Layène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Confrérie des layènes
Mausolée de Seydina Limamou.
Mausolée de Seydina Limamou.

Région Sénégal Sénégal
Création 1883
Type Confrérie soufie
Capitale spirituelle Yoff
Coordonnées 14° 46′ N 17° 29′ O / 14.767, -17.48314° 46′ N 17° 29′ O / 14.767, -17.483  
Langue(s) arabe, wolof
Fondateur Seydina Limamou Laye
Affiliation(s) Islam, Soufisme

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

(Voir situation sur carte : Sénégal (administrative))
Confrérie des layènes

La confrérie des layènes est une des confréries du Sénégal, originaire de Yoff, village lébou devenu l'une des communes d'arrondissement de Dakar.

Seydina Limamou Laye[modifier | modifier le code]

D'abord islamisés, les villageois répondent à l'appel de Seydina Limamou Laye, le 24 mai 1883 qui se présente comme le « Bien Guidé » ou « Mahdi » encore attendu par les autres musulmans dans le monde.

Il les invite à encore plus de sincérité et pureté dans les prières, et à continuer à observer les rites musulmans :

  • ablutions (les Layènes se lavent jusqu'au genou et ne s'arrêtent pas aux chevilles lors de leurs ablutions) ;
  • prières (chants pour glorifier avant tout début de prières) ;
  • justice sociale ;
  • aumône, ...

Il est confronté aux castes, à l'islam orthodoxe, au gouverneur français qui redoute la constitution d'une force d'opposition.

Le culte[modifier | modifier le code]

  • Les invocations

Le culte repose essentiellement sur la glorification et les louanges chantées à toutes les fêtes religieuses ou avant les prières. Quel que soit l'endroit dans le monde, le croyant layène se doit de constituer un rassemblement ou une association pour se regrouper afin de faire des invocations, récitations, et pour approfondir sa connaissance du Coran.

Ainsi le croyant layène assure sa purification en évitant les mauvaises actions et en multipliant les bonnes.

  • La purification

Le disciple doit se repentir pour nettoyer son âme de toute impureté, pêché, désobéissance, et doit abandonner la pratique du culte des génies.

Il doit nettoyer ses vêtements ainsi que le lieu de prière, sans oublier les ablutions du corps.

  • La prière

Il faut respecter ce pilier de l'islam en suivant les heures de prières.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Laborde, La confrérie layenne et les Lébous du Sénégal. Islam et culture traditionnelle en Afrique, Karthala, 1997 (ISBN 2865377121)
  • Poèmes et pensées philosophiques wolof : de l'oralité à l'écriture, tome I, Poèmes layènes, recueillis et transcrits par Assane Sylla, ACCT-IFAN/CAD, 198-?, 130 p.