Le Chat (bande dessinée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Chat.
Le Chat
Série
Logo de Le Chat (tome 1 de la série)
Logo de Le Chat (tome 1 de la série)

Auteur Philippe Geluck
Genre(s) Humour

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale Français
Éditeur Casterman
Première publication 22 mars 1983 dans Le Soir
Nb. d’albums 18

Le Chat est une série de dessins humoristiques de presse et de bandes dessinées créée par Philippe Geluck le 22 mars 1983 dans un supplément du journal belge Le Soir qui met en scène le héros éponyme dans de nombreux gags.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1983, Philippe Geluck, dessinateur de profession, est contacté par le journaliste Luc Honorez pour créer un héros qui devra compléter Le Soir de courts « strips » humoristiques. Et c'est le 22 mars 1983 que Le Chat fait sa première apparition dans le journal belge. Très vite, il devient la mascotte du journal. Philippe Geluck rappelle l'inspiration de son personnage : « Un jour, sur la couverture du carton de remerciements de mon mariage, j’ai dessiné une Madame Chat tout sourire, et à l’intérieur, on voyait Monsieur Chat qui était monté dessus ! C’est comme ça que tout a commencé ! Plus tard quand « Le Soir » m’a demandé d’inventer un personnage, je me suis souvenu du carton. La bestiole est devenue mon interprète, comme un acteur pour qui j’écris des sketches ! En fait, c’est un autre moi-même. À travers lui, je me libère. Je joue parfois avec le feu, mais c’est le rôle de l’humoriste ! »[1].

En 1985, Jean-Paul Mougin, rédacteur en chef du magazine de bande dessinée (À suivre) commande cinq pages qu'il voudrait colorisées. Pour ce faire, il demande à la coloriste Françoise Procureur de colorier Le Chat, ce qu'elle accepte en permettant ainsi à Geluck de publier ses dessins aux côtés de Schuiten, Pratt ou Manara. Toujours en 1985, Geluck propose à Casterman de publier en album ses meilleurs dessins, mais l’éditeur refuse, doutant qu’un recueil de cartoons rassemblés rencontre le moindre succès en librairie. Un an plus tard, Geluck récidive et Casterman revient sur sa décision et édite, en octobre 1986, le premier album du Chat qui paraît aux éditions Casterman. Le succès est immédiat en Belgique (trois ruptures de stock successives), un peu plus confidentiel en France.

En 1987, il se crée le personnage de Docteur G, médecin facétieux qu'il incarne lui-même et dont les textes seront publiés, accompagnés de dessins inédits, dans les séries dérivées : Encyclopédies universelles et Docteur G qui sortiront dès 1990. Et c'est en ce début de décennie que l'auteur contacte quant à lui Serge Dehaes pour lui proposer de devenir son coloriste attitré (poste qui tournait auparavant), ce qu'il accepte lui aussi. En 1998, Serge Dehaes propose à Geluck de réfléchir ensemble à une série pour enfants dont le héros serait le fils du Chat, déjà apparu plusieurs fois dans les dessins de ce dernier. Les deux hommes réalisent un album à quatre mains intitulé Le Portrait de papa, 1er tome de la série Le Fils du Chat, qui sera suivi de huit autres titres[2].

Depuis le 29 août 2011, les histoires du Chat sont déclinées en petites capsules vidéo appelées « La Minute du Chat » sur la RTBF avant le JT de 19h30[3], et le 5 septembre sur France 2 avant le JT de 20h[4].

Personnages[modifier | modifier le code]

Cet anti-héros est un chat gris, aux oreilles pointues, au gros nez, à la bouche généralement indiscernable. Par anthropomorphisme, il se tient debout, est vêtu comme un homme, a des comportements typiquement humains (aller au bistro, conduire une voiture…) et s'adresse directement au lecteur. Le Chat prend parfois des positions politiques, très antimilitaristes, contre le Front National, sceptique envers les religions, et plus rarement altermondialistes. Bien que le Chat soit principalement seul lors de gags, il peut être accompagné par les personnages suivants (sont mentionnés ci-après les plus « récurrents ») :

  • Sa femme : chatte qui change parfois d'apparence (parfois sous forme humaine), elle peut rester muette (quand le Chat lui parle ou nous en parle), mais aussi dialoguer avec ce dernier (en regardant la télé, avant d'aller dîner...).
  • Ses neveux : ils changent souvent d'apparence, on peut difficilement les différencier des enfants du Chat quand ils ne sont explicitement nommés, ils font le plus souvent des misères à leur « oncle Chat ».
  • Ses enfants : ils changent souvent d'apparence, ils acclament souvent leur père qu'ils adorent donc de manière non dissimulée. À noter que le fils du Chat est le héros à part entière d'une série dérivée éponyme.
  • Quelques souris : le plus souvent mangées finalement par Le Chat.
  • Roger : le barman, dont on ne voit jamais le visage, auquel le Chat commande toujours un muscadet.
  • Philippe Geluck : souvent représenté comme étant le père du Chat.
  • Son psychologue, à qui il fait partager ses élucubrations.

À noter que dans certains gags, le Chat n'apparaît pas du tout, on y voit parfois des caricatures (Shiva, Vénus de Milo, musulmans, afghanes...), et que de nombreux autres personnages peuvent dialoguer avec le Chat ou être mis en scène par ce dernier (ces personnages n'ont d'ailleurs le plus souvent aucun rapport avec ledit héros).

Dans les Encyclopédies universelles, ouvrages médicaux du Docteur G et Chroniques dérivées de la série, le Chat joue souvent un rôle secondaire au profit de nombreux autres personnages qui ne font généralement l'objet que d'un gag (rarement plus, même s'il arrive qu'une caricature soit réutilisée à plusieurs reprises) sans prendre pour autant la place de ce dernier.

Style graphique du Chat[modifier | modifier le code]

Le style graphique de Philippe Geluck pour sa bande dessinée est toujours resté, malgré de légères évolutions, simple et efficace. Afin de servir le discours du Chat, lui-même succinct mais riche de contenu, le dessin est resté sobre et net. Les traits, noirs, sont précis, sans bavures. Les couleurs sont en aplat mais restent variées, du jaune à l'orange pour aller parfois vers un vert sombre ou un violet profond ; il n'y a aucun effet de style particulier : son dessin pourrait être réalisé uniquement avec un ordinateur sans aucun problème. L'écriture est cependant manuscrite, elle n'est pas dactylographiée. De plus, l'auteur incorpore parfois dans ses dessins des images issues d'anciennes encyclopédies, qu'il retouche ensuite légèrement avec du dessin, dans un but bien entendu humoristique. L'effet visuel reste intéressant : le style extrêmement épuré du Chat mis à côté d'un dessin très travaillé d'une encyclopédie propose une confrontation plastique au service de l'humour.

En plus du style graphique même, Geluck fait dans la simplicité quant à la gestuelle du Chat : souvent représenté debout et immobile, sa bouche reste toujours fermée. La plupart du temps, il lève simplement un bras ou fait un geste simple ; quelques rares fois, l'auteur lui fait faire un mouvement plus rapide, comme courir, mais cela reste anecdotique. La représentation « type » du Chat est ainsi debout, de face, en levant la main gauche et particulièrement l'index, tout en s'adressant au lecteur. Enfin, ses habits restent la plupart du temps dans les mêmes tons : un pardessus fermé, de couleur parfois orange, verte, jaune, etc., avec une cravate à la couleur contrastée par rapport au reste des habits. On peut également noter que Le Chat n'utilise que rarement des chaussures.

Albums[modifier | modifier le code]

Le Chat[modifier | modifier le code]

Série régulière[modifier | modifier le code]

En 80 pages :

  • Le Chat, Casterman, 1986
  • Le retour du Chat, Casterman, 1988
  • La vengeance du Chat, Casterman, 1989
  • Le quatrième Chat, Casterman, 1991
  • Le Chat au Congo, Casterman, 1993
  • Ma langue au Chat, Casterman, 1995
  • Le Chat à Malibu, Casterman, 1997

Par la suite, les albums de 80 pages ont été refaits en 48 pages pour uniformiser la collection.

  1. Le Chat, Casterman, 2001
  2. Le retour du Chat, Casterman, 2001
  3. La vengeance du Chat, Casterman, 2002
  4. Le quatrième Chat, Casterman, 2002
  5. Le Chat au Congo, Casterman, 2003
  6. Ma langue au Chat, Casterman, 2004
  7. Le Chat à Malibu, Casterman, 2005
  8. Le Chat 1999,9999, Casterman, 1999
  9. L'avenir du Chat, Casterman, 1999
  10. Le Chat est content, Casterman, 2000
  11. L'affaire le Chat, Casterman, 2001
  12. Et vous, chat va ?, Casterman, 2003
  13. Le chat a encore frappé, Casterman, 2005
  14. La Marque du Chat, Casterman, 2007
  15. Une Vie de Chat, Casterman, 2008
  16. Le Chat, Acte XVI, Casterman, 2010
  17. Le Chat Erectus, Casterman 2012
  18. La Bible selon le Chat, Casterman 2013

Hors série[modifier | modifier le code]

  • Le Chat s'expose, Casterman, 2003
  • Le Chat sonne toujours deux fois, Casterman, 2008
  • La mathématique du Chat, Delagrave, 2008 avec Daniel Justens
  • Peintures, Delagrave, 2009
  • Le Chat quel cabot !, Télérama et Casterman, 2009

Best of[modifier | modifier le code]

  • Le meilleur du Chat, Casterman, 1994
  • L'excellent du Chat, Casterman, 1996
  • Le succulent du Chat, Casterman, 1999
  • Entrechats, Casterman, 1999
  • Le Top du Chat, Casterman, 2009

Encyclopédies universelles[modifier | modifier le code]

  • Un peu de tout, Casterman, 1992
  • Made in Belgium, Casterman, 1994
  • Le Petit Roger, Casterman, 1998

Docteur G[modifier | modifier le code]

  1. Le Docteur G répond à vos questions, Casterman, 1990
  2. Le Docteur G fait le point, Casterman, 1996
  3. Cher Docteur G, Casterman, 2002

Le Fils du Chat[modifier | modifier le code]

avec Serge Dehaes :

  1. Le portrait de papa, Casterman, 1998
  2. Le soleil, Casterman, 1998
  3. Rikiki, Casterman, 1998
  4. Monsieur Casterman, Casterman, 1999
  5. Mon papa Nöel, Casterman, 1999
  6. Les vacances, Casterman, 2000
  7. La surprise du chef, Casterman, 2000
  8. Papa j'ai peur !, Casterman, 2001
  9. 24 Décembre, Casterman, 2001

Chroniques[modifier | modifier le code]

  • Oh toi le Belge, ta gueule !, Casterman, 2006
  • Geluck se lâche, Casterman, 2009
  • Geluck enfonce le clou, Casterman, 2011

Postérité[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Vincent Baudoux, Les Dessous du Chat, Le Hêtre pourpre, coll. « La Bibliothèque d'Alice », 1996.
  • Pierre Sterckx, Le Chat s'expose : le catalogue, [Bruxelles/Paris] : Casterman, 2003. Catalogue de l'exposition de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris du 28 octobre 2003 au 4 janvier 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Billo, « L’esprit félin de Philippe Geluck », sur France Bleu,‎ 7 novembre 2012.
  2. Biographie de Philippe Geluck sur son site officiel, consulté le 9 mars 2011.
  3. Microprogramme | Le Chat en 3D juste avant le JT ! Tuner.be.
  4. Le Chat de Geluck sur France 2 Staragora.com.
  5. « Le Chat de Geluck aura sa place à Hotton », Le Vif/L'Express,‎ 10/04/2008 (consulté le 14/08/2008),« Lien sur le site de la ville » (consulté le 29/05/2010)
  6. Page des langues de chat sur le site Galler
  7. L'Appli du Chat sur le site officiel de Philippe Geluk, consulté le 10 mars 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :