Lavaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lavaux (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Laveaux, Laveau (ruisseau) et Lavaud.
Lavaux, vignoble en terrasses *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Vue sur le village d'Épesses.
Vue sur le village d'Épesses.
Coordonnées 46° 29′ 31″ N 6° 44′ 46″ E / 46.49194, 6.7461146° 29′ 31″ Nord 6° 44′ 46″ Est / 46.49194, 6.74611  
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Subdivision Canton de Vaud
Type Paysage culturel
Critères (iii) (iv) (v)
Superficie 898 ha
Numéro
d’identification
1243
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2007 (31e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Lavaux est une région viticole du canton de Vaud (Suisse), connue pour ses vignobles en terrasses au bord du lac Léman. Le 28 juin 2007, Lavaux entre au classement du patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

On ne retrouve le terme de Lavaux qu'à partir du XIIe siècle ; une bulle d'Innocent II mentionne la vallis de Lustriaco qui en ancien français se traduit par « la Vaulx de Lustrie » (la Vallée de Lutry). Ce n'est qu'au XIVe siècle qu'Aran, Riex et Villette sont considérées comme faisant partie de « la Vaulx de Lutry ». Il faut attendre le XVIe siècle pour que la graphie « Lavaux » se fasse jour. À cette époque, Lavaux appartient à l’évêque de Lausanne et est subdivisée en quatre paroisses, Corsier, Lutry, Saint-Saphorin et Villette[2].

Après la conquête bernoise, Lavaux fait partie du bailliage de Lausanne. Après la révolution vaudoise, les bailliages sont remplacés par des districts. Lutry, Saint-Saphorin et Villette sont rattachées au district de Lavaux, alors que Corsier rejoint celui de Vevey[2].

Au XIXe siècle, les communes se divisent, Saint-Saphorin forme quatre nouvelles communes, Chexbres, Puidoux, Rivaz et Saint-Saphorin. Puis, c'est au tour de Lutry de donner naissance à Savigny et enfin Villette est subdivisée en six communes, Cully, Épesses, Forel, Grandvaux, Riex et Villette[2].

Finalement, le 1er janvier 2008 suite à la réorganisation territoriale du canton de Vaud, la région se retrouve englobée dans le nouveau district de Lavaux-Oron qui englobe la totalité des communes de Lavaux[3].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

À noter que l'on dit Lavaux sans article et non « le » Lavaux, que l'on parle « de » Lavaux et non « du » Lavaux, de même que l'on dira « en » Lavaux et non « dans le » Lavaux. Ceci vient de l'étymologie de Lavaux. En effet, en arpitan « la vau » signifie « la vallée ». La lettre « x » a été rajoutée à la fin pour signifier que le dernier son voyelle, ici « au », doit être prononcé. Cette règle s'applique à tous les toponymes de langue arpitane[4].

Communes[modifier | modifier le code]

Cette région se situe entre Lutry et Vevey (Vaud) ; elle comprend, depuis le 1er juillet 2011, les communes suivantes :

Région vinicole[modifier | modifier le code]

Le vignoble s'étend sur 921 ha et représente 21,42 % de la surface viticole du canton[5]. Le soleil est réfléchi par le lac Léman, et ses murs de pierre apportent chaleur et abri.

Dans les années 1960, on enregistre dans toute la région un important recul de la vigne, celle-ci étant grignotée par les constructions. Lavaux devient dès lors un exemple emblématique. Le vignoble est progressivement considéré comme un paysage identitaire chargé d'histoire de de symbolique. En marge de l'organisation de l'Expo 64 qui a eu lieu à Lausanne en 1964, le nouvel architecte cantonal vaudois, Jean-Pierre Vouga élabore une nouvelle Loi cantonale sur les constructions et l'aménagement du territoire (LCAT), adoptée en février 1964. Cette loi introduit la notion de zone agricole ou viticole, en principe inconstructible. L'institution d'une surface minimale de 4500 m2 comme condition pour toute nouvelle construction se révèle particulièrement efficace dans le vignoble, où des parchets de cette taille sont rarement mis en vente. Par ailleurs, un important sous-secteur de l'Expo 64, dans l'organisation duquel Jean-Pierre Vouga a été particulièrement impliqué, amorce et généralise la réflexion sur la sauvegarde du paysage[6].

En 1977 et 2005, en conséquence d'initiatives populaires (Sauver Lavaux) lancées par Franz Weber, les Vaudois sont amenés à s'exprimer sur la protection des vignes de Lavaux. Ces initiatives, acceptées, aboutissent à l'inscription, dans la constitution vaudoise, de la protection de ce vignoble. En 2007, le site est inscrit au patrimoine mondial de l'humanité (UNESCO)[7].

Une grande diversité de sols et de micro-climats permettent au vigneron de jouer de son savoir-faire pour produire une riche gamme de vins.

Un parcours pédestre long de 32 km relie le musée Olympique à Ouchy au château de Chillon et peut être parcouru en huit heures et demie. Ce trajet permet de découvrir les huit appellations d'origine contrôlées de Lavaux ainsi que des thèmes viticoles.

Liste des appellations[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Suisse - Lavaux », UNESCO (consulté le 30 juin 2007)
  2. a, b et c « Création de Riex - Historique de la région. », Commune de Riex en Lavaux (consulté le 4 décembre 2007)
  3. Canton de Vaud, « Préfets et préfectures - Lavaux-Oron » (consulté le 28 décembre 2007)
  4. Voir : Francoprovençal#Toponymes
  5. « Lavaux AOC sur l'office des vins vaudois » (consulté le 26 février 2012)
  6. Alessandra Panigada, «Sauver Lavaux? Jean-Pierre Vouga et la patrimonialisation du paysage vaudois», Monuments vaudois 3/2012, pp. 47-54.
  7. http://www.lavaux-unesco-inscription.ch

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. F. Ramuz, Lavaux, Lausanne, La Tramontane, 1954. (OCLC 28733681)
  • C. F. Ramuz et Michèle Duperrex, Merveilleux Lavaux, Lausanne, Éditions du Grand-Pont, 1973. (OCLC 28739320)
  • Ric Berger, Jean-Gabriel Linder et Jacques Christinat, Lavaux, Pully, Éditions du Château, 1985. (OCLC 15316841)
  • Jean-Pierre Dresco, Corinne Chuard et coll., Lavaux, Vignoble en terrasses, Lausanne, Favre, 2007.
  • Alessandra Panigada, «Sauver Lavaux? Jean-Pierre Vouga et la patrimonialisation du paysage vaudois», Monuments vaudois 3/2012, pp. 47-54.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]