Le Crabe aux pinces d'or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Crabe aux pinces d'or
9e album de la série Les Aventures de Tintin
Image illustrative de l'article Le Crabe aux pinces d'or

Auteur Hergé
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Tintin
Milou
Capitaine Haddock
Dupond et Dupont
Lieu de l’action Drapeau de la Belgique Belgique
Océan Atlantique
Sahara
Drapeau : Maroc Maroc

Éditeur Casterman
Première publication 1941 (noir et blanc)
1943 (couleur)
Nb. de pages 62 (couleur)
105 (noir et blanc)

Prépublication Le Soir Jeunesse (début)
Le Soir (fin)
Albums de la série Les Aventures de Tintin
Précédent Le Sceptre d'Ottokar L'Étoile mystérieuse Suivant

Le Crabe aux pinces d'or est le neuvième album de bande dessinée des aventures de Tintin, par Hergé, prépublié en noir et blanc du 17 octobre 1940 au 18 octobre 1941 dans les pages du Soir jeunesse, supplément du journal Le Soir, puis dans Le Soir lui-même. La version couleur et actuelle de l'album est parue en 1943.

Résumé[modifier | modifier le code]

Tintin s'intéresse à la mort d'un marin, retrouvé noyé dans un port. Cette mort, dont on ne sait pas si elle est accidentelle, a un lien avec une boîte de crabe vide que Milou a trouvée en fouillant dans une poubelle. En effet, on a retrouvé dans les vêtements du marin un message écrit sur un bout de papier qui, vraisemblablement, faisait partie de l'emballage de cette boîte de conserve. Ce message comporte un mot : « Karaboudjan », qui s'avère être le nom d'un cargo. Tintin enquête sur ce navire, mais il est bientôt retenu prisonnier à bord par l'équipage...

Tintin découvre par la suite que le fret de boîtes de conserve ne contient pas du crabe, contrairement à ce que leur emballage laisserait à penser, mais de l'opium. C'est en cherchant à s'évader qu'il rencontre le capitaine Haddock, théoriquement le maître à bord, mais qui, se laissant aller à son penchant pour l'alcool, est délibérément maintenu enivré par son lieutenant Allan, ce dernier ayant ainsi pu prendre, de fait, le commandement. Tintin apprend à Haddock stupéfait que son équipage est impliqué dans un trafic de drogue. Ils vont donc fuir ensemble. Tintin, Milou et Haddock se retrouvent plus tard au Maroc, où le jeune reporter s'emploie à démasquer les trafiquants et Haddock à combattre son alcoolisme

Inspiration[modifier | modifier le code]

Pour cet album, Hergé s'est notamment servi du roman de Joseph Peyré, L'Escadron blanc publié en 1931[1]. Ce roman raconte les poursuites entre méharistes sahariens et troupes de pillards dans le désert. Il a sans doute également lu Courrier Sud et Vol de Nuit, deux romans d'Antoine de Saint-Exupéry, qui racontent notamment des raids de rebelles contre des aviateurs[2].

Enivrés par les vapeurs du vin dans les caves d'Omar Ben Salaad, le capitaine et Tintin chantent. Haddock cite la première phrase, « Je suis le roi de la montagne », du poème l'Armailli du Moléson par Ignace Baron[3], et Tintin chante un extrait de l'opéra La Dame blanche de Boieldieu[4] .

Contexte[modifier | modifier le code]

Hergé publie cet album en 1941. La Belgique étant occupée par les Allemands et le journal Le Soir étant surveillé par eux, il doit se contenter de sujets neutres[2].

Commentaire[modifier | modifier le code]

Cet album est important en ce qu'il introduit la présence du Capitaine Haddock aux côtés de Tintin. Si Milou nous montre parfois que l'on a des choix difficiles à faire, la chose devient encore plus réaliste avec ce nouveau personnage hautement humain (en qualités et défauts) qui tranche avec l'absence de scepticisme de Tintin. À travers lui sont traités des sujets sérieux portant sur des troubles de comportement graves (alcoolisme allant jusqu'au délire, colères et injures fréquentes, compulsion à la bagarre) et la volonté de montrer que derrière il y a un être humain capable de grande sensibilité et générosité. C'est un homme mûr dont la personnalité va évoluer alors qu'il va accompagner l'adolescent. L'humour utilisé par Hergé dans la description du personnage va permettre sa totale acceptation. Bien des choses seront dites (et écrites) sur cette figure paternelle.[réf. nécessaire]

C'est la deuxième apparition du contrebandier Allan Thompson, déjà entrevu dans la version couleur de 1955 de l'album Les cigares du pharaon dans lequel il faisait du trafic d'armes en Mer Rouge. En revanche, c'est le seul album où il n'est pas sous les ordres de Roberto Rastapopoulos, ce dernier étant son employeur dans les autres albums où il apparaît[5].

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • Dans cet album, Hergé a réalisé ce qui était, d'après lui, l'un de ses deux meilleurs dessins[6] (page 38, case A2) [7] car il a réussi à représenter en une seule case ce qui « pourrait être le même bonhomme, à des moments successifs, qui est couché, qui se relève doucement, qui hésite et qui s'enfuit »[8].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Autres versions de l'album[modifier | modifier le code]

  • Cet album fut réédité en couleurs en 1943. Tout comme pour Tintin en Amérique, Hergé fut contraint d'y modifier certains personnages sous la pression des éditeurs américains lors de la publication dans ce pays. Il en est notamment ainsi aux cases p. 17A2 et p. 53D2. C'est ainsi que les scènes où Haddock boit du rhum furent modifiées de façon à ce qu'on ne puisse plus le voir le goulot à la bouche (p. 19BC et 25A3-4), dans le but de ne pas choquer la conscience des jeunes américains et toujours dans le cadre du « politiquement correct ». Jumbo et le personnage qui inflige la bastonnade au capitaine ont vu leur couleur de peau passer du noir au blanc. Également, lorsque le capitaine poursuit son bourreau, il change de phrase : « Il faut arrêter ce nègre » qui se change en « Il faut arrêter cet homme »[9],[10].
  • La seconde version ne comportait que 58 planches (Hergé avait trop rétréci son histoire de départ), pour arriver à 62. Hergé compléta l'album avec des planches ne comportant qu'un seul dessin, reprenant les hors-textes couleurs inclus dans l'album noir et blanc. Ces hors-textes furent redessinés en 1948 et sont ceux présents dans les albums édités depuis[9].
  • Si le titre original de l'album était bien Le Crabe aux pinces d'or, Hergé avait par la suite changé d'idée pour le nommer Le Crabe rouge, titre pouvant assurer la continuité de la série après Le Lotus bleu et L'Île noire. Mais ce changement de titre survenait trop tard, Casterman ayant déjà débuté l'impression de la couverture avec le titre original[11]

Versions animées[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Parodie[modifier | modifier le code]

  • Le Crabe aux pinces d'or a fait l'objet d'une parodie littéraire : Le Crado pince fort. Néanmoins la Fondation Moulinsart, qui gère les droits financiers et moraux d'Hergé sur son œuvre, a intenté un procès à l'encontre de la maison d'édition ayant publié ce roman, pour plagiat et parasitisme [12] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comme le démontre Frédéric Soumois, Dossier Tintin : Sources, Versions, Thèmes, Structures, Bruxelles, Jacques Antoine,‎ 1987, 316 p. (ISBN 2-87191-009-X), p. 161-162
  2. a et b Frédéric Soumois, « Prendre le grand large », Historia, Paris « Hors-série » « Les personnages de Tintin dans l'histoire : Les événements de 1930 à 1944 qui ont inspiré l'œuvre d'Hergé »,‎ juillet 2011, p. 91
  3. Mis en musique par Casimir Meister et chanté par l'abbé Joseph Bovet.
  4. Lire en ligne: Le Crabe aux pinces d'or.
  5. Lire en ligne: Les aventures de Tintin.
  6. Le second se trouve dans l'album Le Trésor de Rackham le Rouge, page 25, case A1
  7. Voir la vignette sur ce site.
  8. Numa Sadoul, Entretiens avec Hergé : Édition définitive, Tournai, Casterman, coll. « Bibliothèque de Moulinsart »,‎ 1989, 3e éd. (1re éd. 1975), 256 p. (ISBN 2-203-01708-2), p. 156
  9. a et b Benoît Peeters, Le monde d'Hergé, Tournai, Casterman,‎ décembre 1984, 2e éd., 320 p. (ISBN 2-203-23124-6), p. 107-109
  10. Frédéric Soumois, Dossier Tintin : Sources, Versions, Thèmes, Structures, Bruxelles, Jacques Antoine,‎ 1987, 316 p. (ISBN 2-87191-009-X), p. 162-165
  11. orpostal.com, livres et films: Tintin et le crabe aux pinces d’or.
  12. Voir article sur NouvelObs (10.07.2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]