Le Jour de la fin du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Jour de la fin du monde (When Time Ran Out...) est un film américain réalisé par James Goldstone, sorti en 1980.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Shelby Gilmore a fait construire un luxueux hôtel sur la petite île volcanique de Kalaleu dans le Pacifique. Il débarque pour l'inauguration en compagnie de sa collaboratrice, Kay Kirby. La direction de son hôtel a été confiée à l'ambitieux Bob Spangler, qui envisage de quitter Nikki, la filleule de Gilmore qu'il épousa par ambition, pour la belle Iolani. Pendant ce temps, Hank Anderson, qui fut autrefois l'amant de Kay et qui dirige une équipe de forage, vient de faire jaillir du pétrole. Mais Hank est inquiet par la haute teneur en soufre et les fortes pressions enregistrées dans le sous-sol de l'île. Il renoue une idylle avec Kay au moment où le volcan Monanui entre en éruption. Tandis que, sur les conseils de Spangler, la majorité des clients de l'hôtel demeure dans les lieux, Hank et Gilmore - conduits par Brian, qui connaît bien l'île - décident de rejoindre la forêt du haut plateau de l'autre côté du cratère. Le petit groupe traverse l'île alors que l'éruption anéantit l'hôtel et ses occupants...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Résultat au box-office[modifier | modifier le code]

Avec un budget de production estimé à 20 000 000 $, le film ne totalisa que 1 700 000 $ en première exclusivité, faisant de ce titre, après une série de gros échecs commerciaux dans la veine "catastrophe", le tout dernier représentant du genre de la décennie 1970.

On y retrouve tous les critères du genre victimes d'un vieillissement si précoce ( moins d'une décennie ) que le nom de cliché leur convient mieux. Entre autres, le responsable qui fait passer sa cupidité par dessus la sécurité générale, l'autre responsable qui, lui, privilégie tout au contraire la sauvegarde générale, le troisième, enfin, qui balance entre les deux options, l'ex spécialiste en une quelconque discipline qui trouvera au hasard de la débâcle l'occasion de renouer avec son art ( ici Burgess Mérédith joue un ancien funambule qui d'un bambou va improviser un balancier pour une démonstration particulièrement palpitante, la seule du film ), les amants en bisbille que le drame va remettre à neuf, le couple de personnes âgées dont, fatalement, l'un va périr... Jusqu'aux visages, Newman, Holden, Buttons, Borgnine, abonnés au genre.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Nomination à l'Oscar des meilleurs costumes pour Paul Zastupnevich en 1981.

Lien externe[modifier | modifier le code]