Lazare de Baïf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baïf.

Lazare de Baïf, né au Manoir des Pins, près de La Flèche en 1496 et mort à Paris en 1547, est un diplomate et humaniste français.

Il a protégé le jeune Ronsard à la Cour. Son fils est le poète Jean-Antoine de Baïf. Ambassadeur à Venise et en Allemagne sous François Ier, il fut également poète, en français, et dans un latin élégant.

Du Bellay l'a félicité pour avoir introduit en français certains mots précieux.

Il a également traduit Électre de Sophocle en 1537, puis Hécube également de Sophocle.

« En 1525, Lazare a failli rejoindre le roi de France prisonnier à Madrid […]. Il ira […] à Venise, en qualité d'ambassadeur, tâche dont il entend fort mal la part essentielle, le renseignement, qui l'indiffère. En revanche, il n'a pas son pareil pour deviser avec les savants qui affluent sur la lagune […]. François Ier […] mande […] à son trésorier de l'Épargne de compter à Lazare de Baïf, conseiller, maître des requêtes, 1800 livres tournois pour quatre-vingt-dix jours de mission en Allemagne […]. Le double but de la mission n'est pas caché: l'envoyé devra conférer avec aucuns princes […] d'aucunes affaires d'importance […] que ne voulons être ici autrement déclarées. Rien de moins que de gagner contre l'Empereur [Charles Quint] – une forme polie de trahison – quelques-uns d'entre eux[1]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Simonin, Pierre de Ronsard, Paris, Fayard, 1990, p. 84 et 86

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pinvert, Lucien: LAZARE DE BAÏF (1496(?) – 1547). Albert Fontemoing, Paris 1900.

Liens internes[modifier | modifier le code]