Le Carillon de Vendôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Carillon de Vendôme

Chanson de ?
Genre comptine

Le Carillon de Vendôme est une comptine française du XVe siècle, en forme de canon. Elle tient son nom du carillon (ensemble de cloches pris comme instrument de musique), et de la ville de Vendôme.

Cette chanson a été créée dans le Royaume de France pour décrire les dernières possessions du Dauphin Charles en 1420.

Présentation[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, dans le cadre de la guerre de Cent Ans, le Dauphin Charles, après avoir été déshérité à la suite du traité de Troyes signé en 1420, se retrouve en possession des villes d'Orléans, Beaugency, Cléry, Vendôme et Bourges.

Le Carillon de Vendôme est une chanson enfantine, qui décrit cet état de faits, et dont le texte est le suivant[1] :

Mes amis, que reste-t-il ?
À ce Dauphin si gentil ?
Orléans, Beaugency,
Notre-Dame de Cléry,

Vendôme, Vendôme !

Les ennemis ont tout pris
Ne lui laissant par mépris
Qu'Orléans, Beaugency,
Notre-Dame de Cléry,
Vendôme, Vendôme !

Orléans, Beaugency, Cléry et Vendôme sont quatre communes situées dans l'actuelle région Centre et l'ancienne province de l'Orléanais ; Notre-Dame de Cléry désigne la basilique Notre-Dame de Cléry-Saint-André (Loiret).

À Vendôme, dans le Loir-et-Cher, on entend toutes les heures ce carillon, qui précède les coups de l'horloge Saint-Martin.

Références au Carillon de Vendôme[modifier | modifier le code]

En 1731, dans la pièce Arlequin Phaeton, Pierre-François Biancolelli fait allusion au Carillon de Vendôme[2].

Le chanteur américain David Crosby a repris Le Carillon de Vendôme dans une version polyphonique lente, en mode mineur, ne conservant que les trois derniers vers de l'original. La chanson a été incluse sous le titre Orleans dans l'album If I Could Only Remember My Name publié en 1971.

À son tour, l'arrangement de David Crosby a été repris par le groupe français Il était une fois sur son album Ils vécurent heureux (1974) sous le titre Colombes, en remplaçant ironiquement les références à l'Orléanais par une énumération de communes de la banlieue parisienne : Courbevoie, Gennevilliers ; Asnières, Bezons, La Garenne ; Colombes, Colombes ! Levallois, Argenteuil ; Saint-Ouen, Clichy, Saint-Denis ; Colombes, Colombes !  ; Malakoff, Charenton, Nanterre, Suresnes, La Courneuve ; Colombes, Colombes !

Le compositeur Henri Nibelle a écrit une œuvre pour orgue sur ce thème, intitulée Carillon orléanais.

En 2007, dans l'Heure zéro, François Morel, qui interprète le commissaire Martin Bataille, fredonne ironiquement sur l'air du Carillon de Vendôme : « Sherlock Holmes, Jules Maigret, Miss Marple, Hercule Poirot, Columbo, Columbo… ».

En 2011, sur son album Audio, Video, Disco, le groupe français Justice a inséré en version électronique un nouveau dérivé de l'arrangement de David Crosby, sur les paroles anglaises suivantes : Ohio, Tennessee ; California endlessly ; Ride on, ride on.

En 2012, Laurent Voulzy interprète Le Carillon de Vendôme en canon avec les musiciens et choristes de son groupe dans le cadre de sa tournée Lys & Love Tour.

Presse[modifier | modifier le code]

Le Carillon de Vendôme désigne également un ancien journal hebdomadaire d'informations locales et d'annonces paraissant dans le département du Loir-et-Cher[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L.-A. Hallopeau, « Essai sur l'histoire des comtes et ducs de Vendôme de la maison de Bourbon », Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois,‎ 1912, p. 325 (lire en ligne)
  2. Pierre-François Biancolelli, Le Bolus, parodie de « Brutus » par messieurs Dominique (P.-F. Biancolelli) et Romagnesi, représentée le 24 janvier 1731, par les comédiens italiens ordinaires du Roi. Arlequin Phaeton, parodie représentée par les comédiens italiens ordinaires du Roi, le 22 février 1731, par Messieurs Dominique et Romagnesi, Paris, Louis-Denis Delatour,‎ 1731, 68 p. (lire en ligne), p. 54
  3. Jacques Debal, « Il y a 50 ans : la poignée de main de Montoire, symbole de la collaboration », Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois,‎ avril 1991, p. 55 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]