Le Jour d'après (téléfilm, 1983)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Jour d'après.

Le Jour d'après (The Day After) est un téléfilm américain réalisé par Nicholas Meyer, diffusé en 1983. En France, il fut exploité en salles de cinéma en 1984.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Alors que les journaux télévisés et la radio font allusion à une intervention armée des Soviétiques en Allemagne de l’Est, le film décrit la vie quotidienne de citoyens américains habitant dans et à proximité de Kansas City.

Le docteur Oakes (Jason Robards) est un cardiologue du Memorial General Hospital, assisté par une infirmière jouée par JoBeth Williams. Parmi leurs patients figure une mère enceinte (Amy Madigan).

Oakes est informé par sa fille la plus âgée qu'elle va déménager à Boston. De son côté, son épouse se souvient de la crise des missiles de Cuba, et s'inquiète auprès de lui pour savoir si cette fois, une guerre nucléaire ne pourrait pas réellement éclater. Il tente de la rassurer en lui affirmant que si les dirigeants sont fous, ils n’ont pas ce genre de folie. Le film s’attache également à montrer une famille de fermiers d’Harrisonville, Missouri dont le père et la mère - joués par John Cullum et Bibi Besch - préparent le mariage de leur fille.

Une autre famille de fermiers – habitant à l’intérieur d’un cercle fictif de 20 milles centré autour de Kansas City – vit à côté d'un silo de missiles, dont un des opérateurs est un aviateur noir.

À l'université du Kansas (ville de Lawrence), un professeur de sciences (John Lithgow) discute de la situation internationale avec ses étudiants. Au même moment, les Soviétiques instaurent le blocus de Berlin-Ouest.

Un étudiant (Steve Guttenberg) décide de faire de l'auto-stop pour rentrer dans sa famille qui vit à Joplin.

L’annonce du déclenchement des hostilités entre les troupes de l’OTAN et celles du pacte de Varsovie, en République Fédérale d’Allemagne, provoque la panique (embouteillages pour sortir des villes et afflux de clients dans les supermarchés).

À ce moment, les missiles commencent à surgir de leurs silos et à s’élancer vers le ciel sous le regard impuissant des passants.

Le professeur précise alors qu’il ne reste plus que trente minutes avant que les Soviétiques ne soient frappés.

La famille de fermiers d’Harrisonville transforme sa cave en abri contre les retombées radioactives.

Oakes est en route pour Kansas City quand les missiles frappent la ville.

Les survivants du bombardement sont alors observés dans leur lutte pour survivre aux conséquences de cette attaque massive.

Analyse[modifier | modifier le code]

Dirigé par Nicholas Meyer et écrit par Edouard Hume, Le jour d’après est un téléfilm d’une durée de 2 heures, diffusé sur le réseau d'ABC le 20 novembre 1983. Il a été diffusé alors que la tension était très vive entre les gouvernements de Ronald Reagan et de Youri Andropov.

Aussi rudimentaire fut-il sur le plan de son scénario, le film a néanmoins été efficace dans sa démonstration.

Après la diffusion du film, un débat télévisé a été organisé entre William F. Buckley (un écrivain conservateur) et Carl Sagan, dans lequel ce dernier a comparé la course aux armements à « deux hommes se faisant face avec de l’essence jusqu’à la taille, l’un avec 3 allumettes et l’autre avec 5 » Il a également évoqué pour la première fois le concept d'hiver nucléaire, affirmant que le cauchemar d’une guerre nucléaire commencerait une fois que celle-ci serait terminée. Meyer est parvenu à faire ressortir l’essentiel de ces éléments.

Il montre que rien ni personne n’est épargné : femmes, enfants et animaux familiers sont vaporisés. Le gouvernement fournit peu d'aide et les personnes qui s’aventurent à l’extérieur après les attaques succombent toutes à l'empoisonnement dû aux radiations. Meyer a passé une année entière à étudier les effets des retombées radioactives et parvient à en faire une bonne description à travers son film.

La première diffusion de ce film a eu un impact médiatique important. Aucun des sponsors habituels de la chaîne n’a souhaité diffuser de publicité dans la partie du film qui suit l’attaque nucléaire.

On estime à plus de 100 millions le nombre d'Américains à avoir regardé ce téléfilm depuis sa première diffusion.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Nicholas Meyer - qui avait notamment travaillé sur le film Star Trek II – s’est dit exaspéré de la censure pratiquée par ABC. Il a interrompu son travail et a menacé de faire retirer son nom du générique. Meyer s'est ensuite apaisé mais en promettant de ne plus travailler pour la télévision.
  • Aucune vidéo d'explosions nucléaires réelles ne fut mise à la disposition de la production, le département effets spéciaux se chargea de recréer le champignon atomique par une diffusion de peinture dans un conteneur rempli d'eau.
  • Le tournage s'est déroulé à Harrisonville, Kansas City et Lawrence. Le choix de la ville n'est d'ailleurs pas innocent : durant la Guerre froide, Lawrence était réputée, de par sa position centrale, comme étant la moins affectée par un potentiel impact atomique, s'il venait à tomber sur des zones stratégiques, et forcément côtières. Les effets de la bombe pouvaient donc être exposés avec d'autant plus d'efficacité que le film pouvait ainsi s'attarder sur le sort des survivants.
  • Le Jour d'après fait usage de documents d'archives. Certaines scènes de panique sont issues du film Un tueur dans la foule (1976), tandis que des scènes de destruction proviennent de Meteor (1979).
  • Après avoir vu le téléfilm, le président Ronald Reagan se mit en contact avec le réalisateur pour lui soumettre quelques suggestions dans le montage.
  • Un important standard téléphonique fut prévu pour calmer le nombre massif de téléspectateurs que ce film ne manqua pas de troubler lors de sa première diffusion.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Emmy Awards :
    • Outstanding Film Sound Editing for a Limited Series or a Special
    • Outstanding Individual Achievement - Special Visual Effects
  • Nominations aux Emmy Awards :
    • Outstanding Achievement in Hairstyling
    • Outstanding Achievement in Makeup
    • Outstanding Art Direction for a Limited Series or a Special
    • Outstanding Cinematography for a Limited Series or a Special (Gayne Rescher)
    • Outstanding Directing in a Limited Series or a Special (Nicholas Meyer)
    • Outstanding Drama/Comedy Special (Robert Papazian)
    • Outstanding Film Editing for a Limited Series or a Special (William Dornisch and Robert Florio)
    • Outstanding Film Sound Mixing for a Limited Series or a Special
    • Outstanding Supporting Actor in a Limited Series or a Special (John Lithgow)
    • Outstanding Writing in a Limited Series or a Special (Edward Hume)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]