Le Couac (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Couac)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couac.

Le Couac est un mensuel québécois qui se définit comme « un journal satirique libre et indépendant[1] » dans le style du Canard enchaîné. Il a été fondé en 1997 par Jean-François Nadeau et Pierre de Bellefeuille. Au nombre de ses premiers collaborateurs, on compte les cinéastes Pierre Falardeau et Pierre Perrault, les écrivains Pierre Vadeboncœur, Victor-Lévy Beaulieu et Louis Hamelin.

Sa première devise était Couac on dise, couac on fasse..., en référence au célèbre discours de Robert Bourassa le 22 juin 1990 suite au blocage de l'Accord du Lac Meech. Il a ensuite eu d'autres devises : Un drôle d'oiseau et je pense donc je nuis.

Le fonds d'archives du journal Le Couac est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[2].

Collaborateurs[modifier | modifier le code]

  • Francis Dupuis-Déri
  • Pierre de Bellefeuille
  • Pierre Vadeboncoeur
  • Bruno Dubuc
  • David Ledoyen
  • Martin Petit
  • Clôde de Guise
  • Jacques Bouchard
  • Simon Tremblay-Pepin (aujourd'hui chez IRIS)
  • Éric Martin (aujourd'hui chez IRIS et Cégep Édouard-Montpetit)
  • Isabelle Baez
  • Michel Rioux
  • Musironie
  • Eve-Lyne Couturier
  • Guillaume Beaulac
  • Anne-Marie Provost
  • Ludvic Moquin-Beaudry
  • Roger Rashi
  • Marc-André Cyr
  • Louise-Caroline Bergeron
  • Claude G. Charron
  • Martin Dufresne
  • Robert Beaudry (bobidoche)
  • Ramon Vitesse
  • François Cavaillès
  • Yvon D. Ranger
  • Valentin Tardi
  • Claire Lapointe
  • Christian Vanasse
  • Étienne Després
  • Coopérative Molotov

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lecouac.org/
  2. Fonds journal Le Couac (P838) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (fr) Le Couac - Site officiel de la publication.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dix ans de Couacs. Je pense donc je nuis, 2007.