Le Bateleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le numéro 1, le Bateleur, du jeu de Jean Dodal (début XVIIIe siècle)

Le Bateleur est la première carte du tarot de Marseille. Cette lame vient toutefois après "le mat" ou "le fou" la 22ème lame du jeu, les lames du tarots ayant une vue non-linéaire, circulaire. Par sa dextérité, le bateleur contrefait les miracles et répand le scepticisme. Ses objets sont :

La lettre hébraïque Aleph est associée au bateleur, parce que dans la cabale, Aleph exprime l'esprit du Dieu vivant tandis que le bateleur décide dans ces tours de ce qui va se passer à l'insu des humains et, s'il le veut, de qui va perdre ou gagner. Le bateleur est le maître du jeu. Dieu en serait-il le contrefacteur ?

Face à son établi couleur chair, le bateleur est comme un artisan de sa vie. Le potentiel est là, à lui de le fructifier. On remarque qu'il tient le baton et le denier, le monde émotionnel et physique, tel un enfant dominé encore par les instincts primaires de son corps et de ses sentiments. Sur la table sont les défis futurs : le plan affectif (coupe) et le plan intellectuel (épée) qu'il devra apprendre à maitriser pour développer son être et réaliser son destin. À noter son chapeau, qui a la forme d'une lemniscate (un huit couché), symbole d'un éternel recommencement.

Symbolisme[modifier | modifier le code]

  • Denier : Carreau, Terre, Taureau, Luc, Sel
  • Épée : Pique, Feu, Ange, Matthieu, Mercure
  • Gobelet : Cœur, Eau, Aigle, Jean, Mercure
  • Bâton : Trèfle, Air, Lion, Marc, Soufre

Un jour, on ne sait pourquoi, le zéro, le mat, le fou, sort de sa coquille de son cercle et de sa perfection pour s'incarner. Il devient le chiffre 1, l'unité, l'être premier l'apparence première de toute chose. C'est la naissance.

Cette carte représente un être encore absorbé par les apparences et les illusions. Le bateleur est la jeunesse créative, l'innocence infantile, la spontanéité, la verdeur, mais aussi le manque de profondeur et d'expérience. C'est aussi l'idée première, le surgissement avant l'œuvre, ce qui est beau en apparence mais qui doit passer par tout le cycle des tarots pour devenir « le monde » (le dernier arcane majeur). Cette lame marque le tout premier pas.

Cette lame est aussi puissance en tant que possibilité de toute unité. N'être qu'un, c'est être encore entier, ne pas avoir été divisé par la confrontation avec la réalité ; être enfant c'est encore être innocent, pas encore contaminé par les complexités de la vie adulte. C'est la promesse du futur, celle de l'idée créatrice pure, idéale, potentielle, mais non réalisé, transmuté : tout est à faire, à découvrir et à apprendre.

Ainsi le bateleur est la jeunesse et le premier pas dans la vie, l'abondance d'idées, et les vues nouvelles sur les choses. Cet arcane signe aussi le manque de profondeur et la nécessité de la transmutation alchimique du « jeune-initié-qui-parle-beaucoup » (qui ne connaît qu'en apparence, inexpérimenté). Dans d'autres versions du tarot, le bateleur est souvent représenté comme Hermès, ou Mercure, soulignant le côté initiatique de cette lame : l'accès au savoir secret, hermétique.

On remarque également l'alternance des couleurs de son habit qui témoigne de l'indécision, du chaos primordial, où toutes les pensées et actions s'enchaînent de manière désordonnée, tel un esprit encore sauvage qui passe d'une pensée et d'une émotion à une autre, tel un singe sautant d'arbre en arbre. Le chemin futur jusqu'au monde (arcane XXI) sera cette quête vers l'harmonie, la conscience et la réalisation de l'être (la "bodhicitta", diraient les bouddhistes).

Sur la table sont également disposés une besace ouverte, symbole de réceptacle, d'avidité de savoir et des dés jaunes représentant la part d'irrationel, de chance, mais également l'aspect ludique : la vie est comme un jeu – à nous d'en déchiffrer les règles et d'en découvrir le but.

Sa position corporelle démontre que c'est une lame active (il est debout) mais indécise (ses pieds vont à droite et à gauche). Son regard va vers le passé (à gauche), car l'initié se pose avant tout la question "d'où viens-je?". Toutes les clés de son avenir sont dans son antériorité. On peut y lire soit une référence au karma (loi de cause à effet) qui détermine le présent, soit une référence à la question des origines, chère aux psychologues.

Carte éminemment positive, puisqu'elle signe le renouveau, le départ. Mais comme tout départ, c'est aussi le commencement d'une nouvelle chose, où il n'y a que ouï-dire, et pas d'expérience ; où tout est à faire, tout n'est encore que promesse, idée, rêve, fantasme et parole.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :