Le Crapaud et le Maître d'école

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Crapaud et le Maître d'école

Titre québécois Contes d'automne et de printemps
Titre original The Adventures of Ichabod and Mr. Toad
Réalisation Clyde Geronimi,
James Algar,
Jack Kinney
Scénario Voir fiche technique
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1949
Durée 68 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Crapaud et le Maître d'école – ou Contes d'automne et de printemps au Québec – (The Adventures of Ichabod and Mr. Toad) est le 15e long-métrage d'animation et le 11e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1949, il est composé de deux moyens-métrages : La Mare aux grenouilles et La Légende de la Vallée endormie (Le Fantôme du cavalier au Québec), inspirés respectivement des romans Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame (1908) et La Légende de Sleepy Hollow de Washington Irving (1819).

Le film présente les histoires de deux personnages fabuleux de la littérature anglo-saxonne. Le film est surtout connu comme étant la dernière des compilations du studio Disney produites durant les années 1940 avant la sortie en 1950 de Cendrillon. Malgré son manque de reconnaissance, la première séquence de ce film sert de base à une attraction d'un parc Disney et plusieurs des personnages ont été réutilisés dans d'autres productions.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le narrateur propose de découvrir « deux personnages d'exception »[1].

La Mare aux grenouilles

Inspirée du Vent dans les saules de Kenneth Grahame (1908) , la première partie du film raconte l'histoire de Crapaud baron Têtard dont la passion débordante pour les automobiles inquiète grandement ses amis Taupe, Rat et Blaireau[2], surtout quand Crapaud échange son manoir ancestral à des fouines contre un bolide volé... Crapaud se met rapidement à flâner sans but sur les routes, jusqu'au jour où sa drôle d'escapade le mène derrière les barreaux. Ses amis s'acharnent à prouver son innocence en allant chercher des preuves dans son ancien manoir occupé par des bandits.

La Légende de la Vallée endormie

Inspirée de La Légende de Sleepy Hollow de Washington Irving (1819), la deuxième partie raconte l'histoire d'Ichabod Crane qui, un jour d'automne, est nommé instituteur du village de Sleepy Hollow. Arrivé sur les lieux, il rencontre une jeune fille riche, Katrina Van Tassel, dont il tombe immédiatement amoureux. Il réussit à écarter Katrina de Brom Bones, la brute de la bourgade qui aime lui aussi la séductrice. Furieux, Brom décide pour se venger de raconter aux villageois l'effrayante légende du Cavalier sans tête à la soirée d'Halloween. Mais après la fête, Ichabod doit retourner seul chez lui en pleine nuit, en passant par la forêt...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations proviennent de : Leonard Maltin[4], John Grant[5], Jerry Beck[6].

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

La Mare aux grenouilles
La Légende de la Vallée endormie

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations proviennent du générique de début de la version VHS.

La Mare aux grenouilles
Version longue
La Légende de la Vallée endormie
Note : Le film n'ayant a priori pas fait l'objet d'une sortie cinéma sous sa forme originelle en France, les deux moyens-métrages ont été doublés de façon séparée lors de leur sortie en VHS ; des scènes supplémentaires de La Mare aux grenouilles ont été doublées pour la sortie DVD en 2003. La Légende de la Vallée endormie dispose d'un doublage différent dans sa version « indépendante ».

Chansons du film[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[8].

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

  • 26 octobre 1955 : La Mare aux grenouilles, seul dans l'émission télévisée Disneyland[9]
  • Automne 1992 : VHS de La Mare aux grenouilles
  • Automne 1992 : VHS de La Légende de la Vallée endormie
  • 8 octobre 2003 : VHS des deux films réunis
  • 8 octobre 2003 : DVD des deux films réunis

Origine et production[modifier | modifier le code]

Une compilation des années 1940[modifier | modifier le code]

En 1941, le studio Disney débute un projet de moyen métrage intitulé The Magnificient Mr. Toad et basé sur le roman Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame paru en 1908[10]. Dès cette période, Eric Blore est choisi pour faire la voix originale de Mr. Crapaud[3]. Mais comme le film ne durait que trois quarts d'heure, il a été mis de côté[10]. Quelques années plus tard, avec le besoin de produire des compilations, le projet ressort des cartons, le film est alors réduit de 48 minutes à une demi-heure et combiné sous le nom de Two Fabulous Characters[10] avec un autre projet inspiré de La Légende de Sleepy Hollow de Washington Irving paru en 1819.

Au début de l'année 1947, alors que la production du film Danny, le petit mouton noir est stoppée pour sept semaines, l'animation de Coquin de printemps s'achève et deux autres compilations sont en préparation, Mélodie Cocktail et Two Fabulous Characters[11] renommée par la suite Le Crapaud et le Maître d'école[12],[11]. L'ancien titre aurait souffert d'un possible déficit d'attirance auprès du public[13].

En novembre 1947, Ben Sharpsteen informe Walt Disney de l'avancement du projet Cendrillon et que les scénaristes Winston Hibler et Ted Sears ont rejoint la production du film Le Crapaud et le Maître d'école[14].

Durant la production, peu de temps avant de filmer l'animation, les décors du film ont disparu[10]. Une enquête de police a alors été menée et résolue après plusieurs semaines lorsqu'un coup de fil anonyme révéla qu'un jardinier avait les décors chez lui. Ceux-ci auraient été récupérés de l'autre côté de la clôture ceinturant le studio[10]. Il les avait emportés, enroulés dans un tube carton afin de les protéger pensant qu'ils avaient été jetés là[10].

L'animation[modifier | modifier le code]

La séquence d'ouverture du film reprend le principe inauguré avec Blanche-Neige et les Sept Nains dans laquelle un livre de conte s'ouvre sur l'air de Some Day My Prince Will Come, plantant le décor et les bases de l'histoire[15]. Ce type d'ouverture a été réutilisé pour plusieurs autres productions Disney[15] dont Danny, le petit mouton noir (1948), sorti l'année précédente, Cendrillon en 1950 ou La Belle au bois dormant en 1959. Dans Le Crapaud et le Maître d'école la scène est beaucoup plus longue, débutant même en dehors de la pièce[3]. Entrant par un vitrail dans une bibliothèque, la caméra s'avance vers les rayonnages puis un livre en particulier à la tranche rouge où il est écrit en lettres d'or Vent dans les saules, ce dernier s'ouvre alors[3]. La séquence de transition reprend le même principe en passant dans une pièce adjacente de la bibliothèque et en ouvrant un autre livre sur une carte de l'état de la région de New York[3]. John Hench, un artiste important du studio a travaillé sur la couleur et le style du film[16].

La Mare aux grenouilles[modifier | modifier le code]

La séquence de La Mare aux grenouilles est une tentative de Disney d'adapter la littérature jeunesse britannique du XIXe siècle[17]. Le studio y parvient mais omet de nombreux détails du texte original et en modifie d'autres tels les noms des personnages, Badger devenant ainsi Angus MacBadger[17]. Cette séquence comprend de nombreuses scènes qui s'enchaînent à un rythme effréné. Les scénaristes ont même dû résumer de nombreuses actions en utilisant un nouveau procédé, celui des manchettes ou unes de presse surgissant sur l'écran avec des gros titres[18]. Le château Crapaud évoque à la fois le château de Hampton Court et la demeure Abbotsford de sir Walter Scott.

La séquence comporte de nombreux personnages au nom évoquant pour la plupart leur espèce respective[17] : Crapaud, le Rat, la Taupe, Angus MacBlaireau, les fouines (ou belettes selon la version). Les personnages mineurs sont eux nommés d'après leur fonction : le procureur, le docteur, le juge ou l'avocat[17]. D'autres font exception, tel le cheval de Crapaud baptisé Cyril Trottegalop (Cyril Proudbottom) ou Moustache (Winkie, Winky ou Winkey dans la version anglophone[13]). D'après Grant, la voix originale de Cyril est bien celle de J. Pat O'Malley, mais elle prend les accents de l'acteur britannique et vedette de music-hall George Formby[17]. Les personnages du rat et de la taupe font respectivement et graphiquement écho à Sherlock Holmes et au docteur Watson[17].

La Légende de la Vallée endormie[modifier | modifier le code]

Costume traditionnel de Volendam, repris pour le personnage de Katrina Van Tassel.

