Lavannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lavannes
La maison commune de Lavannes.
La maison commune de Lavannes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Bourgogne
Intercommunalité Communauté de communes de Beine-Bourgogne
Maire
Mandat
Daniel Chartier
2014-2020
Code postal 51110
Code commune 51318
Démographie
Population
municipale
608 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 51″ N 4° 10′ 19″ E / 49.3142, 4.1719 ()49° 18′ 51″ Nord 4° 10′ 19″ Est / 49.3142, 4.1719 ()  
Superficie 17,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Lavannes

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Lavannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavannes

Lavannes est une commune française, située dans le département de la Marne, en Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Lavannes est situé à environ 10 minutes de reims, sur l'autoroute A4 en direction de Charleville-Mézière.

Communes limitrophes de Lavannes
Pomacle Isles-sur-Suippe Warmeriville
Caurel Lavannes Heutrégiville, Saint-Masmes
Berru Époye

Histoire[modifier | modifier le code]

L’étymologie renvoie à l’éventuel nom du propriétaire gallo-romain du terroir à l’origine du village, Lavenus ou Lavinus. Selon une autre hypothèse, le nom de Lavannes serait une déformation de l'ancien gaulois l'aawen-aï, qui signifie lieu près du ruisseau. Le ruisseau pourrait être le ru qui coule à un kilomètre et demi au nord-est du village.

La première installation d’un groupe sédentaire date environ de 1000 av. J.-C., comme le révèlent les fouilles archéologiques et la découverte de cinq nécropoles et trois habitats. Sa source aurait été à l'origine bien plus près du village.

À partir du XIe siècle, la prospérité revient et se traduit par l’édification de l’église Saint-Lambert. Lavannes se défend par le creusement de fossés. Pour communiquer avec la plaine, cinq portes se trouvent à l'extrémité des rues principales : la rue de Chefossez, la rue de Burisse, la rue de la Comme, la rue Neuve, la rue de l'Hamée. Ces fortifications sont néanmoins insuffisantes contre les Anglais durant la guerre de Cent Ans.

Des maladreries (léproseries) sont créées notamment au sud de Lavannes, au lieu-dit « Le Puits de la Maladrerie ».

Au XVIIe siècle, les récoltes de 1617 et 1650-1651 sont calamiteuses. Le froid, la misère et la dysenterie causent à Lavannes 45 décès entre octobre 1650 et mars 1651. En 1669, un recensement des communes du nord de Reims totalise 350 habitants à Lavannes.

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, le 4 septembre 1870, des uhlans pénètrent dans Lavannes, un des leurs est tué par un franc-tireur. En représailles, les Prussiens bombardent et pillent le village. Durant la Première Guerre mondiale, Lavannes est occupée. Une première évacuation des civils a lieu à la fin de l’année 1915 puis une seconde en mars 1917. Il reste alors à Lavannes 25 personnes valides occupées aux corvées imposées par la Kommandantur. Ces personnes sont ensuite évacuées vers les Ardennes. À la fin de la guerre, les habitants reviennent dans leur village et constatent la destruction des deux tiers des maisons.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, durant l’hiver 1943-1944, un bombardier Avro Lancaster est abattu sur le territoire de Lavannes. Les aviateurs sont enterrés dans le cimetière du village. Il existe encore à ce jour un survivant, qui en 2010 et 2011 s'est rendu à la cérémonie commémorative annuelle célébrée en son honneur comme en témoigne le petit monument installé à l'entrée du village.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1989 2008 Dominique Dutartre    
2008 2014 Jean-Marc Lapie    
2014 en cours Daniel Chartier    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 608 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
588 658 655 756 872 871 918 938 966
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
968 924 840 745 709 630 570 545 510
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
481 478 433 227 295 296 314 335 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
297 313 330 388 456 446 549 578 608
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est en regroupement pédagogique avec les communes de Caurel et Pomacle.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église vue depuis la rue, entourée de son cimetière.

Église Saint-Lambert[modifier | modifier le code]

Du XIIIe siècle, l'église Saint-Lambert possède une tour romane du XIIe siècle formant narthex à la base ainsi qu'un clocher-porche roman. Elle est classée monument historique[3].

Elle est construite sur un terre-plein à trois mètres environ au-dessus du sol.

Elle a dû être édifiée sur l'emplacement d'un ancien édifice datant vraisemblablement du VIIIe siècle pour honorer saint Lambert, le patron de la paroisse, qui fut martyrisé en 708. Les notes du chanoine Flodoart sur la vie de sainte Flotilde, native de Lavannes et religieuse à Avenay, permettent de la dater plus précisément ; sainte Flotilde aurait été inhumée en 942 en l'église de son village. Nous n'avons aucune indication locale sur le lieu de la sépulture de cette sainte car aucune pierre tumulaire n'indique l'existence d'une crypte où elle peut reposer. Cette église, dans ses différentes constructions, date des XIIe et XIIIe siècles, elle est construite sur un plan en forme de croix latine, elle possède un puits à l'intérieur, la pureté de son style est restée intacte en dépit des dégâts de la Première Guerre mondiale. La vue extérieure et intérieure de l'église produit un effet imposant.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monument en hommages aux hommes du 103e squadron de la R.A.F .
  • John Curnow : au cours de la nuit du 9 au 10 mars 1943, la RAF procédait au bombardement de la ville de Munich. Le Bomber Command se composait alors de 264 Lancaster, Halifax et Stirling. De retour de cette opération, le Lancaster B. Mk I, PM-D du 103e squadron, fut victime du tir d'une batterie de Flak implantée dans les environs de Reims. Le bombardier en flammes explosa peu après, ne laissant à aucun des sept membres d'équipage le temps d'évacuer. John Currow eut le réflexe de saisir et boucler son parachute. Ayant le grade de sergent, âgé de 19 ans, il occupait alors la fonction de navigateur. Il fut projeté hors de l’appareil lors de l’explosion. Malgré la faible altitude, il se posa sans encombre à proximité de Lavannes.
  • Dix aviateurs du Bomber Command reposent sur le territoire de la commune de Lavannes, tous ayant perdu la vie au retour de ce raid sur Munich. Six d'entre eux étaient membres du 103e squadron. Quatre autres provenaient du 207e squadron, qui perdit, elle aussi, un Lancaster sur le secteur entre Lavannes et Rethel.
  • Thérèse – Lambert CHERUY est la mère d'Alfred Gérard, industriel rémois connu pour avoir voyagé et fait des affaires au Japon au XIXe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  3. Arrêté du 21 octobre 1911, « Église à Lavannes », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19 janvier 2013.