Le Foyer juif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Foyer juif

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo officiel

Nom hébreu הבית היהודי
Présentation
Fondation 2008
Président Naftali Bennett
Affiliation ethnique Mizrahi, Juifs orthodoxe-moderne
Religion Judaïsme orthodoxe moderne
Positionnement Droite - Extrême droite
Représentation
Parlementaires
12 / 120
Orientations
Idéologie Nationalisme religieux,
Néosionisme,
Sionisme religieux,
Sionisme révisionniste,
Libéral-conservatisme,
Conservatisme social
Couleurs Vert
Informations
Siège Jérusalem, Israël
Site web baityehudi.org.il

Le Foyer juif (hébreu : הבית היהודי, HaBayit HaYehudi) est un parti politique nationaliste, conservateur et sioniste religieux[1],[2],[3] souvent classé à l'extrême droite du spectre politique israélien pour son néosionisme. Il est formé par la fusion du Parti national religieux, du Moledet et du Tkuma en novembre 2008, mais, peu après, ces deux dernières formations font sécession pour rejoindre l'Union nationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'affiche le Foyer juif pour les élections législatives israéliennes de 2013 : « Quelque chose de nouveau commence ».

Le Parti national religieux et l'Union nationale s'allient à l'origine afin de présenter une liste commune aux élections législatives israéliennes de 2006.

Le 3 novembre 2008, le nouveau parti est formé par la fusion du Parti national religieux, du Moledet et du Tkuma[4]. Cependant, Ahi et Hatikva, autres composantes de l'Union nationale, rejettent cette fusion. Leurs dirigeants, Effi Eitam et Aryeh Eldad respectivement, étant tous deux opposés à ce que le parti soit religieux[5], Effi Eitam reprochant en plus l'absence de primaires au sein du nouveau parti[6].

Cinq noms sont alors proposés pour baptiser la nouvelle formation : HaBayit HaYehudi (« le Foyer juif »), Shorashim (« Racines »), Atzma'ut (« Indépendance »), Shalem (« Ensemble »), et Amihai. Lors d'un scrutin sur internet, les adhérents choisirent « le Foyer juif »[7].

Ya'akov Amidror est désigné à la tête du comité chargé d'établir la liste du parti pour les élections législatives de 2009[4]. Le 8 décembre 2008, le rabbi Daniel Hershkovitz, mathématicien au Technion, est choisi afin de diriger le nouveau parti[8].

Lorsque le Foyer juif rend publique sa liste pour les élections de 2009, cinq des six premières places sont occupées par d'ex-membres du Parti national religieux. Le représentant à la Knesset du Tkuma Uri Ariel est la seule exception à la troisième place. Les sondages indiquant alors que le Foyer juif pourrait obtenir entre cinq et sept sièges, les six premières places sont âprement discutées. Les ex-membres de l'Union nationale se plaignent à nouveau. L'ancien représentant à la Knesset du Moledet Benny Elon indique ne pas vouloir de réélection et est remplacé par Uri Bank, immigrant venant des États-Unis. Les membres restant du Moledet, voyant que leur représentant le mieux placé est pointé à la 17e position sur la liste du nouveau parti, le quittent et s'allient avec le Hatikva dans une nouvelle Union nationale qu'Uri Bank intègre à son tour par la suite[9]. De son côté, l'Ahi rejoint le Likoud.

Le 25 décembre, le représentant à la Knesset du Tkuma Uri Ariel quitte aussi le parti afin de rejoindre l'Union nationale[10]. Cette défection fait que le Foyer juif devient à peine plus qu'un Parti national religieux rebaptisé.

Lors des élections législatives de 2009, le Foyer juif obtient trois sièges à la Knesset[11].

En 2012, Naftali Bennett, ancien dirigeant d'entreprise et ancien proche collaborateur de Benjamin Netanyahou quitte le Likoud pour le Foyer juif et en est élu président le 6 novembre. le Foyer juif obtient 12 sièges aux élections législatives de 2013.

Objectifs du parti[modifier | modifier le code]

Les principaux objectifs du parti sont :

  • Promotion de l'éducation juive dans les établissements scolaires.
  • Faciliter l’accès à l'éducation.
  • Réduction des écarts sociaux grâce à l'enseignement.
  • Renforcement des institutions d'enseignement religieux.
  • Gratuité totale de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur.
  • Refus de céder les « territoires contestés » (Territoires palestiniens occupés).
  • Protection de l'identité juive
  • Protection de l'armée, des institutions religieuses et de l'image d’Israël.
  • Encouragement des ultra-orthodoxes et des minorités religieuses à entrer dans la vie civile et militaire.
  • Lutte contre l'immigration clandestine et soutien à l'immigration juive.

Députés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Asher Arian, Michal Shamir, The elections in Israel 2009, Transaction Publishers, 2011, 306 p. (ISBN 9781412844321)
  • Barry Rubin (en), Israel: An Introduction, Yale University Press, 2012, 352 p. (ISBN 9780300162301)
  • Ami Pedahzur, The Triumph of Israel's Radical Right, Oxford University Press, 2012, 288 p. (ISBN 9780199744701)

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://fr.news.yahoo.com/photos/elections-l%C3%A9gislatives-isra%C3%ABl-photo-171556487.html
  2. http://www.newyorker.com/reporting/2013/01/21/130121fa_fact_remnick
  3. http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-21039696
  4. a et b (en) Right-wing parties unite Ynetnews, 3 novembre 2008.
  5. (en) "Petition: Include Eldad and Marzel in New Religious Party" Israel National News, 19 novembre 2008.
  6. (en) Eitam wants to join Likud Ynetnews, 3 novembre 2008.
  7. (en) New Nationalist Party Named 'The Jewish Home' Israel National News, 19 novembre 2008.
  8. (en) Habayit Hayehudi opts for Daniel Hershkovitz.
  9. (en) Moledet breaks from newly formed Bayit Hayehudi The Jerusalem Post, 18 décembre 2008.
  10. (en) Matthew Wagner, « National Union splits from Habayit Hayehudi », Jerusalem Post,‎ 25 décembre 2008 (consulté le 26 décembre 2008).
  11. (en) « Israel National News », Israel National News,‎ 10 février 2009 (consulté le 25 avril 2009).

Lien externe[modifier | modifier le code]