L'histoire de La Légende de la Vallée endormie a été repensée par l'équipe de Disney, modifiant la fable de 1820 en une histoire où Ichabod survit à tous les pièges imaginés par Irving[19]. Le film présente une atmosphère totalement différente de la séquence précédente[18] avec ici un personnage asexué nommé Ichabod Crane qui arrive dans le petit village de Tarrytown[19].

Alors que le narrateur parle d'Ichabod comme d'un vieil ami[18], le héros entre en opposition avec des personnages masculins très forts, Brode parle de macho, mené par Bram Bones[20]. Ichabod parvient grâce à son éducation et sa maîtrise de la danse à se faire accepter par la gent féminine du village[20]. Dans leur tentative de conquête de la belle Katrina Van Tassel, Bram et Ichabod s'opposent. Katrina est la fille de Baltus Van Tassel, un riche fermier de la région, et est « grande, blonde, aux joues roses suaves, une jeune fille en fleur, dodue comme une perdrix[21]. » Son nom et son costume sont empruntés à la tradition néerlandaise dont le célèbre couvre-chef triangulaire[21]. Le costume est celui de Volendam, popularisé par la commercialisation du fromage édam, nommé d'après la ville voisine Edam. Bram (ou Brom) Bones est le chef autoproclamé d'une bande de jeunes garçons envinés et à l'aspect bovin qui terrorisent les environs[13]. Bram utilise la ruse en se servant d'une légende locale, celle du Cavalier sans tête[22]. Il chevauche son destrier baptisé Trompe-la-mort (Gunpowder) simulant le retour du cavalier[21].

Ichabod a été principalement animé par Frank Thomas[5]. Maltin note que Katrina est graphiquement très proche de Grace Martin dans la séquence The Martins and the Coys de La Boîte à musique (1946) et aussi de Slue Foot Sue dans Pecos Bill de Mélodie Cocktail (1948)[18]. Le personnage de Katrina Van Tassel dans La Légende de la Vallée endormie peut être considéré comme une ébauche graphique de Cendrillon (1950) alors en production.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le Crapaud et le Maître d'école est l'un des nombreux films produits durant les années 1940 par le studio Disney que Sébastien Roffat qualifie de « films composites »[23], car constitués de plusieurs séquences (en anglais, « segments ») indépendantes s'apparentant à des courts ou des moyens métrages, et généralement reliées entre elles par de brefs intermèdes. Steven Watts ajoute que des acteurs sont inclus dans les séquences de ces films suivant l'exemple de La Boîte à musique (1946) et inclut dans ce groupe Coquin de printemps (1947) et Mélodie Cocktail (1948)[24].

C'est la dernière compilation des années 1940 du studio[12],[5] et la seconde composée de deux moyens métrages[5]. À la fin de cette décennie, de nombreux admirateurs de Disney s'inquiétaient de voir le studio glisser vers une médiocrité pour le public de masse[3].

Deux séquences réunies mais différentes[modifier | modifier le code]

Pour John Grant, malgré sa forme similaire à Coquin de printemps (1947), un découpage en deux moyens métrages, ce film est « beaucoup plus ambitieux mais moins charmant[25] bien qu'ayant un peu plus de succès[5]. » Grant indique aussi que les deux séquences s'agencent difficilement ensemble malgré les propos du narrateur[5]. Pour Jerry Beck, le film permet toutefois de renforcer la position dominante du studio Disney et ses compétences en animation, narration et création de personnages[12]. Grant note que les deux séquences s'opposent par le simple fait que dans la première les personnages ont chacun une voix, tandis que dans la seconde seul le narrateur parle[17].

Pour Douglas Brode, les deux séquences contiennent des expériences proches de la mort, entre le cavalier sans tête poursuivant Ichabod Crane et M. Crapaud plongé dans l'eau avec une chaîne et un boulet à ses pieds ; dans les deux cas, aucune explication n'est fournie pour connaître comment ils en réchappent[26]. Deux scènes complètent ces sentiments morbides, dont l'image du chevalier brandissant sa rapière contre Ichabod et la corde de pendu préparée pour Crapaud[26]. Ce sont des éléments rares chez Disney qui, pour Brode, évoquent une possible fascination morbide[26]. De plus, à l'inverse des productions traditionnelles destinées à la jeunesse, Disney parvient à confronter le jeune public avec la mort d'une manière proche de la définition shakespearienne, celle « d'une fin nécessaire[27] ». Toutefois, Disney reste Disney et les deux héros apprennent une morale, Ichabod apprend l'humilité dans sa conquête de la belle Katrina, quant à Crapaud, il change d'objectif, partant à la conquête des airs ayant perdu celle de la terre[26].

