Le Fresne-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Fresne-sur-Loire
Le Fresne-sur-Loire vu depuis la rive sud de la Loire, en crue.
Le Fresne-sur-Loire vu depuis la rive sud de la Loire, en crue.
Blason de Le Fresne-sur-Loire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Ancenis
Canton Varades
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ancenis
Maire
Mandat
Michel Vallée
2014-2020
Code postal 49123
Code commune 44060
Démographie
Gentilé Fresnois
Population
municipale
977 hab. (2011)
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 06″ N 0° 55′ 37″ O / 47.4016666667, -0.92694444444447° 24′ 06″ Nord 0° 55′ 37″ Ouest / 47.4016666667, -0.926944444444  
Altitude Min. 7 m – Max. 61 m
Superficie 6,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Le Fresne-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Le Fresne-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Fresne-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Fresne-sur-Loire
Liens
Site web http://www.lefresnesurloire.fr/

Le Fresne-sur-Loire est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune du Fresne-sur-Loire dans le département de la Loire-Atlantique.

Le Fresne-sur-Loire est situé sur la Loire, à la limite du département de Maine-et-Loire. Un ancien bras de la Loire, la Boire Torse, longe la petite cité du Fresne-sur-Loire.

Les communes limitrophes sont : Ingrandes-sur-Loire (Maine-et-Loire), dont le bourg est contigu à celui du Fresne, et dans la Loire-Atlantique, La Chapelle-Saint-Sauveur et Montrelais.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Le Fresne-sur-Loire était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du Fresne-sur-Loire vient de fresne : « frêne », du latin fraxinus : « frêne ».

Le Fresne-sur-Loire possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Le Fresnn (écriture ELG)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1789, l'agglomération angevine d'Ingrandes comporte une rue située sur le territoire de la province de Bretagne, la rue du Fresne. Cette rue est rattachée à la commune de Montrelais et au département de Loire-Inférieure lors de la réorganisation administrative de 1789-1790[2].

Le développement de la population concentrée à la limite d'Ingrandes amène en 1903 la création d'une commune nouvelle de Loire-Inférieure par démembrement de celle de Montrelais.

La rue du Fresne, puis le Fresne-sur-Loire, sont cependant restés attachés à la circonscription postale d'Ingrandes. Le code postal y est donc en « 49 » et non pas en « 44 »[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sable à un frêne d'argent terrassé du même ; au chef de gueules à la croix aussi d'argent soutenue d'une divise ondée du même, la croix chargée d'une moucheture d'hermine du champ.
Commentaires : Armes parlantes (le frêne rappelle le nom de la ville). La moucheture d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par Mme Cailleau (délibération municipale du 25 septembre 1987).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 Gérard de Belenet    
mars 2001 en cours Michel Vallée   contrôleur technique bâtiment
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1903, à partir de Montrelais.

En 2011, la commune comptait 977 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1906. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
772 724 660 680 696 706 687 649 632
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
785 804 794 734 699 866 879 982 977
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5]. , pour le recensement 2005 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28 %) est en effet supérieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Le Fresne-sur-Loire en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,4 
90 ans ou +
2,7 
8,2 
75 à 89 ans
17,8 
13,0 
60 à 74 ans
12,2 
15,4 
45 à 59 ans
14,4 
24,4 
30 à 44 ans
21,6 
10,7 
15 à 29 ans
12,0 
26,8 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Hameau[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Fresnaye, 1878.
  • Rue de la Pierre de Bretagne, située dans l'agglomération aux confins des provinces d'Anjou et de Bretagne. Une énorme pierre marquait à cet endroit la frontière de la Bretagne telle que fixée par le traité d'Angers en septembre 851 après la bataille de Jengland. La pierre est vendu en 1792, n'ayant plus d'utilité alors qu'allait naître la Première République « une et indivisible ». Cette vente est mentionnée dans le Registre des délibérations du Conseil municipal de Montrelais, à la date du 31 août 1792 : « [La réunion] tenue par Monsieur Martin, Maire, assistaient Mrs Jean Simon père, Vice-maire, Jacques Deslandes, Moreau, Reverrier fils, Bore officiers municipaux et Pierre Tourmeau l'aîné, procureur de la commune. A été procédé à la vente par adjudication de la ci-devant Pierre de Bretagne en conséquence de la publication qui en a été faite tant au bourg qu'à la rue du Fresne de cette paroisse le 24 de ce mois par le Sieur Perdriau notre greffier au son de la caisse. La dite pierre a été portée par M. Pierre Tourmeau l'aîné à 15 livres. Par Mathurin Auger, charpentier à 15 livres 10 sols et personne n'ayant enchéri l'adjudication a été faite audit Sieur Auger pour la dite somme de 15 livres 10 sols qu'il a remis de suite aux mains du Sieur J. Reverrier fils, l'un de nous, qui sera employée en pain, être distribuée aux pauvres de cette paroisse le dimanche 9 septembre prochain.[8] ».
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. Charles Cozic, Histoire de la presse à Nantes, page 311.
  3. Code postal d'Ingrandes : 49123. 36 communes en France présentent cette particularité : Codes postaux et codes Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Résultats du recensement de la population - Le Fresne-sur-Loire - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  7. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  8. [PDF] Jean Ménager, « Ingrandes-sur-Loire, le Fresne-sur-Loire - La Pierre de Bretagne - Qu’était-elle ? Où était-elle ? », sur tourisme-culture-patrimoine.fr (consulté le 11 août 2014)