Le 13e Guerrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le 13e Guerrier

Titre original The 13th Warrior
Réalisation John McTiernan
Scénario William Wisher Jr.
Warren Lewis
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre aventure
Durée 102 minutes
Sortie 1999

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le 13e Guerrier est un film américain réalisé par John McTiernan, sorti en 1999 fondé sur le roman Le Royaume de Rothgar de Michael Crichton. Lui-même inspiré du récit d'Ibn Fadlân, un lettré d’origine arabe du Xe siècle qui a laissé un récit de ses voyages comme membre de l’ambassade du calife de Bagdad au roi des Bulgares de la Volga.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 921, Ahmed Ibn Fahdlan, ancien poète à Bagdad, est nommé ambassadeur en Asie mineure par le calife, mais il s'agit en fait d'une excuse pour l'envoyer en exil pour avoir séduit la femme d'un proche du calife… Accompagné de Melchisidek, un vieil ami de son père, conseiller et traducteur de surcroît, lui et ses quelques hommes de confiance se font attaquer par un groupe barbare des steppes asiatiques. Acculés à une falaise, les barbares s'enfuient : un knör viking est en vue. Ahmed ne connaissant pas ces gens, il décide d'aller à leur rencontre. Ibn Fahdlan ne comprend pas le norrois, mais son compagnon Melchisidek, bien instruit comme lui, arrive à trouver un Viking, Herger, qui comprend le latin, et ils peuvent ainsi se renseigner sur ce qui se passe. Ahmed découvre alors que les Vikings venaient de faire le deuil de leur chef de groupe, et qu'un nouveau avait accédé au pouvoir.

Ahmed et son groupe sont considérés comme des invités. C'est à ce moment qu'arrive un enfant, annonçant que le seigneur Rothgar a besoin de renfort : il s'agit du roi des Vikings. Pour ce faire, Buliwyf, nouveau chef, décide de faire appel à une voyante : celle-ci déclare que treize guerriers doivent faire route. De nombreux volontaires se proposent, mais le treizième guerrier doit être un étranger. Après une vague description, il se révèle qu'il s'agit d'Ahmed. Celui-ci accepte de les rejoindre.

Cependant, un problème majeur survient : sans son interprète, Ahmed ne comprend rien de ce que disent les Vikings. De plus, ceux-ci n'hésitent pas à se moquer de lui, selon des préjugés comme ceux qui prétendent que les Arabes emmènent des chevaux « grands comme des chiens » à la guerre. Ahmed les surprend en leur faisant une démonstration de saut d'obstacles à cheval, qui les laisse bouche bée. Durant leurs voyages et durant leurs nombreuses pauses, Ahmed apprend la langue des Vikings, puis les surprend une seconde fois tandis qu'ils se moquent de lui, en leur lançant une vague d'insultes typiquement nordiques. Seuls le chef et Herger avec lequel il se lie d'amitié observent d'un œil bienveillant les progrès du jeune étranger. À l'écart de tous, Buliwyf demande alors à Ahmed de lui apprendre à « dessiner les sons », c'est-à-dire l'écriture. Alors, à l'aide d'un bâton, Ahmed écrit sur le sable : « il n'y a qu'un seul Dieu et Mahomet est son prophète », ce qui laisse le chef perplexe.

Tandis qu'ils abordent les côtes amies, Buliwyf reproduit les signes d'Ahmed : « il n'y a qu'un seul Dieu » et Ahmed de terminer : « et Mahomet est son prophète ».

Dès que le village est atteint, on indique aux guerriers qu'on n'a pas reçu de nouvelles des fermes environnantes, mais aussi qu'un danger se fait sentir, oppressant.

Après avoir récupéré un jeune garçon apeuré, les guerriers décident d'aller voir la ferme de sa famille. Ils y trouvent du sang en abondance, les lieux ont été saccagés, les occupants mutilés et dévorés. Mais Ahmed trouve sur le sol une petite statuette et lorsqu'il la montre aux guerriers, l'un d'eux crache dessus et un autre lui indique qu'il s'agit de l'idole des monstres, nommés Wendels ou Wendolls. Buliwyf décide de passer une nuit avec ses guerriers dans un bâtiment mal défendu pour les attirer.

Tandis qu'ils font semblant de dormir, des formes étranges se rassemblent autour d'eux, puis leur tombent dessus : les guerriers sont prêts et provoquent la fuite des étranges choses. Hyglak et Ragnar sont tués dans ce combat. Cependant, il n'y a pas de cadavres : les monstres ont emporté non seulement les leurs, mais aussi les têtes de leurs ennemis vaincus. Ils entendent également parler d'une légende selon laquelle un serpent de feu est descendu sur leur village en des circonstances similaires.

Ils décident de fortifier le village. Mais au sein du village même existe une tension entre le fils de Rothgar et Buliwyf, et Herger a trouvé un plan pour lui permettre de le ridiculiser : il se fait provoquer en duel par un des hommes du premier et feint une apparente faiblesse. Tandis qu'il va être exécuté, il tranche en un mouvement net et rapide la tête de son adversaire, à la surprise de tous, sauf de Buliwyf. Indigné, le fils de Rothgar s'en va.

Ahmed profite de son séjour dans le village pour se faire fabriquer à partir de sa lourde épée un sabre arabe, car il n'arrive pas à tailler les pieux en pics. Il doit encore faire une démonstration à Herger qui se moque de la forme que prenait son épée. Enfin, le « serpent de feu » arrive, descendant lentement de la colline pour se rendre au village. Mais Ahmed voit une petite fille à l'extérieur des fortifications : il se précipite avec son cheval pour la sauver et passe si près du « serpent de feu » qu'il le voit très clairement : ce serpent n'est en fait qu'une longue ligne de cavaliers porteurs de torches et de gourdins. Ahmed aperçoit également le chef, qui le désigne de son arme en signe de défi.

Ahmed retourne au camp pour prévenir les habitants du village apeurés. Ceux-ci se préparent et la nuit même, tandis qu'un brouillard enveloppe le village, les créatures passent à l'attaque. Après avoir décrit de grands cercles autour du village en lançant des torches sur les maisons, ils font tomber les quelques charrettes qui servent de portes à l'aide de grappin, et se dirigent vers le centre du village par une sorte de couloir délimité par des pieux. Skeld puis Roneth et Halga sont à leur tour tués, Rethel mortellement blessé. Pour stopper cette charge, Buliwyf rassemble les guerriers et donne à chacun un pieu qu'il pointe vers les cavaliers. La tentative réussit et de nombreux cavaliers sont arrêtés. Puis, ils les mettent en déroute et Buliwyf aperçoit leur chef, lequel l'observe également avant de disparaître dans les ténèbres.

Grâce aux nombreux cadavres que leur a fournis la bataille, ils découvrent que sous les peaux d'ours se cachent des hommes. Rothgar leur conseille d'aller voir la doyenne du village. Celle-ci leur répond que pour vaincre leurs ennemis, il faut tuer leur Mère ainsi que leur Père, ce dernier étant reconnaissable à son casque à cornes. Ils entreprennent donc de partir tuer la mère des Wendolls.

Après recherches infructueuses, Ahmed émet l'hypothèse que s'ils veulent qu'on les prenne pour des ours, c'est qu'ils vivent comme des ours. Et dans ce cas ils se cachent dans une grotte. C'est ainsi qu'ils trouvent l'antre des Wendolls. Après avoir infiltré discrètement la base secrète, Buliwyf tue la mère des Wendolls, mais celle-ci le blesse avec un crochet enduit de venin de serpent. Alertés par le meurtre de leur mère, les Wendolls accourent, mais les guerriers trouvent une brèche dans le mur qui conduit à un passage sous-marin qu'ils doivent emprunter pour ressortir non loin de leur village. Blessé, Helfdane ne ressortira pas. Se doutant que les Wendols attaquent une nouvelle fois le village, les Vikings se préparent à cette lutte ultime : Ahmed s'en remet à Allah en faisant une prière, puis rejoint celle qu'adressent les Vikings à leurs dieux en ces termes :

« Voyez cela, je vois mon père. Voyez cela, je vois ma mère et mes sœurs et mes frères. Voyez cela, je vois tous mes ancêtres qui sont assis et me regardent. Et voilà qu'ils m'appellent, et me demandent de prendre place à leur côté dans le palais du Valhalla, là où les braves vivent à jamais… »

Et enfin, après un rude combat, Buliwyf abat leur chef, à bout de force. Puis celui-ci s'assoit à sa place de chef et meurt, l'arme à la main.

Durant ce parcours, Ahmed est devenu un homme et a appris à se battre, chose dont il avait auparavant horreur. Helder met à sa disposition un bateau et après de chaleureux adieux, Ahmed s'en va en bénissant cette tribu de Vikings païens, en faisant la promesse de narrer les aventures de Buliwyf.

Les 13 guerriers[modifier | modifier le code]

  • Buliwyf : chef charismatique et fils d'un roi défunt, il est le tout premier guerrier à se porter volontaire, malgré la crainte qu'ont les vikings pour les Wendolls dont ils ne veulent même pas dire leur nom. Il est apprécié de ses hommes qui sont prêt à le suivre partout et se sent responsable du village qu'il protégera du mieux qu'il peut, n'hésitant pas à arrêter une charge de cavalier ennemie avec seulement trois guerriers armée de pieux. À la fin et bien que mortellement blessé, il puise dans ses dernières ressources pour défendre le village, forçant jusqu'au bout le respect de ses hommes et des villageois. Ses funérailles seront dignes de celle d'un roi.
  • Heldane : grand guerrier aguerri, il est un peu le bras droit de Buliwyf. Fier et imposant par sa prestance, il prendra une grande part à l'élaboration des défenses du village ainsi qu'aux deux premiers assauts des Wendolls. Il se bat tout vêtu d'un plastron métallique qu'il ne quitterait pour rien au monde. Il prendra également part à l'assaut dans la grotte mais blessé à l'abdomen malgré son armure, il ne pourra suivre ses compagnons vers la sorties et restera en arrière, même si pour lui, ce fut une belle journée.
  • Hyglak : l'un des guerriers les plus âgés et expérimenté, il porte une barbe épaisse et des tresses, ainsi qu'un lourd menton de fourrure. Il hait les Wendolls et le montre en crachant sur une statuette représentant leur divinité. Lors de la première attaque ennemie, ses derniers mots sont pour Ahmed : "Bats-toi, petit". Il se jette ensuite courageusement dans la mêlée mais un ennemis le blesse grièvement avant de le décapiter. Il sera ainsi le premier guerrier à mourir.
  • Edgtho : c'est l'un des guerrier les plus marquant et charismatique du film. Grand aux cheveux bouclés noirs et tout vêtu d'habits sombres, c'est un homme intelligent et un excellent pisteur et observateur. Il repère et entend souvent le danger avant les autres et sera souvent amené à partir en reconnaissance pour repérer l'ennemi. Il suivra brillamment la trace des Wendolls et ouvrira le chemin jusque dans la grotte de ces derniers. Il tuera de nombreux ennemis et se sortira indemne des combats. Il accompagnera Ahmed sur le Drakkar pour le ramener chez lui.
  • Rethel : archer du groupe, peut être le plus ancien, il porte des cheveux gris et une longue tresse. Munie d'une capuche, il ne combat pas l'ennemi avec une épée mais reste en position élevée ou en retrait afin de couvrir ses compagnons. Ses tirs sont précis et redoutables. Lors de la seconde attaque sur le village, il tue plusieurs adversaires de ses flèches du haut des remparts mais un Wendolls le frappe au corps à corps d'un coup de gourdin. Il mourra des suites de ses blessures.
  • Haltaf : jeune garçon et archer comme Rethel. Il se présente en même temps que ce dernier qui semble être son mentor, voir un parent. Sans personnalité propre ni dialogue, il participera à la défense du village en décochant ses flèches du haut des remparts. Il accompagne les guerriers survivants au repère des Wendolls mais restera en arrière. Il sera l'un des cinq guerriers à survivre.
  • Roneth : guerrier blond vif et agile, en témoigne sa façon acrobatique pour pénétrer dans la ferme isolée en forêt. Il porte une cape bleue et manie l'épée. Il a quelques dialogues mais sa personnalité est d'une manière générale très peu marquée. On ne le voit d'ailleurs pas se porter volontaire pour partir combattre. Il mourra d'un coup de gourdin lors de la charge des cavaliers ennemis dans le village.
  • Weath : jeune et vif, il est le roux de la bande et un joyeux compagnon. Comme les autres, il se moque d'Ahmed mais toujours de façon amicale. Il demande même à ce dernier s'il veut bien lui donner son sabre (qu'il compare à un couteau) pour pouvoir, s'il mourait, le donner à sa fille ! C'est un guerrier très rapide dans ses attaques et un excellent sprinter ce qui lui permettra de survivre à l'ennemi. Il trouvera un passage souterrain pour sortir de la caverne des Wendolls. Il survivra et accompagnera Ahmed pour son voyage de retour.
  • Ragnar : très grand et jeune guerrier. Costaud, il a les cheveux très longs mais ne porte pas de barbe. Muni d'un casque viking typique, il manie la hache. Grand rigoleur, il n'a toutefois pas de personnalité ni aucun dialogue. Il sera tué lors de la première attaque des Wendolls, sa tête emportée par ses derniers.
  • Halga : assurément le plus costaud des guerriers, blond clair et cheveux long, avec une cicatrice au niveau de l'arcade gauche. Grand rigoleur, il se moque d'Ahmed en lui disant que son cheval est trop petit. Il manie une lourde épée et porte un casque rappelant celui d'un gladiateur romain. Lors de la charge des Wendolls dans le village, sa corpulence et sa force lui permettent, même désarmé, d'arrêter un cavalier ennemi dans sa course ; il meurt cependant dans la foulée, transpercé de plusieurs flèches.
  • Herger : Blond et cheveux mis-long, c'est le guerrier à la personnalité la plus marqué. Il est le premier à communiquer avec Ahmed, notamment par l'intermédiaire de Melchisidek en lui parlant latin. Toujours gai et de bonne humeur, il rigole très souvent même dans les situations les plus périlleuses. Malgré sa carrure, il défait et tue un proche du fils du roi, pourtant plus jeune et plus fort que lui ainsi que de nombreux ennemis Wendolls. Il poussera souvent Ahmed (qu'il ne cessera de nommé petit frère) à se surpasser, comme pour se battre, ou encore pour se balancer au bout d'une corde. Il sera son meilleur ami jusqu'à la fin de l'aventure à laquelle il survivra.
  • Skeld : châtain, cheveux bouclé, il est reconnaissable par son tatouage sur le visage. Il est le plus hostile envers Ahmed au début de l'aventure, se moquant de lui à plusieurs reprises. Il tente de lui apprendre à tailler un pieu avec une épée viking… sans grand succès. Lors de la seconde attaque des Wendolls sur le village, il monte sur un toit pour tenter d'enlever une flèche incendiée tirée par l'ennemi mais est lui-même attend par d'autres flèches et meurt.
  • Ahmed, enfin est un simple poète arabe de bonne famille. Banni des siens pour avoir aimé la femme d'un autre, il devient par force ambassadeur et va, de par sa rencontre avec les Vikings, devenir un guerrier et un homme. Peu habile au maniement des armes au début, c'est en revanche un homme cultivé, un cavalier émérite. Intelligent, il apprendra rapidement à s'accoutumer à la vie dure et aux nombreux combats. Intuitif, il confirmera au Vikings que les Wendolls ne sont que de simples humains et qu'ils vivent, de par leur allure, dans une caverne, permettant aux guerriers d'attaquer à leur tour. Il sera de tous les combats et repartira sain et sauf vers les siens, non sans quelques cicatrices au visage. Il comptera par écrit l'expérience qu'il a vécu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués : Andrew G. Vajna et Ethan Dubrow
Coproducteur : Lou Arkoff
Producteur associé : Casey Grant
Drapeau de la France France :
Drapeau de la Belgique Belgique :
Drapeau des États-Unis États-Unis :

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende : VF = Version Française[réf. nécessaire] et VQ = Version Québécoise[6]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le 13e Guerrier (bande originale).

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le nom du chef des Vikings, Buliwyf, est à rapprocher de Beowulf, légende dont le scénario reprend la trame[7][8][9]. Le film est une adaptation du roman de Michael Crichton Eaters Of The Dead[9] (Les mangeurs de morts).

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage et la post-production du film ont été émaillés de conflits entre le réalisateur, John McTiernan et le producteur, Michael Crichton. Après le départ de John McTiernan en pleine post-production, Crichton assure seul le montage du film et décide de rejeter la musique composée initialement par Graeme Revell : il fait alors appel à Jerry Goldsmith pour composer une nouvelle partition. Ce qui explique en partie pourquoi le film est considéré comme un « grand film malade », certaines scènes apparaissant comme mal développées au montage (comme en atteste l'ouverture du film) [10]

Contrairement à ce que prétend une rumeur tenace relayée par la presse spécialisée depuis 10 ans, il n'existe et n'a jamais existé aucun montage de h 30 du métrage. D'après John McTiernan, dans une interview de 2003 disponible sur l'édition blu-ray éditée en France, son montage était plus long de 5 à 10 minutes. Une version cependant différente du montage final, due à des séquences retournées par Michael Crichton qui ont remplacées celles initialement réalisées par John McTiernan. Dans une interview sur le blu-ray, l'acteur Vladimir Kulich (Buliwyf) admet avoir vu le montage de McTiernan, et affirme que ce dernier est bien différent du film sorti en salles.

Accueil et critiques[modifier | modifier le code]

Le film fut un échec commercial, ne rapportant que 61 millions de dollars pour un budget estimé à 160 millions de dollars[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]