Lavau-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lavau-sur-Loire
Image illustrative de l'article Lavau-sur-Loire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Savenay
Intercommunalité Communauté de communes Loire et Sillon
Maire
Mandat
Christian Biguet
2014-2020
Code postal 44260
Code commune 44080
Démographie
Gentilé Lavausiens
Population
municipale
755 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 28″ N 1° 57′ 55″ O / 47.3077777778, -1.96527777778 ()47° 18′ 28″ Nord 1° 57′ 55″ Ouest / 47.3077777778, -1.96527777778 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 15 m
Superficie 16,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Lavau-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Lavau-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavau-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavau-sur-Loire
Liens
Site web lavau-sur-loire.fr

Lavau-sur-Loire est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Située sur la rive nord de la Loire, non loin de l'estuaire de celle-ci, Lavau a été le fief des seigneurs de Laval au Moyen Âge, puis du duc de Bretagne. Située en Bretagne historique, dans le Pays nantais, cette commune rurale dotée d'une église gothique classée monument historique connaît un développement lié à son intégration conjointe dans l'aire urbaine de Saint-Nazaire et celle de Nantes.

Ses habitants sont appelés les Lavausiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Lavau-sur-Loire dans le département de la Loire-Atlantique.

Lavau-sur-Loire est situé sur la rive nord de l'estuaire de la Loire, à 6 km au sud de Savenay, à 19 km à l'est de Saint-Nazaire et à 33 km à l'ouest de Nantes[2].

Les communes limitrophes sont La Chapelle-Launay, Savenay, Bouée et Frossay, dont le territoire communal, situé au sud de la Loire, inclut le chenal de navigation jusqu'à Paimbœuf[3].

Rose des vents Savenay Rose des vents
La Chapelle-Launay N Bouée
O    Lavau-sur-Loire    E
S
Loire
Frossay

Lavau-sur-Loire est traversée d'est en ouest par la route départementale 90. Du nord jusqu'au bourg c'est la D3.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Outre la Loire[4] qui borde la partie sud de la commune, la commune est dotée d'un vaste réseau hydrographique. Le marais de l’étier du Syl d'une superficie de 495 ha est présent sur trois communes, Lavau-sur-Loire, Bouée et Savenay. 380 ha sont situés sur la seule commune de Lavau-sur-Loire[5]. L'étier du Syl qui coule au milieu de ce marais marque notamment la limite entre Lavau-sur-Loire et Bouée. Le Syl se jette ensuite dans l'estuaire de la Loire[6].

Dû à sa position voisine à l'estuaire de la Loire, la commune est située à une altitude très basse, de 0 à 15 mètres.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Lavau-sur-Loire est soumise à un climat de type océanique[7]. Les données concernant le climat de Lavau-sur-Loire qui suivent sont extraites d'une source basant le site de relevé des données météorologiques aux coordonnées 47°09'N - 1°37'O[8], ce qui correspond à la position de l'Aéroport Nantes-Atlantique situé sur la commune de Bouguenais, distant de 30 kilomètres.

Climatologie de Lavau-sur-Loire d'après la station de Bouguenais sur la période 1961 - 1990 :
Températures moyennes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[8]


Ensoleillement, humidité, précipitations
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Nombre de jours avec précipitations 12,8 11 11,1 8,9 11 7,7 6,7 7 8,4 10,4 11,1 11,5 117,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 6,1 4,8 4,9 3,6 4,5 2,9 2,7 3,1 3,9 5 6,2 6,1 53,7
Humidité relative (%) 88 84 80 77 78 76 75 76 80 86 88 89 81
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[8]


Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune viendrait d'une par de l’ancien français valle qui signifie « la vallée » et d'autre part la Loire, le fleuve qui borde la partie sud de la commune[9].

Dans le cartulaire de Saint-Cyprien de Poitiers en 1075, la paroisse est nommée Parrochia de Vallis.

Lavau-sur-Loire possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Lavau (écriture ELG)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Des silex taillés et des haches en pierre polie ont été découvertes à La Garenne, attestant l'ancienneté du peuplement du territoire[F 1]. On retrouve les traces d'une villa romaine nommée « La Chaussée », attestant une présence humaine pendant l'Antiquité[F 1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au VIIe siècle, le moine Martin de Vertou évangélise la région nantaise. Au IXe siècle la région passe sous domination bretonne.

La première mention de la seigneurie de la Haye en la paroisse de Lavau date de 1051. On retrouve en 1075 dans le cartulaire de Saint Cyprien de Poitiers la mention de Lavau-sur-Loire désignée : Parrochia de Vallis. La Haye de Lavau est dépendante de la vicomté de Donges, et dispose du droit de haute justice[F 1].

Article détaillé : Liste des seigneurs de Donges.

À cette époque on trouve un port au hameau de La Garenne.

  • Terres et Juridictions citées dans les enquêtes de la réformation des feux en 1426 et 1442 : La Haie de Lavau[11].

Révolution[modifier | modifier le code]

Le village, qui a la particularité d'héberger une population de marins, douaniers et pêcheurs dans une proportion relativement importante pour la région, est favorable aux idées nouvelles en 1789. Le prêtre de la paroisse refuse de prêter serment lors de la constitution civile du clergé. Des massacres sont perpétrés dans les marais de Lavau par les soldats républicains, après la déroute vendéenne de la bataille de Savenay en 1793[F 1].

Depuis le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1820, Lavau change de nom pour devenir Lavau-sur-Loire[12].

La commune est essentiellement rurale. La Loire permet l'existence d'un port fluvial, autorisant le transit de marchandises (notamment le granit extrait et taillé à Lavau sur le site de La Garenne) et la pêche professionnelle[F 1].

Le problème de l'assèchement et de la mise en valeur des terres couvertes par les marais est régulièrement évoqué[F 1]. Source de conflits sous l'Ancien Régime, les marais sont un des thèmes abordés dans les cahiers de doléances en 1789. En 1807 une première tentative de rationalisation est lancée. En 1825 une ordonnance du roi Charles X organise la création du syndicat des marais de l'étier du Syl, du nom d'un ruisseau affluent de la Loire[F 2].

Entamée au XVIIIe siècle, l'exploitation des carrières de La Garenne s'est développée dans la seconde moitié du siècle suivant. Le granit bleu qui en est extrait est taillé sur place. Il est utilisé pour la construction des bassins des chantiers de Saint-Nazaire, le pavé des rues nantaises, l'édification du couvent de Saint-Gildas-des-Bois. L'activité décroît après 1920, les carrières emploient encore deux cents ouvriers en 1955, et ferment en 1980[F 3].

La commune, soumise durant un siècle à un déclin démographique, voit sa population se stabiliser puis augmenter jusqu'au début du XXIe siècle[F 1].

Le port de Lavau[modifier | modifier le code]

Le port de Lavau sur la Loire connaît une certaine importance jusqu'au milieu du XIXe siècle. Il s'agit d'un port d'échouage. Les archives de 1769 relèvent l'existence dans l'étier de Lavau, ou Pré-Neuf. Le port accueille des bacs permettant le transport des passagers. Les marchandises transitent également : le bétail, le charbon, le grain et le vin. Les céréales tiennent une place prépondérante dans le trafic, en compagnie des pommes de terre et du colza. Le fret est en partie destiné à l'exportation vers l'Angleterre. Le port permet l'importation de matériaux de construction, de javelles de roseau et de bétail des îles de Loire. L'activité du port de Lavau englobe également la pêche, active jusqu'au début du XXe siècle. La flotte de pêche est relativement importante dans la commune, où le poisson est vendu jusqu'en 1870[13].

La construction d'un môle de douze mètres le 28 octobre 1850 permet d'offrir une alternative à l'échouage. En 1859 la demande d'un prolongement de ce môle est déposée ; il s'agit de parvenir jusqu'à la laisse des basses-mers. Cette partie est inaugurée en 1872, réparée et élargie en 1878. L'éloignement progressif du rivage de la loire, conséquence de l'envasement entre 1900 et les années 1970, transforme le port de Lavau en « port-relique ». En 1925, une passerelle en bois est construite dans le prolongement de l'ancien quai[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Lavau-sur-Loire est située dans le canton de Savenay, arrondissement de Saint-Nazaire, dans le département de la Loire-Atlantique. Comme pour toutes les communes françaises comptant entre 500 et 1 500 habitants, le Conseil municipal est constitué de quinze membres en 2011[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.

De 1789 à 1799, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt au moins équivalent à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII (13 décembre 1799) revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus pour six ans.

Du 3 juillet 1848 à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855.

Depuis 1871, les maires sont élus par le conseil municipal suite à son élection au suffrage universel.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Pierre-Antoine Tallendeau    
  An XI Pierre Poumier    
An XI 1806 Jean Delasalle    
1806 1809 Guillaume Briand    
1809 1815 Guillaume Duteil    
1815 1834 Pierre Picaud    
1834 1851 François Picaud    
1852 1876 Sébastien Bosque    
1876 1900 Pierre Picaud    
1900 1904 Alphonse Guichard    
1904 1908 Louis Seignard    
1908 1945 Pierre Paul Berranger    
1945 1971 Auguste Ardeois    
1971 1995 Jean Ardeois    
1995 2001 Marie-Christine Veillet    
mars 2001 mars 2008 Henri Mauxion    
mars 2008 en cours Christian Biguet   employé
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lavau-sur-Loire est membre depuis le 1er janvier 2002 de la communauté de communes Loire et Sillon, qui est constituée de huit communes regroupées autour de Savenay[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Lavau-sur-Loire est une commune rurale multipolarisée, par l'aire urbaine de Saint-Nazaire et par l'aire urbaine de Nantes, et qui fait partie de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire[16].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 755 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
804 765 777 778 775 821 808 802 920
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 019 1 014 1 173 941 1 058 1 008 910 841 878
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
906 922 778 666 582 554 511 610 590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
522 461 442 555 637 615 733 755 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[19])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,4 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Lavau-sur-Loire en 2009 en pourcentage[20]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,8 
3,9 
75 à 89 ans
4,8 
10,2 
60 à 74 ans
13,1 
21,0 
45 à 59 ans
21,1 
20,7 
30 à 44 ans
23,0 
17,6 
15 à 29 ans
16,8 
26,5 
0 à 14 ans
20,3 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Lavau-sur-Loire est essentiellement tournée vers l'agriculture. On compte plus de 30 % de l'activité de la commune consacrée à ce secteur[22].

Vie Locale[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une bibliothèque, et d'une salle communale polyvalente nommée « la salle des Prés Salés ». À Lavau-sur-Loire, il est possible de pratiquer plusieurs sports :football, gymnastique et velo. Aussi, il existe des associations liées à la pratique de la pêche et la chasse[23].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lavau-sur-Loire dépend de l'académie de Nantes. Pour l'enseignement élémentaire, la commune dispose d’une école publique[24].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin exerçant à Lavau-sur-Loire. Les plus proches praticiens sont dans les communes voisines de Savenay et Cordemais.

Environnement[modifier | modifier le code]

La collecte des déchets est gérée par la communauté de communes Loire et Sillon. Les déchets ménagers sont ramassés toutes les semaines[25]. Un tri sélectif est aussi organisé. La déchèterie la plus porche se situe à Savenays[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument historique : l'église Saint-Martin édifiée au cours des XIIIe siècle, XVe siècle, XVIe siècle et XIXe siècle. Elle est dédiée au saint éponyme. Elle est construite au XIIIe siècle par décision de l'Abbaye Notre-Dame de Blanche-Couronne située à La Chapelle-Launay. L'église est à l'époque de style roman. Au cours des XVe au XVIe siècles, l'édifice est quasiment reconstruit dans un style gothique[27]. Elle a été inscrite monument historique par arrêté du 9 novembre 1984[28].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le manoir de la Haye-de-Lavau, est une maison forte qui contient dans son domaine la Haie de Maure et ses deux moulins. Qualifiée de châtellenie dans tous les anciens actes, la seigneurie de la Haye de Lavau relevait de la Roche-en-Savenay et en arrière-fief de la vicomté de Donges.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux liés à la culture[modifier | modifier le code]

La passerelle et l'observatoire de Tadashi Kawamata, est une œuvre d'art construite en 2007 à l'occasion d'Estuaire 2007-2009-2012, biennale d'art contemporain sur l'estuaire de la Loire[29].

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Les anciennes carrière, définitivement abandonnées en 1980, se remplissent d'eau. Ceci permet la création d'une zone de loisirs, de pêche et de promenade[F 3]. Les marais sont régulés par une écluse, aboutissement d'actions de valorisation entreprises au XIXe siècle[F 2].

Le 1er février 2011, une partie du corps de Laëtitia Perrais (une jeune disparue de Pornic le 18 janvier 2011) a été découvert dans un étang à Lavau-sur-Loire[30]. Depuis ce jour, l'étang du site de la Garenne a été vidé, et l'accès est à présent formellement interdits, pour des raisons de sécurité[31].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et al., Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-Pont, Flohic éditions,‎ 1999, 1384 p. (ISBN 2-84834-040-X[à vérifier : isbn invalide]) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Yves Le Maître et Éric Lemerle, « Les petits ports de la Basse-Loire ou la face cachée de l'estuaire », Æstuaria, Estuarium, no 5,‎ 2004 (ISSN 1624-7450)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic et al., Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique,‎ 1999 (voir en bibliographie).
  1. a, b, c, d, e, f et g p. 1262
  2. a et b p. 1265
  3. a et b p. 1264
  • Autres références
  1. « Habitants de Lavau-sur-Loire », sur habitants.fr.
  2. « Lavau-sur-Loire », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 3 avril 2011)
  3. D'après la carte de l'IGN Loire-Atlantique d'échelle 1/140 000
  4. SANDRE, « Fiche fleuve la loire (----000-) » (consulté le 18 octobre 2008)
  5. Le marais de Lavau, sur le site de la mairie, consulté le 15 mars 2011.
  6. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « le Syl (M8414300) » (consulté le 15 mars 2011)
  7. « Carte France - Climat », sur site CartesFrance.fr (consulté le 1er mars 2011)
  8. a, b et c Relevés 1961-1990 « Normale et records - Nantes, Loire-Atlantique (44), 26 m - 1961-1990 », sur site infoclimat,‎ 21/03/2010 (consulté le 21 mars 2010)
  9. Découvrir une commune sur l’estuaire de la Loire, sur le site de la mairie, consulté le 13 mars 2011.
  10. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  11. Société académique de Nantes, Annales, 1857,p 253
  12. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur cassini.ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 14 décembre 2012).
  13. a et b Estuarium, « Port de Lavau », sur Étude historique et ethnologique des « petits ports » de l'estuaire de la Loire,‎ 2 août 2004 (consulté le 7 mars 2011)
  14. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  15. « Les communes », sur Communauté de communes Loire et Sillon (consulté le 3 avril 2011)
  16. « Carte thématique », sur Insee (consulté le 3 avril 2011) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  19. « Lavau-sur-Loire 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  20. « Résultats du recensement de la population - Lavau-sur-Loire - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  21. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  22. Lavau-sur-Loire (44080 - Commune), sur le site de l'Insee, consulté le 15 mars 2011.
  23. Annuaire des associations, sur le site de la mairie, consulté le 15 mars 2011.
  24. École, sur le site de la mairie, consulté le 15 mars 2011.
  25. Collecte des ordures ménagères, sur le site de la mairie, consulté le 15 mars 2011.
  26. Les déchèteries, sur le site de la mairie, consulté le 15 mars 2011.
  27. L’église de Lavau , sur le site de la mairie, consulté le 15 mars 2011.
  28. « Notice no PA00108632 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. Estuaire 2009 - l’observatoire et la passerelle de Kawamata, sur le site de la mairie, consulté le 15 mars 2011.
  30. « Le corps de Laëtitia retrouvé dans un étang : elle est morte étranglée », sur leparisien.fr,‎ 1er février 2011
  31. « Pêche et accès interdits au site de la Garenne », sur lavau-sur-loire.fr,‎ 8 février 2011