Le Chef-d'œuvre inconnu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Chef-d’œuvre inconnu
Image illustrative de l'article Le Chef-d'œuvre inconnu
Illustration de Pierre Vidal (illustrateur)
Publication
Auteur Honoré de Balzac
Langue Français
Parution Drapeau de la France France, 1831,
dans l'Artiste
Recueil Études philosophiques de La Comédie humaine
Intrigue
Genre Étude philosophique
Date fictive 1612
Lieux fictifs Paris
Personnages Frenhofer, vieux maître
Porbus, peintre reconnu
Nicolas Poussin, jeune peintre
Gillette, amoureuse de Poussin
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Melmoth réconcilié Gambara Suivant

Le Chef-d’œuvre inconnu est une nouvelle d’Honoré de Balzac publiée dans le journal l'Artiste sous le titre de Maître Frenhofer, en août 1831, puis toujours dans le même journal sous le titre Catherine Lescault, conte fantastique, la même année. Paru une nouvelle fois dans les Études philosophiques, en 1837, il est intégré à La Comédie humaine en 1846.

Le Chef-d’œuvre inconnu constitue une réflexion sur l’art.

Incipit :

« Vers la fin de l’année 1612, par une froide matinée de décembre, un jeune homme dont le vêtement était de très mince apparence, se promenait devant la porte d’une maison située rue des Grands-Augustins, à Paris. »

Résumé[modifier | modifier le code]

Le jeune Nicolas Poussin, encore inconnu, rend visite au peintre Porbus dans son atelier. Il est accompagné du vieux maître Frenhofer, qui émet de savants commentaires sur le grand tableau que Porbus vient de terminer. Il s’agit de Marie l'Égyptienne, dont Frenhofer fait l’éloge, mais qui lui paraît incomplet. En quelques coups de pinceau, le vieux peintre métamorphose le tableau de Porbus au point que Marie l’Égyptienne semble renaître à la vie après son intervention. Toutefois, si Frenhofer domine parfaitement la technique, il lui manque, pour son propre ouvrage, La Belle Noiseuse, toile à laquelle il travaille depuis dix ans, le modèle en art idéal, une femme qui lui inspirerait la perfection vers laquelle il tend sans jamais l’atteindre. Ce futur chef-d’œuvre, que personne n’a encore jamais vu, serait le portrait de Catherine Lescault.

Poussin propose au vieux maître de faire poser la femme qu’il aime : la belle Gillette, ce que Frenhofer accepte. La beauté de Gillette l’inspire à tel point qu’il termine La Belle Noiseuse très rapidement. Mais, lorsque Poussin et Porbus sont conviés à l’admirer, ils n’aperçoivent sur la toile qu’une petite partie d’un pied magnifique perdu dans une débauche de couleurs. La déception qui se lit sur leurs visages pousse le maître au désespoir. Le lendemain, Frenhofer meurt après avoir mis le feu à son atelier.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Picasso et Le Chef-d’œuvre inconnu[modifier | modifier le code]

Ambroise Vollard propose en 1931 à Picasso d’illustrer Le Chef-d’œuvre inconnu.

L’histoire, qui met en scène le vieux peintre Frenhofer, permet à Picasso, fasciné par le texte, de s’identifier d’autant plus aisément à celui-ci que l’atelier de Frenhofer se situe non loin de celui de Porbus, rue des Grands-Augustins.

Peu de temps après la proposition de Vollard, Picasso va d'ailleurs louer un atelier au numéro 7 de cette même rue où il peindra son chef-d’œuvre, Guernica. Picasso demeura dans cet atelier pendant la Seconde Guerre mondiale.

Jacques Rivette et La Belle Noiseuse[modifier | modifier le code]

Le Chef-d’œuvre inconnu a inspiré à Jacques Rivette le film La Belle Noiseuse en 1991. C'est Bernard Dufour qui « tenait le pinceau » de l'artiste.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Serres, Genese, Grasset, 1982, p. 26-52
  • Françoise Pitt-Rivers, Balzac et l'art, Éditions du Chêne, 1993
  • La Philosophie de l'art chez Balzac, Slatkine Reprints, avril 1998, ISBN 2-05-101604-6
  • René Guise, Autour du Chef-d'œuvre inconnu de Balzac, École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD), 1985, ISBN|2905710004
  • Jean Adhémar « Balzac, sa formation artistique et ses initiateurs successifs », Gazette des beaux-arts, déc. 1984, p. 231-242
  • « Balzac et l’image », L’Année balzacienne, 2004, Paris, P.U.F.
  • Véronique Bartoli-Anglard « L’Art et l’idéal dans Le Chef-d’œuvre inconnu de Balzac », L’École des lettres, 15 avril 1994, p. 21-44.
  • Geneviève Dewulf, « Balzac et l’œuvre d’art (Le Chef-d’œuvre inconnu ; Gambara ; Massimilla Doni) », in L’Œuvre d’art : Balzac, Proust, Rilke, Presses universitaires de Nancy, 1993, p. 145-179
  • Delphine Gleizes, « ‘Copier, c’est vivre’. Des valeurs de l’œuvre d’art dans le roman balzacien », L’Année balzacienne 2004. Balzac et l’image, p. 151-167
  • Joël Hoff, Collectors and Collections in Balzac 1822-1847, Harvard University, 1984, thèse dirigée par Richard Sieburth
  • (de) L’Artiste selon Balzac : entre la toise du savant et le vertige du fou, catalogue de l’exposition de la Maison de Balzac (22 mai - sept.), Paris, Paris-Musées, 1999
  • Pierre Laubriet, L’Intelligence de l’art chez Balzac : d’une esthétique balzacienne, Genève, Paris, Slatkine reprints, 1980, 578 p. [réimpr. de l’éd. Didier, 1961].
  • (de) Claudia Laurich, Der französische Malerroman, Institut für Romanistik der Universität Salzburg, 1983, [sur Balzac, p. 24-37].
  • (it) Maria-Giulia Longhi, « Balzac e il collezionismo », Quaderni dell’ Istituto di lingue e letterature neolatine [Milano], Sezione francese, n° 1, 1981, p. 1-17.
  • Raymond Mahieu, « Honoré de Balzac, Le Chef-d’œuvre inconnu, Gambara, Massimilla Doni, in L’Œuvre d’art : Honoré de Balzac, « Le Chef-d’œuvre inconnu », « Gambara », «Massimilla Doni » ; Marcel Proust : « A l’ombre des jeunes filles en fleurs », Rainer-Maria Rilke, « Lettres à un jeune poète », Berlin, 1993, p. 5-54.
  • Isabelle Mimouni, Balzac illusionniste. Les arts dans l’œuvre de l’écrivain, Paris, Adam Biro, 1999, 127 p.
  • Kôhei Sawasaki, « Théorie de l’art chez Balzac », Annales des sciences humaines, 1964, n° 39.
  • Max Andréoli, « Sublime et parodie dans les Contes artistes de Balzac », L'Année balzacienne, 1994, n° 15, p. 7-38.
  • Véronique Bartoli-Anglard, «  L’Art et l’idéal dans Le Chef-d’œuvre inconnu de Balzac », L’École des lettres, 15 avril 1994, p. 21-44.
  • Claude E. Bernard, « La Problématique de ‘l’échange’ dans Le Chef-d’œuvre inconnu d’Honoré de Balzac », L’Année balzacienne, 1984, n° 4, p. 201-213.
  • (en) Kevin Bongiorni, « Balzac, Frenhofer, Le Chef-d’œuvre inconnu : Ut Poesis Pictura », Mosaic, June 2000, n° 33 (2), p. 87-99.
  • (en) Helen Osterman Borozowitz, « Balzac’s unknown masters : Le Chef-d’œuvre inconnu », The Impact of art on French literature. From de Scudéry to Proust, Newark, University of Delaware Press, 1985, p. 130-146.
  • Jean-Loup Bouget, « Balzac et le pictural », The Romanic Reviewv, nov. 1973, p. 286-295.
  • (en) Adam Bresnick, « Absolute Fetishism: Genius and Identification in Balzac’s Unknown Masterpiece », Paragraph, July 1994, n° 17 (2), p. 134-52.
  • Michel Brix, « Frenhofer et les chefs-d’œuvre qui restent inconnus », Écrire la peinture entre XVIIIe et XIXe siècles, Clermont-Ferrand, France: PU Blaise Pascal; 2003, p. 241-52.
  • Michel Butor, « L’Atelier du peintre : Le Chef-d’œuvre inconnu », Energeia, Jan 1996, n° 2, p. 5-29.
  • Thierry Chabanne, « Picasso illustre Le Chef-d’œuvre inconnu », Autour du « Chef-d’œuvre inconnu » de Balzac, École nationale supérieure des Arts décoratifs, p. 99-117.
  • (en) Wayne Conner, « Balzac’s Frenhofer », Modern Language Notes, May 1954, n° 69 (5), p. 335-38.
  • (en) Arthur C. Danto, « The Unknown Masterpiece by Honoré de Balzac », Unknown Masterpieces: Writers Rediscover Literature’s Hidden Classics, New York, New York Review Books, 2003, p. 13-33.
  • Yvette Went-Daoust, « Le Chef-d’œuvre inconnu de Balzac ou l’écriture picturale », Description-écriture-peinture, Gronigen, Univ. of Gronigen, 1987, p. 48-64
  • Éric Darragon, « Remarques sur Manet et l’esthétique du Chef-d’œuvre inconnu », Autour du « Chef-d’œuvre inconnu, p. 85-94.
  • Alain-Philippe Durand, « Grassou et Frenhofer : Chef-d’œuvre connu ou inconnu ? », Romance Quarterly, été 1997, n° 44 (3), p. 131-42.
  • Pierre Erler, «  Le dernier coup de pinceau », Autour du « Chef-d’œuvre inconnu, p. 133-147
  • (en) Arthur R. Evans, « Balzac and Maître Frenhofer, an iconographic note », Romance Notes, vol. 5, 1963.
  • Jean-Luc Filoche, « Le Chef-d’œuvre inconnu: Peinture et connaissance », Acta Baltica, 1980, n° 1, p. 47-59.
  • Tim Frarrant, « Balzac, du pittoresque au pictural », L’Année balzacienne 2004, Balzac et l’image, p. 113-135.
  • Juliette Frolich, « Devenir des personnages-peintres dans La Comédie humaine », Balzac et la peinture, Tours, Farrago, 1999, p. 83-97.
  • (en) Eric Gans, « Balzac’s Unknowable Masterpiece and the Limits of the Classical Esthetic », MLN, mai 1975, n° 90 (4), p. 504-16.
  • Gérard Gengembre, « Les peintres fictifs dans La Comédie humaine », Balzac et la peinture, Tours, Farrago, 1999, p. 63-71.
  • (en) Margaret Gilman, « Balzac and Diderot: Le Chef-d’œuvre inconnu », PMLA, juin 1950, n° 65 (4), p. 644-48.
  • Adrien Goetz, « Frenhofer et les maîtres d’autrefois », L’Année balzacienne, 1994, n° 15, p. 69-89.
  • Éric Hoppenot, Le Chef-d'œuvre inconnu, texte présenté et annoté, éd. Nathan, coll. Carrés Classiques, 2006
  • Jad Hatem, « L’Anticipation de l’abstrait: Lecture du Chef-d’œuvre inconnu de Balzac », Études Classiques, 1999, n° 67 (1), p. 57-61.
  • Michael D. Houston, « L’Artiste comme prostituée dans Le Chef-d’œuvre inconnu d’Honoré de Balzac », Romance Notes, Fall 1996, n° 37 (1), p. 89.
  • (en) Jon Kear, « ’Frenhofer, c’est moi’: Cézanne’s Nudes and Balzac’s Le Chef-d’œuvre inconnu », Cambridge Quarterly, 2006, n° 35 (4), p. 345-60.
  • (de) Marianne Kesting, « Das imaginierte Kunstwerk: E. T. A. Hoffmann und Balzacs Chef-d’œuvre inconnu, mit einem Ausblick auf die gegenwärtige Situation », Romantik-Eine lebenskräftige Krankheit: Ihre literarischen Nachwirkungen in der Moderne, Amsterdam, Rodopi, 1991, p. 38-62.
