Le Jardin de Daubigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Jardin de Daubigny
Le Jardin de Daubigny
Le Jardin de Daubigny
Artiste Vincent van Gogh
Date Juillet 1890
Technique huile sur toile
Dimensions (H × L) 53 × 104 cm
Localisation Hiroshima Museum of Art, Hiroshima (Japon)
Commentaire F776 / JH2104 - Réalisé à Auvers-sur-Oise
Le Jardin de Daubigny
Le Jardin de Daubigny
Le Jardin de Daubigny (avec un chat bleu)
Artiste Vincent van Gogh
Date Juillet 1890
Technique huile sur toile
Dimensions (H × L) 56 × 101,5 cm
Localisation Kunstmuseum de Bâle, prêt permanent de la collection Rudolf Staechlin, Bâle (Suisse)
Commentaire F777 / JH2105 - peint par Emile Schuffenecker après le 7 mars 1894

Le Jardin de Daubigny est un tableau peint par l'artiste néerlandais Vincent van Gogh en 1890, à Auvers-sur-Oise. C'est l'un de ses derniers tableaux. Il représente le jardin du peintre Charles François Daubigny, qu'il admirait. Vincent signale sa toile le 12 juillet 1890, mais ne l'achèvera que bien plus tard. Elle est unique : « C'est l'une de mes toiles les plus voulues. » (Lettre à Théo, 23 juillet 1890).

Sur son lit de mort, Vincent lègue sa toile à Marie Sophie, la veuve de Charles François Daubigny. A Theo Van Gogh qui l'a avertie du legs par courrier, Marie Sophie répond, le 12 août 1890, qu'elle était loin d'imaginer qu'elle en deviendrait la propriétaire. La toile ne lui sera pas remise. Deux mois et demi après la mort de Vincent, Theo est interné et Marie Daugigny-Sophie meurt le 22 décembre 1890.

Le tableau, enregistré dans la collection de la famille Van Gogh, reste en dépôt chez le marchand d'art Julien Tanguy (le père Tanguy). Peu après la mort de Julien Tanguy en février 1894, sa veuve reçoit une offre basse d'Émile Schuffenecker. Elle renvoie le demandeur à Johanna Van Gogh, la veuve de Theo qui accepte de céder le "paysage".

Schuffenecker prend une copie. La toile de Vincent est revendue au marchand Ambroise Vollard le 20 mars 1898. La vente est faite au nom de "Mad. Vve Daubigny"… morte depuis sept ans. Cette astuce permet de conserver pour la copie la provenance de l'original : "vendu par Johanna Van Gogh".

Début avril 1901, le critique Julien Leclerc, associé de Schuffenecker, rachète l'original à la galerie Bernheim-Jeune. Le 5 avril, il propose à Johanna van Gogh d'échanger l'un des deux Jardin contre l'une des versions des Tournesols. La manoeuvre échoue et il change son plan. Schuffenecker masque le chat de Vincent et ajoute une bande de tissu dans le haut de la toile. Grâce à cette nouvelle habileté, seule la copie correspond à la description et au croquis de la dernière lettre de Vincent : "sur l’avant plan un chat noir".

Aussitôt la retouche sèche, Leclercq commande un nouveau cadre et, à la mi-mai 1890, contacte le collectionneur Maurice Fabre qui conseille son ami Gustave Fayet, lequel achète, en juin, l'original d'Hiroshima, pour 1000 francs. Quelques années plus tard, Amédée Schuffenecker le frère d'Emile, vendra la copie aujourd'hui conservée au Kunstmuseum de Bâle.

A la mi-juin 1890 Vincent avait réalisé "une petite étude" et annoncé son projet : "J’ai une idée pour faire une toile plus importante de la maison & du jardin de Daubigny" Vue partielle, la "petite étude" est conservée au Musée van Gogh d'Amsterdam.

Le Jardin de Daubigny, 1890, huile sur toile,
50.7 x 50.7 cm, Musée van Gogh, Amsterdam