Laurence Stallings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laurence Stallings en 1918

Laurence Tucker Stallings est un écrivain, dramaturge, scénariste et photographe américain, né le 25 novembre 1894 à Macon (Géorgie) et mort le 28 février 1968 à Pacific Palisades, (Californie).

Il est l'auteur de pièces de théâtre (What Price Glory, écrite en collaboration avec Maxwell Anderson), de romans et d’un livre de photographies sur la Première Guerre mondiale. Il a écrit des scénarios, notamment pour King Vidor et John Ford.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurence Stallings avec, au centre, Raoul Walsh

Son père est un employé de banque, sa mère, femme au foyer, lui communique son gout pour la lecture. En 1912, il entre à l'Université Wake Forest en Caroline du Nord et devient le rédacteur en chef du magazine littéraire de l'université. Diplômé en 1916, il obtient un emploi de rédacteur d’annonces publicitaires pour le bureau de recrutement militaire local et, en 1917, il s'engage lui-même dans l'armée. Affecté au service actif, il participe aux combats en France et, en juin 1918, il est grièvement blessé à la jambe pendant la bataille du bois Belleau. Il suit une longue convalescence mais doit être amputé en 1922[1]. Le 8 mars 1919, il épouse Helen Poteat, rencontrée à l'Université (le père d'Helen en était le président et le frère, l'un des professeurs de Stallings). Ils ont deux filles, Sylvia (née en 1926) et Diana (née en 1931). Le couple divorce en 1936, il se remarie l'année suivante avec Louise St. Leger Vance, sa secrétaire, avec laquelle il a deux autres enfants : Laurence Jr. (né en 1939) et Sally (née en 1941). Rappelé au service de l'US Marine Corps durant la Seconde Guerre mondiale comme lieutenant-colonel, il n'est pas affecté outre-mer. Il meurt d'une crise cardiaque en 1968 et est enterré avec les honneurs militaires au Cimetière National de Fort Rosecrans à Point Loma, près de San Diego.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il travaille d’abord comme journaliste et critique, et rencontre le dramaturge Maxwell Anderson dont il a apprécié la première pièce, White Desert (1923). Tous deux collaborent à l'écriture de What Price Glory (1924) qui, dénonçant l‘absurdité de la guerre, remporte un grand succès. Leur collaboration se poursuit en 1925 avec First Flight et Outside Looking In. Seul, il adapte ensuite pour la scène un roman d'Ernest Hemingway, L'Adieu aux armes (1930), et coécrit le livret des comédies musicales Rainbow avec Oscar Hammerstein (1928) et Virginia avec Owen Davis (1937). Son récit autobiographique, Plumes, a été publié avec succès en 1924, récit dont le réalisateur King Vidor s'inspire pour son film La Grande Parade (1925), tandis que What Price Glory est adapté à l'écran en 1928 par Raoul Walsh (John Ford en tournera un remake en 1952). Il écrit ou coécrit des scénarios, notamment : Le Grand Passage de King Vidor (1940), La Charge héroïque de John Ford (1949), et publie plusieurs ouvrages, dont The First World War : A Photographic History (1933), recueil de photographies sur la guerre de 1914-1918. Sa dernière publication, The Doughboys : l'histoire de l'AEF, 1917-1918 (1963) explore en partie le racisme et la discrimination auxquels étaient confrontés les soldats noirs pendant la guerre.

Livres[modifier | modifier le code]

  • 1924 : Plumes
  • 1933 : The First World War : A Photographic History
  • 1963 : The Doughboys : l'histoire de l'AEF, 1917-1918

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1924 : What Price Glory, collaboration avec Maxwell Anderson - Plymouth Theatre, New York
  • 1925 : First Flight, collaboration avec Maxwell Anderson - Plymouth Theatre, New York
  • 1925 : The Buccaneer, collaboration avec Maxwell Anderson - Plymouth Theatre, New York
  • 1926 : Deep River - Imperial Theatre, New York
  • 1928 : Rainbow (comédie musicale), collaboration avec Oscar Hammerstein (livret), musique de Vincent Youmans - Gallo Theatre, New York
  • 1930 : L'Adieu aux armes, adaptation du roman d'Ernest Hemingway - National Theatre, New York
  • 1931 : Eldorado, collaboration avec George S. Kaufman - New Haven
  • 1937 : Virginia (comédie musicale), collaboration avec Owen Davis (livret) - Center Theatre, New York
  • 1944 : The Streets Are Guarded - Miller's Theatre, New York

Filmographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph McBride, A la recherche de John Ford, traduction de Jean-Pierre Coursodon, Institut Lumière/Actes Sud, 2007

Lien externe[modifier | modifier le code]