  • (en) Diana Knight, « From Painting to Sculpture: Balzac, Pygmalion and the Secret of Relief in Sarrasine and The Unknown Masterpiece », Paragraph, Mar 2004, n° 27 (1), p. 79-95.
  • (en) Marie Lathers, « Modesty and the Artist’s Model in Le Chef-d’œuvre inconnu », Symposium, 1992 Spring; 46 (1), p. 49-71.
  • Pierre Laubriet, Un Catéchisme esthétique : Le Chef-d’œuvre inconnu de Balzac, Paris, Didier, 1961.
  • (en) Paisley Livingston, « Counting Fragments, and Frenhofer’s Paradox », British Journal of Aesthetics, Jan 1999, n° 39 (1), p. 14-23.
  • (en) Dominik Müller, « Self-Portraits of the Poet as a Painter: Narratives on Artists and the Bounds between the Arts (Hoffmann-Balzac-Stifter) », Text into Image: Image into Text, Amsterdam, Rodopi, 1997, p. 169-74
  • (en) Wendy Nolan, « Frenhofer’s Suicide and the Downfall of the Baron Gros », Symposium, été 2000, n° 54 (2), p. 90-112.
  • William Paulson, « Pour une analyse dynamique de la variation textuelle : le Chef-d’œuvre trop connu », Nineteenth-Century French Studies, Spring 1991, n° 19 (3), p. 404-16.
  • (en) Thomas E. Peterson, « Le Dernier Coup de pinceau: Perception and Generality in Le Chef-d’œuvre inconnu », Romanic Review, May 1997, n° 88 (3), p. 385-407.
  • (en) Lawrence R. Schehr, « The Unknown Subject: About Balzac’s Le Chef-d’œuvre inconnu », Nineteenth-Century French Studies, Summer-Fall 1984, n° 12-13 (4-1), p. 58-69.
  • Héléna Shillony, « En marge du Chef-d’œuvre inconnu: Frenhofer, Appelle et David », L’Année balzacienne, 1982, n° 3, p. 288-90.
  • Jacqueline Spaccini, « Le Peintre dans l’univers du roman : les Antécédents ou de l’archéologie », Studia Romanica et Anglica Zagrabiensia, 2004, n° 49, p. 79-111.
  • (en) Scott M. Sprenger, « Balzac, Painting and the Problem of Romanticism », Romanticism Across the Disciplines, Lanham, UP of America, 1998, p. 155-84.
  • (en) Juliana Starr, « Objects of Desire : Women and the Visual Arts in nineteenth-century », French Narrative, Indiana University, 1996, thèse dirigée par Rosemary Lloyd
  • Victor I. Stoichita, « Le Chef-d’œuvre inconnu et la présentation du pictural », La Présentation, Paris, Centre nat. recherche scientifique, 1985, p. 77-91.
  • Sigbrit Swahn, « Le Chef-d’œuvre inconnu, récit hoffmannesque de Balzac », Studia Neophilologica, Dec 2004, n° 76 (2), p. 206-14.
  • Bruce Watson, « Frenhofer au féminin : palimpseste et parodie balzacienne dans High Art de Lisa Cholodenko », RLA, 1999, n° 11, p. 133-37.
  • (en) Alexandra K. Wettlaufer, « Balzac and Sand: Sibling Rivalry and the Sisterhood of the Arts in Le Chef-d’œuvre inconnu and Les Maîtres mosaïstes », George Sand Studies, 1999, n° 18 (1-2), p. 65-85.
  • (en) Alexandra K. Wettlaufer, Pen vs. Paintbrush: Girodet, Balzac and the Myth of Pygmalion in Postrevolutionary France, New York, Palgrave, 2001.
  • Peter Whyte, « Le Chef-d’œuvre inconnu de Balzac : esthétique et image », Text(e)/image, Durham, University of Durham, 1999, p. 95-114.
  • Bernard Vouilloux, « “Frenhofer, c’est moi”. Postérité cézannienne du récit balzacien », Tableaux d’auteurs. Après l’Ut pictura poesis, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2004, p. 73-119.
  • Bernard Vouilloux, « Balzac en peintre », Le Tournant « artiste » de la littérature française. Écrire avec la peinture au XIXe siècle, Paris, Hermann, 2011, p. 111-179.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :