Laurene Powell Jobs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Powell et Jobs.

Laurene Powell Jobs

alt=Description de l'image Laurene Powell Jobs.jpg.
Nom de naissance Laurene Powell
Naissance 6 novembre 1963 (51 ans)
New Jersey, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Pays de résidence Palo Alto, Californie, États-Unis
Diplôme
Profession
Activité principale
Cofondatrice et présidente du conseil d'administration du College Track
Membre du conseil d'administration de The Walt Disney Company
Formation
Conjoint
Steve Jobs (1955-2011)

Laurene Powell Jobs (née le 6 novembre 1963 dans le New Jersey), est la cofondatrice et présidente du conseil d'administration du College Track et veuve de Steve Jobs, cofondateur et PDG d'Apple. Le 18 novembre 2011, elle devient, à la place de son mari, l'une des plus grandes actionnaires de The Walt Disney Company, avec 138 millions d'actions, soit plus de 11 milliards de dollars.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurene Powell Jobs obtient en 1985 un Bachelor en sciences politiques et économiques de l'université de Pennsylvanie. Elle travaille dans les années 1980 dans le secteur de la banque d'investissement, notamment chez Merrill Lynch Asset Management et Goldman Sachs, puis obtient un Master of Business Administration en 1991 de l'université Stanford. Elle crée ensuite une société dans l'agroalimentaire écologique[1],[2],[3].


Elle rencontre Steve Jobs en 1989 et ils se marient le 18 mars 1991. À partir du milieu des années 1990, elle s'intéresse particulièrement à l'éducation, mais aussi à la philanthropie, au droit des femmes, au progrès social ou encore à l'immigration[2],[1]. Elle a par exemple défendu la réforme DREAM Act permettant notamment de faciliter l'accès à la citoyenneté américaine aux étudiants étrangers en situation irrégulière[4]. Elle a également créé College Track, une organisation à but non lucratif visant à aider les enfants issus de minorités à l'école[1], et est membre ou a été membre du conseil d'administration de diverses fondations et organismes à but non lucratif comme Teach For America, NewSchools Venture Fund ou New America Foundation[5].

En 2010, elle est nommée conseillère pour les questions communautaires de la Maison-Blanche (White House Council for Community Solutions) sous la présidence de Barack Obama[5].

Le magazine Forbes la classe en septembre 2012 28e au classement Forbes 400, 49e femme la plus puissante du monde et dans le top 100 des personnalités les plus riches du monde [3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Geoffrey A. Fowler et Jessica E. Leurene, « Jobs's Wife Backs Education Causes », The Wall Street Journal,‎ 9 octobre 2011 (lire en ligne)
  2. a et b (en) Brandon Bailey, « Laurene Powell Jobs helps change lives, too », San Jose Mercury News,‎ 10 juin 2011 (lire en ligne)
  3. a et b (en) « Laurene Powell Jobs & family », Forbes (magazine) (consulté le 13 novembre 2012)
  4. (en) « Stanford Board of Trustees elects Laurene Powell Jobs to five-year term », université Stanford,‎ 5 septembre 2012 (consulté le 13 novembre 2012)
  5. a et b (en) « President Obama Announces Members of the White House Council for Community Solutions », organe de presse de la Maison-Blanche,‎ 14 décembre 2010 (consulté le 13 novembre 2012)