Finalement, les deux séquences confortent Walt Disney dans le fait que son studio peut à nouveau produire des longs métrages d'animation d'un seul tenant, Cendrillon (1950) étant en production[28]. Les critiques de l'époque évoquent pour la plupart leur impatience pour ce long métrage au détriment d'une analyse de cette compilation[17].

Les séquences en détail[modifier | modifier le code]

Pour Beck, la séquence La Mare aux grenouilles comprend certains éléments des plus comiques en termes d'animation et d'exagération comme la folie automobile de M. Crapaud[12]. Le comique est souvent dirigé contre les personnages principaux, les tournant en ridicule[18]. Tandis que pour Maltin, elle contient certains des éléments les plus artistiquement réussis du studio[3]. La séquence d'ouverture est pour lui « une merveille de perfection[3] ». Maltin précise ensuite que c'est surtout au niveau du son et des voix que le film se démarque[3]. Eric Blore incarne, est M. Crapaud tandis que les effets sonores vont jusqu'à atténuer le son lorsque Crapaud se bouche les oreilles[3]. La scène du procès est le summum du film avec beaucoup de sentiments, allant de la culpabilité suite au réquisitoire du magistrat, au comique avec les poses loufoques de Crapaud déguisé en avocat britannique[18]. Les scènes suivantes poursuivent dans la débauche de sentiments ambivalents avec les remords de Crapaud emprisonné ou la passion, lors de la reconquête de ses biens[18].

Cavalier sans tête poursuivant Ichabod Crane (1858), John Quidor.

La séquence La Légende de la Vallée endormie est enrichie par son atmosphère et ses nuances[28]. La scène de la rencontre entre Ichabod et le cavalier sans tête, conçue et animée par Frank Thomas et John Sibley, est l'une des plus réussies du studio[28]. Brode voit dans l'aspect d'Ichabod Crane une représentation, une caricature de l'homme efféminé qu'il retrouve dans Johnny Pépin-de-Pomme, le héros de la séquence éponyme du film Mélodie Cocktail (1948)[20]. Son caractère asexué s'oppose à celui très machiste de Bram Bones[20]. Pour Brode, cette séquence réunit les héros de deux séquences de Mélodie cocktail, Pecos Bill et Johnny Pépin-de-Pomme[22]. Grant note un léger parallèle entre Toad et son cheval Cyril d'un côté, Ichabod et son cheval après la poursuite par le cavalier sans tête de l'autre : ce sont les chevaux qui consolent leur cavalier[13]. Pour Grant, la plupart des personnages principaux ne sont pas attirants (dans le sens que l'on ne se retrouve pas en eux)[29] : Ichabod est juste mais perd, Brom est malveillant et gagne, Katrina est seulement coquette... Grant considère que le film possède une morale curieuse, divergente des autres productions de Disney : un homme studieux ne peut pas accomplir son rêve d'épouser une belle femme[29]. On peut aussi noter que l'histoire évoque un Ichabod ambitieux intéressé non pas par la beauté de la jeune fille mais surtout la fortune de son père, ses propriétés et son argent. Rappelons que c'est en l'espèce un élément du texte original de Washington Irving[29].

Adaptations et réutilisations[modifier | modifier le code]

Façade de l'attraction Mr. Toad's Wild Ride à Disneyland.

La séquence de La Mare aux grenouilles (32 min) a été diffusée au cinéma seule sous le nom The Madcap Adventures of Mr. Toad le 25 décembre 1975[30].

Mr. Toad's Wild Ride est une attraction de type parcours scénique inspirée de la séquence La Mare aux grenouilles ouverte en 1955 à Disneyland et en 1971 au Magic Kingdom de Walt Disney World Resort[31]. Alors que la première existe toujours, celle du Magic Kingdom a fermé définitivement en 1998. Le parc Disneyland français possède un restaurant nommé Mr. Toad's situé entre l'attraction Peter Pan's Flight et la gare du Disneyland Railroad et présentant une façade identique aux attractions.

