Le Cri de la mouette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouette (homonymie).
Le Cri de la mouette
Auteur Emmanuelle Laborit
Directeur de publication Charles Ronsac
Genre Roman autobiographique
Pays d'origine France
Éditeur Robert Laffont
Collection Vécu
Date de parution septembre 1994
Couverture Miké
Nombre de pages 216
ISBN 2-2210-7673-7

Le Cri de la mouette est un roman autobiographique d'Emmanuelle Laborit avec la collaboration de Marie-Thérèse Cuny, paru en septembre 1994 chez l'éditeur Robert Laffont dans la collection Vécu.

La comédienne, sourde de naissance, retrace ses souvenirs d'enfance, son apprentissage de la langue des signes, son adolescence, période éprouvante où elle essaye de forger sa propre personnalité, aidée par sa sœur.

Emmanuelle Laborit reçoit dans la même année le Prix Vérité, remis par la commune de Le Cannet.

Résumé[modifier | modifier le code]

Emmanuelle Laborit est une fille née sourde. Ses parents ne comprennent pas pourquoi, à l’âge de trois ans, elle ne parle pas alors que, lorsque l’on ferme une porte ou lorsque l’on tape des mains, elle y prête attention. Ils décident donc d’emmener la petite Emmanuelle chez un spécialiste qui décèle immédiatement la surdité de la petite fille. Ses parents ne veulent pas y croire mais doivent se rendre à l’évidence. L’attention que portait Emmanuelle, à chaque son intense, était due aux vibrations du sol. Sa mère va alors créer une véritable relation d’intimité avec sa fille alors que le père, notamment à cause de son travail mais aussi du handicap de son enfant, aura des distances dans leur relation. Mais un jour, alors qu’Emmanuelle est âgée sept ans, son père entend parler à la radio du « langage des signes ». Il emmène sa fille à Vincennes pour apprendre cette « langue ». Elle avait enfin une véritable identité. Plus tard, sa petite sœur, Marie, naît.

Emmanuelle part avec ses parents à Washington pour découvrir la façon de vivre des sourds américains. Elle y apprend notamment comment dire « Marie » en langue des signes. À onze ans, elle rentre en sixième aux cours Morvan mais il y est interdit de s'exprimer en langue des signes, la jeune fille est révoltée, tout ce temps passé à apprendre la langue des signes pour ne pas pouvoir l’utiliser.

À treize ans, Emmanuelle décide de ne plus travailler, révolté par tout ce qui se passe. Dominée par l’adolescence, elle veut trouver l’amour et fait la connaissance d'un jeune homme sourd avec qui elle va sortir. Ses parents ne l’aiment pas beaucoup. Elle échange avec lui son premier baiser. Mais, cet amour s'achève lors d'une fête quand Emmanuelle le trouve avec une autre fille. Elle commence à rentrer de plus en plus tard, à faire l’école buissonnière. Lors du retour d’une fête, Emmanuelle est entraînée dans un commissariat et y passe la nuit par la faute d’une bêtise de ses copains. Toute cette histoire braque la jeune fille encore plus.

À seize ans, ses parents découvrent qu’elle sèche les cours. Elle leur promet alors qu’elle ne le fera plus jamais et tient sa promesse, mais ne fait rien en classe. Un jour, elle essaye de voler un jeans avec sa copine ; elles se font arrêter. Par chance, on les libère. Il n’y a presque plus de dialogue entre son père et elle. Plus tard, ses parents divorcent. Emmanuelle enchaîne les fêtes, les cigarettes, l’alcool, la drogue, mais après avoir dépassé les limites, elle cesse de faire des bêtises.

La jeune fille se dirige vers l’avenir et commence le théâtre et tourne dans un film. Un jour, avec une communauté de sourds, on lui parle du SIDA et elle reconnaît avoir eu beaucoup de chance de ne pas avoir été contaminée. Sa mère ne lui cesse de lui répéter cette phrase « passe ton Bac d’abord ». Elle tente alors de le passer, en vain.

On lui propose un implant cochléaire à placer dans l’oreille interne et qui lui permettrait d’entendre. Mais elle refuse car elle veut rester comme elle est, accepter sa différence.

Elle tente de passer son Bac une deuxième fois et l’obtient. Elle joue alors dans une pièce de théâtre, Les Enfants du silence où elle est nominée aux Molières et remporte le Molière de la révélation théâtrale devenant la première personne sourde à en gagner un.

Bibliographie[modifier | modifier le code]