Le Censeur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Censeur ou Examen des Actes et ouvrages qui tendent à détruire ou à consolider la constitution de l'État est un important journal libéral français fondé par Charles Comte et Charles Dunoyer sous la Restauration.

Fondé comme hebdomadaire en juin 1814, chaque numéro comptant une cinquantaine de pages, le journal disparaît en septembre et reparaît en novembre sous divers formats et une parution irrégulière, mais sous une forme volumineuse, comptant plus de 20 pages pour contourner la loi du 21 octobre 1814 soumettant à la censure préventive les publications inférieures à ce format. Il connaît des ennuis avec le pouvoir : le numéro 7 a été confisqué et détruit immédiatement. Le journal défend ardemment la liberté de la presse. Comte et Dunoyer sont dénoncés par les journaux royalistes comme bonapartistes, ce que dément leur hostilité à l’égard de Napoléon au moment des Cent Jours. Le Censeur est supprimé en septembre 1815.

Il réapparaît en 1817 sous un nouveau titre : le Censeur européen ou Examen de divers questions de droit public, et des divers ouvrages littéraires et scientifiques, considérés dans leurs rapport avec la civilisation (1817-1819). Comte et Dunoyer se sont adjoints comme collaborateurs André Dupin, Augustin Thierry et Paul-Louis Courier. Le journal se révèle un pugnace organe d’opposition, le seul vraiment libre du temps, Dupin soulignant qu’attaquer le gouvernement n’était pas attaquer la personne du Roi, tandis que Courier dénonce le cléricalisme du régime.

Liens externes[modifier | modifier le code]