Lavatory Madeleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lavatory Madeleine
Lavatory Madeleine 2013-09-22 17-21-51.jpg

Accès à la partie Dames

Présentation
Architecte
Porcher (entrepreneur) ; Simons (mosaïste)
Construction
1905
Destination initiale
Toilettes publiques
Destination actuelle
fermés
Propriétaire
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Île-de-France
Commune
Paris
Adresse
Place de la Madeleine
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le lavatory Madeleine sont des latrines publiques aujourd'hui fermées, situées place de la Madeleine à Paris (8e arrondissement).

Histoire[modifier | modifier le code]

Mosaïque sur l'escalier d'accès

Construit en 1905 par les établissements Porcher sur le modèle des lavatories existant dès les années 1880[1] en Angleterre, il s'agit du premier édifice de ce type en France. Son architecture fait appel à de beaux matériaux : acajou verni pour les portes et les boiseries, vitraux, céramique décorée de motifs, mosaïque, robinets en laiton, etc[2],[3]. On y trouve également la chaise d'un cireur de chaussures[4]. Les établissements Porcher-Revin en font la vitrine de leur savoir-faire[4].

Composé à la base de trois éléments (toilettes pour hommes, toilettes pour femmes et loge du gardien), le lavatory est transformé en 1990, la partie Dames devant mixte et intégrant des urinoirs[2], tandis que la partie Hommes devient un local technique pour les télécommunications[1].

Inès de La Fressange, dans son guide La Parisienne, décrit ainsi le lieu[3]  : « Comme c'est rigolo ce saut dans le temps, cet effet de ressentir le Paris d'autrefois grâce à ce petit espace sanitaire bien plus authentique que de nombreux lieux touristiques ». Les commerçants alentour font état du passage de nombreux touristes dans ce lieu[1]. Action contre la faim y réalise un flash mob en mars 2011[5].

L'ancien lavatory des femmes et son accès, ainsi que l'accès du lavatory des hommes, sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 16 mars 2011[2]. Malgré l'opposition du maire du 8e arrondissement qui y voit une forte opportunité touristique[4], les toilettes publiques ferment en mai 2011, faute, pour la ville de Paris, d'une fréquentation suffisante (350 passages/jour) pour justifier le maintien d'un agent d'entretien et du non-respect des normes d'accessibilité aux personnes à faible mobilité[1],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Les plus beaux WC de Paris condamnés », Le Parisien,‎ (consulté le 23 septembre 2013)
  2. a, b et c « Notice no PA75080008 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a et b « Les toilettes publiques au banc d'essai », France-Soir (consulté le 23 septembre 2013)
  4. a, b, c et d Céline SOUHAMI, « Il faut sauver les toilettes de la Madeleine », L'union l'Ardennais,‎ (consulté le 23 septembre 2013)
  5. « Le lieu insolite : les toilettes publiques de la Madeleine. », Curiocités Paris,‎ (consulté le 23 septembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :