Laurent Mignard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Laurent Mignard

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Laurent Mignard à Jazz à Juan Révélations 2005

Informations générales
Naissance 12 juin 1965 (49 ans)
Bellot, Seine-et-Marne
Instruments Trompette
Années actives depuis 1998
Influences Duke Ellington
Site officiel laurent-mignard.com

Laurent Mignard, né le 12 juin 1965 à Bellot en Seine et Marne, est un chef d'orchestre, compositeur et trompettiste de jazz français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurent Mignard a grandi dans un petit village de Seine et Marne, dans un environnement de fanfare, harmonie municipale et bal musette avec l’orchestre familial.

Il découvre le jazz à l'université (Maitrise de gestion–marketing à l’Université Paris IX Dauphine en 1985) et s’initie au jazz traditionnel avec le Fou Jazz Band de Charles Fougea (sax soprano), Jean-Baptiste Maugars (sax ténor) et François Hasdenteufel (trombone). Parallèlement à un début de carrière dans la publicité (M.A.O, Téquila), il étudie auprès de Eric Schultz, guitariste américain vivant à Paris.

En 1988, il fait le choix de la musique et suit une formation professionnelle (2 ans) à l’IACP auprès de Jean Gobinet, François Théberge, Marc Chalosse, Daniel Casimir, Tito Puente... Il perfectionne sa technique de trompette avec Robert Pichaureau, suit des master-classes auprès de David Liebman, Bill Dobbins, David Angel, François Jeanneau, et explore la plupart des styles du jazz : New-Orleans et swing avec le Fou Jazz Band, Hard Bop avec le quintet Jazz Passeport, Big Band swing avec Pier Van Domber, Big Band be bop et création avec les disciples de Roger Guérin, free jazz avec Federico Benedetti.

Passionné par Claude Debussy, Maurice Ravel, Henri Dutilleux ou Toru Takemitsu, il opère la synthèse par la confrontation d’un quatuor de violoncelles et d’un trio de jazz. L’album Face à Face sort en 1998 (label Juste une Trace) et propose une musique écrite et libre. Les critiques saluent l’entreprise[1].

En 2002, il fonde son Pocket Quartet avec lequel il compose trois albums : Suites en 1998, Alter Tropicus en 2004 et Good News en 2011. Son engagement est reconnu au Concours national de jazz de la Défense en 2002 (deuxième prix de groupe) et à Jazz à Juan Révélations 2005 (révélation instrumental).

En 2005, il fonde le Laurent Mignard Duke Orchestra et dirige cet ensemble de quinze musiciens dédié à l’interprétation de l’œuvre de Duke Ellington.

Soucieux d’élargir la base du public, Laurent Mignard intervient en tant que directeur artistique dans des actions pédagogiques (scénographe du Train du Jazz), master-classes, formations professionnelles (Institut des métiers de la musique) ou "live communication" pour l'entreprise (l’Agence Musicale). Laurent Mignard est également président de la Fédération musicale des Hauts-de-Seine, pour défendre les intérêts de la pratique musicale amateure.

Le Pocket Quartet[modifier | modifier le code]

Le Pocket Quartet est un format d’orchestre sans piano, dans la lignée de ceux d’Ornette Coleman ou Don Cherry. Après les deux premiers albums Suites et Alter Tropicus, Laurent Mignard sort en 2011 l’album Good News et met en avant les initiatives positives qui changent le monde.

Le Laurent Mignard Duke Orchestra[modifier | modifier le code]

En 2002, le festival « Jazz à Saint-Germain-des-Prés » commande à Laurent Mignard la recréation des musiques sacrées de Duke Ellington à Saint Sulpice. Onze mois plus tard, après avoir transcrit l’œuvre à l'oreille (pour big band de 15 musiciens, chœur, solistes et récitant), Laurent Mignard dirige le concert événement devant un public conquis. Le Laurent Mignard Duke Orchestra était né, et sa réputation également. Le Laurent Mignard Duke Orchestra a poursuivi son engagement avec les Suites et incarne l’œuvre de Duke Ellington sur les plus grandes scènes : Far East Suite à Beyrouth en 2004, Musiques Sacrées à Cork en 2005 et à Jazz à Vienne en 2009, Carnets de Voyages à Jazz sur son 31, New Orleans Suite avec Rhoda Scott au Méridien Jazz Festival et aux 24 heures du Swing, Festival de Radio France et Montpellier Languedoc Roussillon, Jazz sous les pommiers.

Le premier album du Laurent Mignard Duke Orchestra, "Duke Ellington is alive" sort en 2009 et reçoit le Grand prix du Hot Club de France[2].

En mars 2011 à l’Alhambra Paris, le Laurent Mignard Duke Orchestra célèbre Duke Ellington sur scène, dans un grand spectacle mixant la musique live et le video-art[3].

Le 5 juillet 2011, 50 ans après la rencontre entre Duke Ellington et Count Basie immortalisée par l’album First Time (Columbia 1961), Laurent Mignard Duke Orchestra et Michel Pastre Big Band partagent la scène du théâtre antique du festival Jazz à Vienne pour interpréter et prolonger l’expérience devant 5 000 personnes. Le concert est retransmis en direct sur France Inter[4]. Composition : Didier Desbois (as, cl), Aurélie Tropez (as, cl solo), Nicolas Montier (ts), Fred Couderc (ts, fl, cl), Philippe Chagne (bs, cl), Franck Delpeut (tp), Franck Guicherd (tp), François Biensan (tp), Richard Blanchet (tp), Jean-Louis Damant (tb), Fidel Fourneyron, Guy Arbion (btb), Philippe Milanta (p), Bruno Rousselet (cb), Julie Saury (dm), Laurent Mignard (dir).

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Good News - Laurent Mignard Pocket Quartet (Juste une trace) 2011

Laurent Mignard (pocket tp), Geoffrey Secco (ts, ss), Eric Jacot (cb), Luc Isenmann (dm)

  • Ornette - Dolphy, Tribute Consequences - Mico Nissim sextet (Cristal Records) 2010

Géraldine Laurent (as), Stéphane Guillaume (fl, cl b), Laurent Mignard (tp), Mico Nissim (p, arr), Jean Luc Ponthieux (cb), Mourad Benhammou (dm)

  • Duke Ellington is alive - Laurent Mignard Duke Orchestra (Juste une trace) 2009

Didier Desbois (as, cl), Aurelie Tropez (as, cl solo), Nicolas Montier (ts), Christophe Allemand (ts, cl), Philippe Chagne (bs, cl), Franck Delpeut (tp), Franck Guicherd (tp), François Biensan (tp), Richard Blanchet (tp), Jean-Louis Damant (tb), Guy Figlionlos (tb), Guy Arbion (btb), Philippe Milanta (p), Bruno Rousselet (cb), Julie Saury (dm), Laurent Mignard (dir), Patrick Bacqueville (voc)

  • Alter Tropicus - Laurent Mignard Pocket Quartet (Juste une trace) 2004

Laurent Mignard (pocket tp), Sylvain Rifflet (ts, b-cl, fl), Eric Jacot (cb), Sylvain Clavier (dm)

  • Suites - Laurent Mignard Pocket Quartet (Juste une trace) 2002

Laurent Mignard (pocket tp), Sylvain Rifflet (ts, b-cl, fl), Eric Jacot (cb), Sylvain Clavier (dm)

  • Face à Face - Jazz trio et quatuor de violoncelles (Juste une trace) 1998

Laurent Mignard (tp), Olivier Sens (cb), Peter Perfido (dm), Paul Broutin, Chahan Dinanian, Carlos Beyris, Jean Taverne (vc)

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]