Le Hamel (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Hamel.
Le Hamel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Grandvilliers
Intercommunalité Communauté de communes de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Jean-Jacques Adoux
2014-2020
Code postal 60210
Code commune 60297
Démographie
Population
municipale
172 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 53″ N 1° 59′ 34″ E / 49.6481, 1.9928 ()49° 38′ 53″ Nord 1° 59′ 34″ Est / 49.6481, 1.9928 ()  
Altitude Min. 129 m – Max. 189 m
Superficie 7,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Hamel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Hamel

Le Hamel est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village agricole du Plateau picard, situé sensiblement à mi-distance d'Amiens et de Beauvais, desservi par la route reliant Grandvilliers à Crèvecœur-le-Grand.

Hameau[modifier | modifier le code]

  • Rieux

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Grez a été détaché du Hamel pour former une commune autonome en 1832. À l'inverse, le Petit Cempuis a été réuni au Hamel en 1886.

La légende du Sire de Créquy[modifier | modifier le code]

Dans l'église Notre-Dame du Hamel classée monument historique, se trouvent d'énormes chaines, pendues au plafond devant des tableaux relatant la légende du sire de Créquy.

Cette légende est ainsi relatée par Jacques Cambry, premier préfet de l'Oise, dans son ouvrage Description du Département de l'Oise (1803) : « Francois Ier, prisonnier de Charles-Quint après la bataille de Pavie, ne pouvoit payer la forte rançon que l'empereur exigeoit de lui ; M. de Créquy, qui ressembloit beaucoup à François Ier, lui proposa de se charger de ses chaînes : refus ; on insiste : Créquy obtient enfin la faveur qu'il sollicite. Charles-Quint, instruit de cette ruse, traite fort mal M. de Créquy ; il est chargé de chaînes énormes, et maltraité par ses geoliers : sa confiance en Notre-Dame-du-Hamel le tira de cette facheuse situation : il fut, par son intercession, miraculeusement transporté pendant la nuit de Madrid dans un champ voisin du Hamel. Un berger, surpris de voir ses moutons danser gaiement autour d'un homme à longue barbe, fort mal vêtu, chargé de chaînes, s'approche et le salue : Créquy l'interroge ; il apprend qu'il est sur les terres voisines de son château, où sa femme, qui le chérissoit, forcée par ses parents, qui le croyoient mort, de contracter une nouvelle alliance, devoit se marier le même jour. Avant d'entrer chez lui Créquy se prosterne aux pieds de la Vierge sa bienfaitrice, et dépose sur les marches de l'autel les chaînes dont le berger l'aida sans doute à se débarrasser. Il se rend au château : on refuse de le laisser parler à madame de Créquy ; il est enfin reçu en faisant présenter à sa femme un anneau sur lequel étoit gravé son portrait et celui de l'épouse qu'il adoroit ; sa barbe, ses cheveux hérissés, ses vêtements, le faisoient encore méconnoître ; il est forcé de lui parler d'une marque qu'elle avoit sur le corps et que seul il pouvoit connoître. On devine les transports des deux époux qui n'avoient jamais cessé de s'aimer. Créquy prend les habits d'un chevalier français ; il se rend à la cour, reproche au roi de l'avoir oublié dans les prisons de Madrid : ce prince s'excuse en lui proposant pour récompense ce qu'il voudroit lui demander : Je ne yeux, lui dit Créquy, qu'ajouter une fleur de lis à mes armes : Je vous en donne mille, lui dit François Ier. Depuis ce temps le lion des Créquy et le champ qui le renfermoit étoient couverts de fleurs de lis. »

D'autres racontent la même histoire, mais placée au temps des croisades.

Le pèlerinage à Notre-Dame du Hamel commémorait ce miracle.

Circonscriptions d'ancien régime[1][modifier | modifier le code]

Circonscriptions religieuses sous l'Ancien Régime : Paroisse : Notre-DameDoyenné : MontagneArchidiaconé : BrayDiocèse : Beauvais.

Circonscriptions administratives sous l'Ancien Régime : Intendance (1789): ParisÉlection (1789) : BeauvaisSubdélégation : Amiens • Grenier à sel (1789): GrandvilliersCoutume : Amiens et ClermontParlement : ParisBailliage : Beauvais et Clermont Gouvernement : Île-de-France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Michel Ladoubart    
2008 en cours
(au 1er avril 2014)
Jean-Jacques Adoux[2] FN[3] Chauffeur-livreur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 172 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
965 1 008 1 012 975 931 398 389 358 352
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
321 288 297 259 257 233 189 199 172
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
167 140 140 118 116 132 122 135 152
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
144 139 145 143 113 127 164 175 172
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 27,6 %, 15 à 29 ans = 18,4 %, 30 à 44 ans = 14,9 %, 45 à 59 ans = 24,1 %, plus de 60 ans = 14,9 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 23,9 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 19,3 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 19,3 %).
Pyramide des âges à Le Hamel en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
5,7 
75 à 89 ans
5,7 
9,2 
60 à 74 ans
13,6 
24,1 
45 à 59 ans
19,3 
14,9 
30 à 44 ans
19,3 
18,4 
15 à 29 ans
18,2 
27,6 
0 à 14 ans
23,9 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-dame, siège d'un ancien pèlerinage rappelant le miracle du sire de Créqui. La nef, la chapelle et les fonts baptismaux en pierre sont du XIIIe siècle. Le chœur, bien plus haut que la nef, les vitraux et fresques murales sont du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. SOURCE : Robert Lemaire, Paroisses et communes de France : Dictionnaire d'histoire démographique et démographique - Département de l'Oise, Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris, 1976
  2. Le réveil du 27 mars 2008
  3. Nolwenn Le Blevennec et Audrey Cerdan, « Municipales : voici les onze maires lepénistes de France », Rue89,‎ 30 mars 2014 (lire en ligne)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Le Hamel en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 novembre 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 novembre 2010)