Laus perennis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laus.

La laus perennis ou louange perpétuelle est une pratique monastique qui fut inventée par l'archimandrite Alexandre l'Acémète né vers 350 dans une île de l'Asie mineure et mort vers 430. Alexandre fut le fondateur à Constantinople du Monastère Saint Marcel, et de l’ordre des Acémètes autrement dit « les non-dormants » ou « les vigilants ».

Elle a été introduite en 516 Occident lors du Concile d’Agaune convoqué par saint Sigismond, roi des Burgondes, dans le monastère de Saint-Maurice qu'il avait fondé l’année précédente. Elle a ensuite fleuri dans d'autres monastères de la Gaule : monastère de Saint-Denis, à l'instigation de Dagobert Ier, à Saint-Martin-de-Tours, Lérins, etc…

On l'attribue aussi à Avit de Vienne.

Le modèle liturgique privilégié est celui de la liturgie céleste et s'inspire des prescriptions évangéliques qui demandent de prier sans cesse (cf. Mt 18,19-20; Mt 24,42-44 et Lc 21,36; 1Th 5,17...).

Cette forme de louange n'est plus pratiquée à Saint-Maurice. Selon certaines additions tardives à la « Passion des Martyrs d'Agaune, » rédigée primitivement par Eucher de Lyon (Ve siècle), ces laus étaient encore pratiqués à Agaune au VIIIe siècle. Il semble qu'elle ait duré jusqu'au IXe siècle lorsque les moines furent remplacés par les chanoines et la liturgie canoniale qui leur est propre, issue du rite romain de l'office.

Voir aussi[modifier | modifier le code]