Le Conformiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Conformiste (il Conformista) est un film politique réalisé par Bernardo Bertolucci, sorti en 1970. Il s'agit d'une coproduction italienne, française et ouest-allemande. Le scénario a été rédigé par Bertolucci d'après le roman Le Conformiste (1951) d'Alberto Moravia. Le film est interprété entre autres par Jean-Louis Trintignant et Stefania Sandrelli.

Le film est une analyse de la mentalité fasciste qui en explore la motivation sexuelle. Marcello Clerici est un Italien lâche qui passe sa vie à se conformer à ce que font les autres et qui rejoint le parti fasciste italien comme un moyen de disparaître dans la foule en en faisant partie. Bertolucci utilise l'art et le décor des années 1930 qu'il associe à la mentalité fasciste et à l'époque : les salons de la classe moyenne et les pièces gigantesques de l'élite dirigeante.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1917. Quand il avait treize ans Marcello Clerici, ayant été sexuellement agressé par le chauffeur Lino, lui a pris son pistolet et l'a déchargé sur lui. Depuis, des sentiments de culpabilité le poursuivent à cause du meurtre qu'il croit avoir commis, et le besoin se développe chez Marcello de s'adapter en devenant le plus possible normal et sociable. Cette envie est renforcée par la répugnance que lui inspirent ses parents (son père est à l'hôpital psychiatrique, sa mère est une toxicomane toute décatie) et par son homosexualité qu'il n'ose pas avouer. Dans l'Italie fasciste, il fait carrière en tant que fonctionnaire et, en 1938, par l'entremise de son ami Italo il entre dans la police secrète. En même temps, il veut trouver une femme pour se marier avec elle et son choix tombe sur Giulia, une petite bourgeoise, pas particulièrement intelligente. Il propose à la police secrète, pendant sa lune de miel à Paris, d'espionner son ancien professeur Luca Quadri, qui est maintenant un des principaux dirigeants antifascistes.

Alors qu'il est en route pour retrouver Quadri, Marcello reçoit à Vintimille l'ordre de l'assassiner. Avec Giulia il rend visite à Paris au professeur, qui vit dans un exil doré avec Anna son épouse française. Anna se rend vite compte des intentions hostiles de Marcello et le lui fait comprendre. Il lui fait sentir qu'il la désire. Quand par la suite Anna se retrouve seule avec Giulia, elle réussit à avoir avec elle des contacts sexuels ; pendant ce temps elles sont observées par Marcello qui s'en va à nouveau. Alors que Marcello est parfaitement au courant, Manganiello, l'agent de la police secrète, ne cesse de suivre les deux couples pendant qu'ils vont faire du shopping et participer à une soirée dansante. Le professeur confie qu'il doit se rendre dans sa villa de Savoie qui se trouve dans un lieu écarté, Anna doit le rejoindre plus tard. Marcello saisit l'occasion pour organiser le meurtre du professeur de sorte qu'Anna ne soit pas tuée elle aussi : il fait préparer un piège pour Quadri quand il sera en route pour la Savoie. Toutefois, à la dernière minute, Anna décide de l'accompagner, déçue de n'avoir pu gagner l'affection de Giulia. Quand Marcello l'apprend, il suit Anna avec Manganiello dans une voiture pour la sauver. Ils rejoignent le couple dans une forêt, où Quadri est tombé dans le piège de la police secrète et est poignardé. De la voiture Marcello observe le meurtre. Quand Anna en suppliant frappe contre la vitre, il la regarde sans réagir. Elle fuit dans la forêt, où les sbires l'abattent.

Cinq ans plus tard, en 1943, il vit avec son enfant et Giulia dans l'appartement de cette dernière où ils ont dû accueillir des réfugiés de guerre. Après la chute du gouvernement de Mussolini qui a été la grande erreur de sa vie, la fin le montre passant la nuit par le Colisée où il surprend par hasard la conversation d'un jeune adolescent qui se prostitue et d'un homme qui essaie de le prendre pour la nuit. Dans ce dernier il reconnait soudain Lino qu'il croyait avoir tué quand il était lui-même un enfant, mais qu'il n'avait fait que blesser. Au bord de la crise de nerfs Marcello crie aux passants, d'une façon embrouillée et confuse, que Lino était un fasciste et un assassin et que c'est lui qui a tué le professeur Quadri. L'homme s'enfuit. Dans la dernière scène du film la caméra glisse au-dessus des fesses nues de l'adolescent couché sur le lit puis s'arrête sur le visage de Marcello, assis à côté de lui. Selon toute apparence, ils ont passé la nuit ensemble.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références de traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :