Laurent-Olivier David

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laurent-Olivier David
Image illustrative de l'article Laurent-Olivier David
Fonctions
Sénateur de Mille Isles
19 juin 190323 août 1926
Prédécesseur Louis François Rodrigue Masson
Successeur Napoléon Kemner Laflamme
Député de Montréal-Est
14 octobre 188617 juin 1890
Prédécesseur Louis-Olivier Taillon
Successeur Abolition du distrct
Biographie
Date de naissance 24 mars 1840
Lieu de naissance Montréal
Date de décès 23 août 1926 (à 86 ans)
Lieu de décès Outremont
Parti politique Parti libéral du Québec,
Parti libéral du Canada
Entourage Famille David
Profession Avocat et journaliste

Laurent-Olivier David (Montréal, 24 mars 1840 - Outremont, 23 août 1926) est un avocat, un journaliste, un homme politique et un historien canadien-français. Il est le père de l'homme politique Athanase David, le grand-père du cardiologue et sénateur Paul David et l'arrière grand-père de la député de Québec solidaire Françoise David[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Journaliste[modifier | modifier le code]

Natif de Sault-au-Récollet (Montréal) et fils de Stanislas David et d'Élisabeth Tremblay, il étudia au séminaire de Sainte-Thérèse et fit son droit au Collège Sainte-Marie de Montréal. Il est admis au barreau du Bas-Canada en 1864. Parallèlement à sa pratique du droit, qu'il exerce avec Joseph-Alfred Mousseau, il mène aussi une carrière journalistique. Il collabora au journal L'Union nationale (1864-1867), puis fonde une succession de journaux auxquels il collaborera, avec notamment Ludger Labelle, Louis-Victor Sicotte, Joseph-Adolphe Chapleau, George-Édouard Desbarats et Joseph-Alfred Mousseau : Le Colonisateur (1862-1863), L'Opinion publique (1870-1873), Le Bien public (1874-1876), et Le Courrier de Montréal (1874-1876). Il collabore également à La Tribune et au journal Le Temps.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

L.-O. David a brigué les suffrages à plusieurs reprises en tant que candidat libéral. Il fut défait en 1867, 1875 avant d'être finalement élu à l'Assemblée législative en 1885 dans Montréal-Est. Il ne se représente pas à l'élection provinciale de 1890. Sur la scène fédérale, il est défait en 1878 dans Hochelaga, en 1891 dans Montréal-Est et dans Napierville à l'occasion d'une élection partielle en 1892. En 1903, il devient le sénateur de Mille-Isles. On lui proposa d'être le lieutenant-gouverneur des Territoires du Nord-Ouest, mais il refusa.

Traducteur à la Chambre des communes du Canada de 1876 à 1878 et greffier du conseil municipal de Montréal, de 1892 à 1918, il préside la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal de 1887 à 1893. Il fonda le Monument national, fut membre de la Société royale du Canada, dont il présida la section francophone, et participa aux réunions du Club canadien.

David est l'auteur de plusieurs ouvrages historiques, concernant la rébellion des Patriotes, Charles-Michel d'Irumberry de Salaberry, Wilfrid Laurier et les hommes de son temps. En France, pays qui lui remit la Légion d'honneur en 1911, il érigea un monument en mémoire du général Montcalm.

Laurent-Olivier David apparaît comme une figure représentative du catholicisme libéral que la province de Québec a connu à la fin du XIXe siècle. Il s'insurgeait contre les attaques des orangistes envers les Canadiens français mais réprouvait presque autant les directives de son propre évêque, Ignace Bourget. Les principes qu'il défendait ont été condamnés dans l'encyclique Mirari Vos.

Il meurt à Outremont, le 23 août 1926, à l'âge de 86 ans. Il est enterré au cimetière Notre-Dame-des-Neiges.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Biographies canadiennes, 1872
  • Sir Louis-Hippolyte Lafontaine, 1872
  • Monsieur Isaac S. Desaulniers, 1883
  • Monseigneur Plessis, 1883
  • Biographies et portraits, 1876
  • Il y a cent ans, 1876
  • Le Héros de Châteauguay, 1883
  • Les Patriotes de 1837-1838, 1884
  • Mes contemporains, 1894
  • Les Deux Papineau, 1896
  • Le Clergé canadien, sa mission et son œuvre, 1896
  • Le Drapeau de Carillon, 1902
  • Laurier et son temps, 1905
  • Histoire du Canada depuis la Confédération, 1909
  • Souvenirs et biographies, 1911
  • Mélanges historiques et littéraires, 1917
  • Laurier, sa vie, ses œuvres, 1917
  • Les Gerbes canadiennes, 1921
  • Au soir de la vie, 1924


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La famille David », sur Radio-Canada.ca