Le Bény-Bocage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Bény-Bocage
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Le Bény-Bocage (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de Bény-Bocage
Maire
Mandat
Jean-Pierre Raoult
2014-2020
Code postal 14350
Code commune 14061
Démographie
Gentilé Bény-Bocains
Population
municipale
1 046 hab. (2011)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 13″ N 0° 50′ 21″ O / 48.936944, -0.839167 ()48° 56′ 13″ Nord 0° 50′ 21″ Ouest / 48.936944, -0.839167 ()  
Altitude Min. 84 m – Max. 262 m
Superficie 8,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Le Bény-Bocage

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Le Bény-Bocage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bény-Bocage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bény-Bocage
Liens
Site web www.lebenybocage.com

Le Bény-Bocage, parfois appelée simplement Bény-Bocage[1], est une commune française, située dans le Bocage virois et dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 1 046 habitants[Note 1] (les Bény-Bocains).

Géographie[modifier | modifier le code]

À flanc d'une colline exposée au sud-ouest et contournée par la Souleuvre, Le Bény-Bocage est au cœur du Bocage virois. Son bourg est à 13 km au nord-est de Vire et à 23 km au sud-ouest de Villers-Bocage[2].

La route départementale 577 (ancienne route nationale 177) qui relie Vire à Caen, traverse l'est de la commune, mais ne passe pas par le bourg qui y est relié, du nord au sud, par les RD 109, 56 et 294. Le GR de pays du Tour du Bocage virois (GR 221/221B) contourne le bourg à l'ouest et au nord où il emprunte la crête qui surplombe la Souleuvre.

L'essentiel du territoire communal donne ses eaux au petit ruisseau des Haises qui quitte la commune au sud-ouest et conflue sur la Vire un kilomètre plus loin. Le point culminant (262 m) se situe au nord, sur la crête au-dessus de la Foucardière. Le point le plus bas (84 m) correspond à la sortie du ruisseau des Haises du territoire, au sud-ouest.

La station météo la plus proche est celle de Caen-Carpiquet, à environ 40 km, dont les données sont comparables. La pluviométrie annuelle est cependant plus fournie à Bény et avoisine les 950 mm[3], et les hivers ordinairement plus neigeux, en raison du relief communément désigné par les météorologues « collines de Normandie ».

Les principaux lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire, la Saffrie, le Bourg, la Vallée Surville, la Porte Audry, la Heurtaudière, la Tostainerie, les Trois Maisons (au nord), le Hamel Bihet, la Houdière, les Fieffes, Sous le Mont, la Dépique, le Désert, Ronlieu (à l'est), la Ferronnière, la Foucardière, le Bas Hamel, la Vasnière, le Hamel Pin, le Hamel Aumont, la Tihardière, la Rivière, le Hutrel (au sud), la Ferme des Roques, Romesnil, les Haises, le Repas (à l'ouest), le Petit Château et la Grande Ferme[4].

Communes limitrophes du Bény-Bocage[5]
Le Tourneur
Carville
Le Tourneur Saint-Pierre-Tarentaine
Carville du Bény-Bocage[5] Saint-Charles-de-Percy
La Graverie Le Reculey Beaulieu

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bény, Beneium en 1202[6] : le toponyme semble être issu d'un anthroponyme (Benos[6], Benius[6], Bennus[7]) suivi du suffixe -acum/-acus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de Normandie, Le Bény-Bocage est libéré le lendemain du coup d'éclat de la prise du pont, entre La Ferrière-Harang et Carville — nommé depuis pont du Taureau — par la 11e division blindée britannique, le 31 juillet 1944, épisode de l'opération Bluecoat[8]. Les deux unités de cette division qui procédèrent à la libération du bourg furent le 3e régiment royal de chars et le 4e bataillon du King's Shropshire Light Infantry (en) (KSLI)[9]. L'accueil de la population fut particulièrement chaleureux, chaleur à laquelle les troupes de la 11e DB, qui avaient participé précédemment aux combats de la plaine de Caen, n'étaient pas habituées, s'il l'on en croit les propos du Rifleman Kingsmill, rapportés par Jean Brisset (« Les gens vont et viennent, ici et là, en tous sens, s'embrassent encore une fois, la mère et la fille, le mari et la femme, le soldat et la fille. […] C'est une vision formidable qui ne pourra jamais être effacée. »)[9]. L'objectif suivant fut la prise de position sur la nationale 177 à la Ferronnière et Cathéole[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1971 2001 Jean-Claude Duchêne   Notaire
2001 mars 2008 Yves Cordon SE Chef d'entreprise
mars 2008 en cours Jean-Pierre Raoult[10] SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres (quinze sièges) dont le maire et deux adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 046 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Le Bény-Bocage dépasse pour la première fois les 1 000 habitants en 2009.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
711 655 852 848 830 901 862 870 866
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
821 836 836 834 835 866 857 808 823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
817 802 729 669 652 685 655 711 706
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
668 640 635 774 846 938 946 941 1 033
2011 - - - - - - - -
1 046 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

La commune du Bény-Bocage fait partie de la destination touristique du Bocage normand : randonnées pédestres, viaduc de la Souleuvre, gorges de la Vire…

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Honorine.
  • Église Sainte-Honorine, du XVIIe siècle, en granite et schiste.
  • Halle aux grains et au beurre en granit.
  • Place du Marché, avec sa fontaine en granit. L'ensemble, en schiste et granit, souvent fleuri, donne au bourg un aspect accueillant[réf. nécessaire].
  • Plan d'eau, lieu de promenade et de détente, minigolf, aire de jeux, terrain de boules (Les Petites Haises).
  • La mairie, inaugurée le 5 juin 1875.
  • À proximité : le viaduc de la Souleuvre.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Une bibliothèque municipale
  • Une galerie Art et Déco, installée sous la Halle aux Grains

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Pologne Krzywiń (Pologne) depuis 1995.

Sports[modifier | modifier le code]

L'Étoile sportive du Bény-Bocage fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[13]. L'équipe première évolue en première division tandis que l'équipe B évolue en troisième division.

Près du plan d'eau, la commune dispose d'un skate bowl, unique dans la région, inauguré le 28 mai 2013[14].


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Si le nom officiel selon le code officiel géographique est Le Bény-Bocage, la communauté de commune est quant à elle nommée communauté de communes de Bény-Bocage
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 9 avril 2013) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. Le Bény-Bocage sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  6. a, b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  7. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4), p. 65
  8. « Normandie 1944 La Mémoire - Saint-Charles-de-Percy/Le Bény-Bocage/Montchamp » (consulté le 18 décembre 2013)
  9. a, b et c Jean Brisset, La Charge du Taureau, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 2012, 3e éd. (1re éd. 1975), 510 p. (ISBN 978-2-84706-411-7), p. 117-122
  10. Réélection 2014 : « Jean-Pierre Raoult réélu et déjà une démission dans la minorité », sur Ouest-france.fr (consulté le 9 avril 2014)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  13. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Ét. S. Bény-Bocage » (consulté le 18 décembre 2013)
  14. « Ouest-france.fr - L'inauguration du skate bowl a impressionné le public - Le Bény-Bocage » (consulté le 10 juin 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 3 : Arrondissements de Vire et de Bayeux, Caen, Hardel,‎ 1857 (lire en ligne), p. 197-199

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :