Laverdines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laverdines
Image illustrative de l'article Laverdines
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Baugy
Intercommunalité Communauté de communes de la Septaine
Maire
Mandat
Bernard Gindre
2014-2020
Code postal 18800
Code commune 18123
Démographie
Population
municipale
58 hab. (2011)
Densité 5,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 53″ N 2° 47′ 56″ E / 47.0314, 2.798947° 01′ 53″ Nord 2° 47′ 56″ Est / 47.0314, 2.7989  
Altitude Min. 177 m – Max. 221 m
Superficie 9,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laverdines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laverdines

Laverdines est une commune française située dans le département du Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Laverdines est l'une des plus petites communes françaises par la population, située à mi-chemin entre Bourges et Nevers.

La commune fait partie du canton de Baugy ; en 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département, elle fera partie du canton d'Avord[1],[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villequiers Rose des vents
Saligny-le-Vif N Chassy
O    Laverdines    E
S
Bengy-sur-Craon Nérondes

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est très faiblement vallonnée, parcourue dans sa partie centrale par une des dernières côtes du bassin parisien, orientée nord-sud et qui divise le territoire en deux parties à peu près égales :

  • la partie supérieure à l'ouest est située à une altitude d'environ 205 m ; ses eaux s'écoulent vers l'ouest. Elles sont drainées par le Craon, rivière au débit irrégulier qui se termine sur la commune limitrophe de Bengy dans l'étang du Craon.
  • la partie inférieure à l'est est située à une altitude d'environ 180 m ; ses eaux s'écoulent vers le nord et sont collectés par la Vauvise, rivière au faible débit qui se jette dans la Loire (rive gauche) à Saint-Satur, dans la proche banlieue de Sancerre, à 40 km au nord de Laverdines.

La partie supérieure de la commune est constituée de terrains marneux du callovien, dernière époque stratigraphique du Jurassique moyen (ère tertiaire), riche en fossiles. La partie inférieure, longtemps marécageuse et récemment drainée est constituée d'alluvions modernes. La côte intermédiaire entre les deux parties est formé par un long affleurement de bathonien supérieur bradfordien, période géologique précédant immédiatement le callovien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 27 septembre 2014)
Bernard Gindre[1] Sans étiquette  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 58 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
197 210 314 400 216 200 201 196 187
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
202 285 289 245 225 252 220 220 266
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
242 272 291 207 179 198 186 153 125
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
93 102 58 58 47 43 48 43 56
2011 - - - - - - - -
58 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'activité de la commune est principalement tournée vers l'agriculture ; c'est aussi une commune de résidence pour des personnes travaillant en relations avec la base aérienne d'Avord (15 km) ou les centres de Bourges et Nevers (35 km).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :