Le Gendarme de Saint-Tropez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cruchot et Tropez.

Le Gendarme de Saint-Tropez

Titre original Le Gendarme de Saint-Tropez
Réalisation Jean Girault
Scénario Richard Balducci
Acteurs principaux
Sociétés de production Société Nouvelle de Cinématographie (Paris)
Franca Films (Rome)
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie
Sortie 1964
Durée 95 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Gendarme de Saint-Tropez est un film franco-italien réalisé par Jean Girault, sorti en 1964. C'est la première des six comédies de la série Le Gendarme qui ont rencontré un grand succès à leur sortie, des années 1960 à 1980.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Grâce aux loyaux services rendus à une commune non nommée des Hautes-Alpes[1], où il était jusqu'ici en poste, Ludovic Cruchot, simple maréchal des logis de la gendarmerie, est muté dans le Var, à Saint-Tropez tout en étant promu maréchal des logis-chef.

Arrivé sur les lieux de sa nouvelle affectation, Cruchot participe aux vaines et répétitives chasses aux nudistes organisées par son supérieur, l'adjudant Gerber, tandis que de son côté sa fille Nicole, qui s'ennuyait autrefois à mourir dans son village, est éblouie par le luxe de sa nouvelle ville. Mais, n'arrivant pas à se faire accepter par les jeunes bourgeois de la station balnéaire, elle s'invente un père fictif richissime : celui-ci serait milliardaire, posséderait un yacht dans cette cité et s'appellerait Archibald Ferguson, qu'elle n'aurait jamais rencontré.

Contraint par Nicole et bien malgré lui, Cruchot va se retrouver au cœur du manège de sa fille, qui va le mêler à son histoire et par là même, à la recherche d'un Rembrandt volé, lorsque les amis de cette dernière chercheront à le rencontrer. Il essayera pourtant et par tous les moyens de préserver son identité officielle intacte au vu de son adjudant et de ses collègues.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

L’ancienne gendarmerie de Saint Tropez qui a servi de décor aux cinq premiers films.
  • La séquence du début en noir et blanc, lorsque Cruchot est simple gendarme, fut tournée dans la commune de Belvédère dans les Alpes-Maritimes.
  • La séquence en voiture avec la bonne sœur fut réglée par le cascadeur de l'époque Gil Delamare.
  • Ce film marque le début d'une série de six comédies sur le gendarme Cruchot qui ont marqué la carrière de Louis de Funès et ont rencontré un succès considérable en France tout au long des années 1960, 1970 et 1980. Un des ressorts du film est la chasse aux nudistes que les gendarmes organisent sur les plages de la petite cité balnéaire qui commençait à avoir une réputation nationale.
  • Les six gendarmes sont : Louis de Funès (6 films), Michel Galabru (6 films), Michel Modo (6 films), Guy Grosso (6 films), Jean Lefebvre (4 films) et Christian Marin (4 films)
  • Le tournage s'est déroulé à Saint-Tropez, ainsi qu'aux studios Riviera à Nice.
  • Plus gros succès de l'année 1964 avec 7,8 millions de spectateurs en salles[2].
  • Au départ, l'adjudant Gerber devait être interprété par Pierre Mondy. Ce dernier, occupé par une pièce de théâtre, n'a pas fait le film. Il fut remplacé par Michel Galabru.
  • Suite au décès de Christian Marin en septembre 2012[3], Michel Galabru est le dernier « gendarme » encore vivant des quatre premiers films de la saga.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Victoire du cinéma pour l'interprétation de Louis de Funès lors de la 20e Nuit du cinéma au théâtre Marigny.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cependant, les extérieurs des premières scènes ont été tournés à Belvédère, dans les Alpes-Maritimes, cf. page « Belvédère (06) », consultée le 10 mars 2013.
  2. « Box-office français 1964 », sur Jp's Box-office (consulté le 9 juin 2014).
  3. « Christian Marin, mort d'un gendarme de Saint-Tropez », sur lepoint.fr,‎ 5 septembre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]