Laurent Bado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Laurent Kilachu Bado, né le 28 août 1945 à Zoula, Burkina Faso, intellectuel, homme politique et père du « grégarisme africain »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur de Droit Constitutionnel et Sciences Politiques à l'Université de Ouagadougou, il a occupé plusieurs autres postes de responsabilité (Commissaire à la Réforme de l'administration, Chef du département de Droit Public, etc.)

Il crée en 2000, le Parti de la Renaissance Nationale (PAREN) et forme, en 2005, avec le Mouvement Populaire pour le Socialisme du docteur Emile Paré, une coalition: « l'Opposition Burkinabè Unie » (OBU), en vue de présenter un candidat unique à l'élection présidentielle de 2005. Mais le parti éclate faute d'entente sur le choix du candidat à présenter. Une vive polémique a d'ailleurs opposé le professeur Bado Laurent au docteur Emile Paré à propos d'une affaire de 30 millions de CFA que le pouvoir leur aurait remis pour créer une vraie opposition politique.

Selon Laurent Bado, le problème majeur des africains est le mimétisme. Il prône le grégarisme comme modèle de société pour l'Afrique en général et le Burkina Faso en particulier. Modèle qui offre une alternative aux systèmes capitalistes et socialistes qui ont montré leurs limites, selon lui.

Dans PAREN, le testament de Laurent Bado[2], il définit le grégarisme appliqué à l'Afrique comme la mise en place d'une économie populaire :  « La voie de l'Afrique(...)(est) bel et bien le grégarisme de la tradition qui distingue la liberté et la solidarité sans les séparer, qui unit l'individu et le groupe sans les confondre. »

Laurent Bado s'est retiré de la scène politique.

Études[modifier | modifier le code]

  • Licence en droit, Côte d'Ivoire,
  • Diplôme de l'Institut International d'Administration de Paris
  • Diplôme d'État Approfondi de Droit Public.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]