Le Bruit et la Fureur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Bruit et la Fureur (homonymie).
Le Bruit et la Fureur
Auteur William Faulkner
Genre roman
Version originale
Titre original The Sound and the Fury
Éditeur original Jonathan Cape and Harrison Smith
Langue originale anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale 1929
Version française
Traducteur Maurice-Edgar Coindreau
Lieu de parution Paris
Éditeur Gallimard
Date de parution 1938
Chronologie
Précédent Sartoris Tandis que j'agonise Suivant

Le Bruit et la Fureur (The Sound and the Fury) est le quatrième roman de l'auteur américain William Faulkner, publié en 1929.

Le titre du roman est une référence à la pièce de théâtre Macbeth, de William Shakespeare (acte 5, scène 5) :

  • Version originale (anglais)
Life […]: it is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury
Signifying nothing.
  • Traduction :
La vie […] : une fable
Racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur,
Et qui ne signifie rien.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule dans la région de Yoknapatawpha, imaginée par Faulkner. Le drame se déroule entre les membres d'une de ces vieilles familles du Sud, hautaines et prospères autrefois, aujourd'hui tombées dans la misère et l'abjection. Trois générations s'y déchirent : Jason Compson et sa femme Caroline née Bascomb ; leur fille Candace (ou Caddy), et leurs trois fils, Quentin, Jason et Maury (qu'on appellera plus tard Benjamin ou Benjy pour qu'il ne souille pas le nom de son oncle Maury Bascomb) ; Quentin enfin, la fille de Caddy. Il y a deux Jason (le père et le fils) et deux Quentin (l'oncle et la nièce). Autour d'eux trois générations de « nègres » : Dilsey et son mari Roskus ; leurs enfants, Versh, T.P. et Fron ; plus tard, Luster, fils de Frony.

Dans ce roman, divisé en quatre parties, Faulkner utilise notamment la technique littéraire de « courant de conscience ». Les parties (exceptée la quatrième) sont écrites chacune du point de vue de personnages différents :

  • La première partie : Benjy Compson, un homme attardé ;
  • La deuxième partie : Quentin Compson, un étudiant de Harvard mélancolique ;
  • La troisième partie : Jason Compson, le frère cynique des deux personnages précédents.

Le personnage principal n'a cependant pas de partie dédiée. Il s'agit de la sœur des trois précédents, surnommée Caddy, objet de l'affection quasi-animale de Benjy, de l'amour incestueux de Quentin et de la haine farouche de Jason. L'action se déroule sur trois jours d'avril 1928 (parties I, III et IV, dans un ordre non-chronologique), à l'exception de la narration de Quentin (partie II), qui se déroule en 1910 et s'achève par le suicide du narrateur.

Première partie : 7 avril 1928[modifier | modifier le code]

La voix narrative de Benjamin Compson n'est pas linéaire (les passages italiques indiquent les changements de période), elle suit les associations d'idées du narrateur. Les souvenirs importants qui sont racontés dans cette partie sont le changement de nom de Benjamin en 1900, le mariage puis le divorce de Caddy en 1910 et la castration de Benjamin.

Seconde partie : 2 juin 1910[modifier | modifier le code]

L’obsession principale de Quentin est la virginité et la pureté de sa sœur Caddy. Avant que Quentin ne parte pour Harvard en 1909, Caddy est enceinte de Dalton Ames. Elle se marie alors avec Herbert Head, qui découvre que l'enfant n'est pas de lui et renvoie Caddy. Cette partie se distingue par son manque de ponctuation, la confusion qui en ressort reflète le mal-être du personnage qui se suicide à la fin du chapitre.

Troisième partie : 6 avril 1928[modifier | modifier le code]

Mlle Quentin (la fille de Caddy) s'est échappée et Jason part à sa poursuite. Cette partie décrit la vie quotidienne des Compson, c'est-à-dire les soins apportés à Caroline (la mère hypocondriaque) et à Benjamin par Jason et les domestiques.

Quatrième partie : 8 avril 1928[modifier | modifier le code]

Cette partie, sans narrateur interne, est centrée sur Dilsey qui assiste à la chute de la famille Compson.

Styles[modifier | modifier le code]

La narration choisie par Faulkner est complexe, avec un enchevêtrement de flash-backs, de digressions, d'errances, de flashforwards et de pièges (deux Jason, deux Quentin). Le Bruit et la Fureur se veut un récit du désordre de l'esprit, le bruit et la fureur des âmes tourmentées.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]