Le 13e Guerrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le 13e Guerrier

Titre original The 13th Warrior
Réalisation John McTiernan
Scénario William Wisher Jr.
Warren Lewis
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre aventure
Sortie 1999
Durée 102 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le 13e Guerrier est un film américain réalisé par John McTiernan, sorti en 1999 fondé sur le roman Le Royaume de Rothgar de Michael Crichton. Lui-même inspiré du récit d'Ibn Fadlân, un lettré d’origine arabe du Xe siècle qui a laissé un récit de ses voyages comme membre de l’ambassade du calife de Bagdad au roi des Bulgares de la Volga.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 921, Ahmed Ibn Fahdlan, ancien poète à Bagdad, est nommé ambassadeur en Asie mineure par le calife, mais il s'agit en fait d'une excuse pour l'envoyer en exil pour avoir séduit la femme d'un proche du calife… Accompagné de Melchisidek, un vieil ami de son père, conseiller et traducteur de surcroît, lui et ses quelques hommes de confiance se font attaquer par un groupe barbare des steppes asiatiques. Acculés à une falaise, les barbares s'enfuient : un knör viking est en vue. Ahmed ne connaissant pas ces gens, il décide d'aller à leur rencontre. Il découvre alors, à l'aide de Melchisidek et d'un traducteur viking, Herger, que les vikings venaient de faire le deuil de leur chef de groupe, et qu'un nouveau avait accédé au pouvoir.

Ahmed et son groupe sont considérés comme des invités. C'est à ce moment qu'arrive un enfant, annonçant que le seigneur Rothgar a besoin de renfort : il s'agit du roi des Vikings. Pour ce faire, Buliwyf, nouveau chef, décide de faire appel à une voyante : celle-ci déclare que treize guerriers doivent faire route. De nombreux volontaires se proposent, mais le treizième guerrier doit être un étranger. Après une vague description, il se révèle qu'il s'agit d'Ahmed. Celui-ci accepte de les rejoindre.

Cependant, un problème majeur survient : Ahmed ne comprend rien de ce que disent les Vikings. De plus, ceux-ci n'hésitent pas à se moquer de lui, selon des préjugés comme ceux qui prétendent que les Arabes emmènent des chevaux « grands comme des chiens » à la guerre. Ahmed les surprend en leur faisant une démonstration de saut d'obstacles à cheval, qui les laisse bouche bée. Durant leurs voyages et durant leurs nombreuses pauses, Ahmed apprend la langue des Vikings, puis les surprend une seconde fois tandis qu'ils se moquent de lui, en leur lançant une vague d'insultes typiquement nordiques. Seuls le chef et Herger avec lequel il se lie d'amitié observent d'un œil bienveillant les progrès du jeune étranger. À l'écart de tous, Buliwyf demande alors à Ahmed de lui apprendre à « dessiner les sons », c'est-à-dire l'écriture. Alors, à l'aide d'un bâton, Ahmed écrit sur le sable : « il n'y a qu'un seul Dieu et Mahomet est son prophète », ce qui laisse le chef perplexe.

Tandis qu'ils abordent les côtes amies, Buliwyf reproduit les signes d'Ahmed : « il n'y a qu'un seul Dieu » et Ahmed de terminer : « et Mahomet est son prophète ».

Dès que le village est atteint, on indique aux guerriers qu'on n'a pas reçu de nouvelles des fermes environnantes, mais aussi qu'un danger se fait sentir, oppressant.

Après avoir récupéré un jeune garçon apeuré, les guerriers décident d'aller voir la ferme de sa famille. Ils y trouvent du sang en abondance, les lieux ont été saccagés. Mais Ahmed trouve sur le sol une petite statuette et lorsqu'il la montre aux guerriers, ceux-ci crachent dessus en lui indiquant qu'il s'agit de l'idole des monstres, nommés Wendels ou Wendolls. Buliwyf décide de passer une nuit avec ses guerriers dans un bâtiment mal défendu pour les attirer.

Tandis qu'ils font semblant de dormir, des formes étranges se rassemblent autour d'eux, puis leur tombent dessus : les guerriers sont prêts et provoquent la fuite des étranges choses. Cependant, il n'y a pas de cadavres : les monstres ont emporté non seulement leurs cadavres, mais aussi les têtes de leurs ennemis vaincus. Ils entendent également parler d'une légende selon laquelle un serpent de feu est descendu sur leur village en des circonstances similaires.

Ils décident de fortifier le village. Mais au sein du village même existe une tension entre le fils de Rothgar et Buliwyf, et Herger a trouvé un plan pour lui permettre de le ridiculiser : il se fait provoquer en duel par un des hommes du premier et feint une apparente faiblesse. Tandis qu'il va être exécuté, il tranche en un mouvement net et rapide la tête de son adversaire, à la surprise de tous, sauf de Buliwyf. Indigné, le fils de Rothgar s'en va.

Ahmed profite de son séjour dans le village pour se faire fabriquer à partir de sa lourde épée un sabre arabe, car il n'arrive pas à tailler les pieux en pics. Il doit encore faire une démonstration à Herger qui se moque de la forme que prenait son épée. Enfin, le « serpent de feu » arrive, descendant lentement de la colline pour se rendre au village. Mais Ahmed voit une petite fille à l'extérieur des fortifications : il se précipite avec son cheval pour la sauver et passe si près du « serpent de feu » qu'il le voit très clairement : ce serpent n'est en fait qu'une longue ligne de cavaliers porteurs de torches et de gourdins. Ahmed aperçoit également le chef, qui le désigne de son arme en signe de défi.

Ahmed retourne au camp pour prévenir les habitants du village apeurés. Ceux-ci se préparent et la nuit même, tandis qu'un brouillard enveloppe le village, les créatures passent à l'attaque. Après avoir décrit de grands cercles autour du village en lançant des torches sur les maisons, ils font tomber les quelques charrettes qui servent de portes à l'aide de grappin, et se dirigent vers le centre du village par une sorte de couloir délimité par des pieux. Pour stopper cette charge, Buliwyf rassemble les guerriers et donne à chacun un pieu qu'il pointe vers les cavaliers. La tentative réussit et de nombreux cavaliers sont arrêtés. Puis, ils les mettent en déroute et Buliwyf aperçoit leur chef, lequel l'observe également avant de disparaître dans les ténèbres.

Grâce aux nombreux cadavres que leur a fournis la bataille, ils découvrent que sous les peaux d'ours se cachent des hommes. Rothgar leur conseille d'aller voir la doyenne du village. Celle-ci leur répond que pour vaincre leurs ennemis, il faut tuer leur Mère ainsi que leur Père, ce dernier étant reconnaissable à son casque à cornes. Ils entreprennent donc de partir tuer la mère des Wendolls.

Après recherches infructueuses, Ahmed émet l'hypothèse que s'ils veulent qu'on les prenne pour des ours, c'est qu'ils vivent comme des ours. Et dans ce cas ils se cachent dans une grotte. C'est ainsi qu'ils trouvent l'antre des Wendolls. Après avoir infiltré discrètement la base secrète, Buliwyf tue la mère des Wendolls, mais celle-ci le blesse avec un crochet enduit de venin de serpent. Alertés par le meurtre de leur mère, les Wendolls accourent, mais les guerriers trouvent une brèche dans le mur qui conduit à un passage sous-marin qu'ils doivent emprunter pour ressortir non loin de leur village. Se doutant que les Wendols attaquent une nouvelle fois le village, les Vikings se préparent à cette lutte ultime : Ahmed s'en remet à Allah en faisant une prière, puis rejoint celle qu'adressent les Vikings à leurs dieux en ces termes :

« Voyez cela, je vois mon père. Voyez cela, je vois ma mère et mes sœurs et mes frères. Voyez cela, je vois tous mes ancêtres qui sont assis et me regardent. Et voilà qu'ils m'appellent, et me demandent de prendre place à leur côté dans le palais du Valhalla, là où les braves vivent à jamais… »

Et enfin, après un rude combat, Buliwyf abat leur chef, à bout de force. Puis celui-ci s'assoit à sa place de chef et meurt, l'arme à la main.

Durant ce parcours, Ahmed est devenu un homme et a appris à se battre, chose dont il avait auparavant horreur. Helder met à sa disposition un bateau et après de chaleureux adieux, Ahmed s'en va en bénissant cette tribu de Vikings païens, en faisant la promesse de narrer les aventures de Buliwyf.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués : Andrew G. Vajna et Ethan Dubrow
Coproducteur : Lou Arkoff
Producteur associé : Casey Grant
Drapeau de la France France : 18 août 1999
Drapeau de la Belgique Belgique : 25 août 1999
Drapeau des États-Unis États-Unis : 27 août 1999

Distribution[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le 13e Guerrier (bande originale).

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le nom du chef des Vikings, Buliwyf, est à rapprocher de Beowulf, légende dont le scénario reprend la trame[4][5][6]. Le film est une adaptation du roman de Michael Crichton Eaters Of The Dead[6] (Les mangeurs de morts).

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage et la post-production du film ont été émaillés de conflits entre le réalisateur, John McTiernan et le producteur, Michael Crichton. Après le départ de John McTiernan en pleine post-production, Crichton assure seul le montage du film et décide de rejeter la musique composée initialement par Graeme Revell : il fait alors appel à Jerry Goldsmith pour composer une nouvelle partition. Ce qui explique en partie pourquoi le film est considéré comme un « grand film malade », certaines scènes apparaissant comme mal développées au montage (comme en atteste l'ouverture du film) [7]

Contrairement à ce que prétend une rumeur tenace relayée par la presse spécialisée depuis 10 ans, il n'existe et n'a jamais existé aucun montage de h 30 du métrage. D'après John McTiernan, dans une interview de 2003 disponible sur l'édition blu-ray éditée en France, son montage était plus long de 5 à 10 minutes. Une version cependant différente du montage final, due à des séquences retournées par Michael Crichton qui ont remplacées celles initialement réalisées par John McTiernan. Dans une interview sur le blu-ray, l'acteur Vladimir Kulich (Buliwyf) admet avoir vu le montage de McTiernan, et affirme que ce dernier est bien différent du film sorti en salles.

Accueil et critiques[modifier | modifier le code]

Le film fut un échec commercial, ne rapportant que 61 millions de dollars pour un budget estimé à 160 millions de dollars[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]