 
19,9 
30 à 44 ans
18,2 
19,3 
15 à 29 ans
18,0 
22,1 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Le Lion-d'Angers possède trois fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements éducatifs de la commune relèvent de l'académie de Nantes qui évolue sous la supervision de l'Inspection académique de Maine-et-Loire.

La Commune du Lion-d'Angers compte deux établissements du premier degré[8] :

  • école maternelle et primaire publique Edmond Girard ;
  • école maternelle et primaire privée Sainte-Claire.

Deux collèges (établissements du second degré) sont également présents au Lion-d'Angers[8] :

  • collège public du Val d'Oudon ;
  • collège privé François d'Assise.

Secours[modifier | modifier le code]

Le Lion d'Angers dispose d'un centre de secours permettant l'intervention des équipes de secours sur une dizaine de Communes avoisinantes. Il fait partie du groupement territorial nord-segréen. Il est composé de 46 Sapeurs-pompiers volontaires assurant des astreintes opérationnelles sur l'ensemble de l'année. Les effectifs sont répartis comme suit :

Répartition des effectifs du Centre de secours du Lion d'Angers au 31/12/2011[9]
Officiers Sous-officiers Hommes du rang
6
1 Lieutenant chef de centre
1 Lieutenant chef de la communauté de centre
1 médecin Commandant (SSSM)
2 médecins Capitaine (SSSM)
1 infirmier principal (SSSM)
8
2 Adjudants-chef
1 Adjudant
5 Sergent chef
32
11 Caporaux chef
7 Caporaux
14 Sapeurs
46

Le centre de secours du Lion d'Angers est jumelé avec le centre de première intervention de Sceaux-d'Anjou pour former la Communauté de centres du Val de Mayenne. Il dispose de 8 véhicules (VLCG, VLHR, FPTSR, VSAV, VTU, CCF, CCGC, EPSA) permettant d'intervenir dans les situations de secours les plus variées.

Liste des chefs du centre de secours du Lion d'Angers
Périodes Chefs de centre successifs [9]
2009 Aujourd'hui Lieutenant christophe SCHOLL
2006 2009 Lieutenant Jean-christophe ROBIN
2006 Major Jean-Louis BESCHUS

Activités hippiques[modifier | modifier le code]

C'est au Lion-d'Angers que trouve l'hippodrome de l'Isle-Briand qui accueille des courses hippiques tout au long de l'année dont, notamment, des courses pour le pari mutuel urbain.

Le Haras national de l'Isle Briand abrite aussi l'un des haras nationaux.

Chaque année, dans cette ville, sont organisés les Championnats du monde de Concours complet des chevaux de 6 et 7 ans.

Article détaillé : Mondial du Lion.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 316 établissements présents sur la commune à fin 2010, 21 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 47 % de celui du commerce et des services et 19 % du secteur de l'administration et de la santé[10].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune abrite quatre monuments historiques :

À noter également :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie,‎ 1978, 2e éd. (lien notice BnF?, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]