Le Golem (Meyrink)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Golem.
Le Golem
Auteur Gustav Meyrink
Préface E. de Etthofen
Genre fantastique
Version originale
Titre original Der Golem
Éditeur original Kurt Wolff Verlag
Langue originale allemand
Pays d'origine Allemagne
Lieu de parution original Leipzig
Date de parution originale 1915
Version française
Traducteur Dr. E. de Etthofen et Mlle Perrenoud
Lieu de parution Paris
Éditeur Emile-Paul frères
Date de parution 1929
Type de média in-12
Nombre de pages xxiv + 292

Le Golem (en allemand Der Golem) est le premier et le plus célèbre roman de l'écrivain autrichien Gustav Meyrink, publié en 1915. Il s'agit d'un roman fantastique fortement marqué par l'influence de la Kabbale, dont l'intrigue se déroule dans le quartier juif de Prague.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le roman suit les traces d'Athanasius Pernath, un tailleur de pierres précieuses vivant dans le ghetto de Prague, qui a perdu tout souvenir de son passé. Sa vie paisible et discrète est perturbée le jour où une femme, Angelina, qu'il aurait connu quand il était enfant, l'implore de l'aider. Ainsi se trouve-t-il plongé dans une intrigue complexe au cours de laquelle il va rencontrer des personnages hauts en couleurs dont les motivations et les intentions sont aussi obscures qu'inquiétantes.

Au début du récit, Pernath reçoit la visite d'un inconnu qui lui apporte un livre à restaurer, le livre "Ibbour". Il s'agit pour Pernath du début d'une aventure initiatique, parallèle à l'intrigue principale, au cours de laquelle, guidé par l'archiviste versé dans la Kabbale Hillel et sa fille Mirjam, il va retrouver ses souvenirs enfouis depuis des années, découvrant alors des pans ignorés de sa personnalité.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

  • Le Golem, téléfilm de Jean Kerchbron
  • Golem, 1980, Piotr Szulkin
  • The Golem, 1995, Lewis Schoenbrun, (Court Métrage)

Films exploitant le thème du Golem, mais sans rapport avec le roman de Meyrink :

Remarques[modifier | modifier le code]

  • Le personnage de Charousek, étudiant en médecine, est un hommage au joueur d'échecs Rudolf Charousek.
  • Le séjour en prison de Pernath à la fin du livre est largement autobiographique : Meyrink a en effet passé deux mois sous les verrous en 1902, accusé de fraude dans des opérations bancaires.

Points de vue[modifier | modifier le code]

« Avec son pessimisme fondamental, avec son atmosphère feutrée de méprises perpétuelles, avec ses relents de cruauté et d'effroi, il n'est pas tant la transposition d'une légende séculaire qu'une description déroutante de la condition de l'homme dans la société moderne : l'individu machinisé, devenu presque un produit de consommation au même titre qu'une marchandise qu'on use et qu'on abuse à sa guise » (Jean-Baptiste Baronian).

Voir aussi[modifier | modifier le code]