En 1985, la séquence La Légende de la Vallée endormie a été intégrée à une vidéocassette japonaise intitulée Bakemono no hanashi (« Histoires qui font peur ») contenant aussi Les Revenants solitaires (1937), Donald et le Gorille (1944), Donald et la Sorcière (1952) et des extraits de La Danse macabre (1929) comme interludes, afin de promouvoir l'attraction Cinderella Castle Mystery Tour de Tokyo Disneyland[32].

La Mare aux grenouilles constitue la première apparition du « gang des belettes » (ou fouines) qui sèmera la terreur dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (1988)[33]. Elles sont également présentes dans Le Noël de Mickey (1983) aux côtés de Crapaud, Rat, Taupe, Blaireau et Cyril Trottegalop[13].

Titre en différentes langues[modifier | modifier le code]

  • Allemand : Die Abenteur von Ichabod und Taddäus Kröte
  • Cantonais : 伊老師與小蟾蜍大歷險 (« La Grande Aventure de M. I et Petit Toad »)
  • Coréen (Corée du Sud) : 이카보드와 토드의 모험
  • Danois : Søvnigdalens legende
  • Espagnol : La leyenda de Sleepy Hollow y el Sr. Sapo (Espagne) / Dos personajes fabulosos (Amérique latine)
  • Espéranto : La Aventuroj de Iĥabod kaj S-ro Bufo
  • Finnois : Herra rupikonna ja Iisoppi kurkinen
  • Italien : Le avventure di Ichabod e Mr. Toad
  • Néerlandais : De Avonturen van Ichabod en Meneer Pad
  • Japonais : イカボードとトード氏 (Ikabōdo to Tōdo-shi : « Ichabod et Mr. Toad »)
  • Mandarin : 伊老师与小蟾蜍大历险
  • Polonais : Legenda o sennej dolinie
  • Portugais : As aventuras de Ichabod e o Sr. Toad (Portugal) / Dois sujeitos fabulosos (Brésil)
  • Suédois : Det Susar i Säven och Ichabods äventyr

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le titre initial du projet : Two Fabulous Characters
  2. Ange McBlaireau dans le redoublage.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Leonard Maltin, The Disney Films: 3rd Edition, p. 91
  4. (en) Leonard Maltin, The Disney Films: 3rd Edition, pp. 89-91
  5. a, b, c, d, e et f (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 222.
  6. (en) Jerry Beck, The Animated Movie Guide, pp. 1-2.
  7. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 123
  8. (en) Le Crapaud et le Maître d'école sur l’Internet Movie Database
  9. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 323
  10. a, b, c, d, e et f (en) David Koenig, Mouse Under Glass, p. 69
  11. a et b (en) Michael Barrier, The Animated Man: A Life of Walt Disney, p. 204.
  12. a, b, c et d (en) Jerry Beck, The animated movie guide, p. 1.
  13. a, b, c, d et e (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 224.
  14. (en) Neal Gabler, The Triumph of American Imagination, p. 461
  15. a et b (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 26.
  16. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 435
  17. a, b, c, d, e, f, g et h (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 223.
  18. a, b, c, d, e, f et g (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 92.
  19. a et b (en) Douglas Brode, Multiculturalism and the Mouse, p. 238.
  20. a, b, c et d (en) Douglas Brode, Multiculturalism and the Mouse, p. 239.
  21. a, b et c (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 225.
  22. a et b (en) Douglas Brode, Multiculturalism and the Mouse, p. 240.
  23. Sébastien Roffat, Animation et Propagande, p. 260.
  24. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 249
  25. (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 214.
  26. a, b, c et d (en) Douglas Brode, From Walt to Woodstock, p. 184
  27. (en) Douglas Brode, From Walt to Woodstock, p. 185
  28. a, b et c (en) Jerry Beck, The animated movie guide, p. 2.
  29. a, b et c (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 226.
  30. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 342
  31. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 379
  32. (en) Aviad E. Raz, Riding the Black Ship, p. 45
  33. (en) David Koenig, Mouse Under Glass - Secrets of Disney Animation & Theme parks, p. 181
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 18 avril 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Bon thème
10 articles
           Bon article Studios Disney de 1941 à 1950 - Longs métrages d'animation des années 1940