Laudun-l'Ardoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laudun-l'Ardoise
Vue sur Laudun.
Vue sur Laudun.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Roquemaure
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Gard rhodanien
Maire
Mandat
Patrice Prat
2008-2014
Code postal 30290
Code commune 30141
Démographie
Population
municipale
5 851 hab. (2011)
Densité 171 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 06′ 21″ N 4° 39′ 30″ E / 44.1058, 4.6583 ()44° 06′ 21″ Nord 4° 39′ 30″ Est / 44.1058, 4.6583 ()  
Altitude Min. 26 m – Max. 274 m
Superficie 34,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Laudun-l'Ardoise

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Laudun-l'Ardoise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laudun-l'Ardoise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laudun-l'Ardoise
Liens
Site web http://www.laudunlardoise.fr/

Laudun-l'Ardoise est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, qui atteint les bords du Rhône (à L'Ardoise), s'étale jusqu'au « plateau du Camp de César » d'où l'on dispose d'une vue imprenable sur les deux villages de Laudun et de L'Ardoise, ainsi que sur le Rhône et plus loin encore, sur le Mont Ventoux.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville ancienne se situait sur le « plateau du Camp de César » qui domine la ville nouvelle. L'histoire de Laudun commence après l'abandon de l'oppidum à la fin du VIe siècle ap. J.-C. Les premiers vestiges du Moyen Age (XIe ‑ XIIe siècles) se découvrent sur la colline Sainte-Foy où demeurent des pans de murs du château féodal.

Laudun, ancien vicus gallo-romain, faisait partie de la viguerie de Bagnols et du diocèse d'Uzès, doyenné de Bagnols.

  • C'était, au Moyen Âge, une des petites villes les plus considérables que le diocèse d'Uzès possédât sur les bords du Rhône.
  • À une époque où la sénéchaussée était appauvrie et dépeuplée par toutes sortes de fléaux, en 1384, on y comptait encore 52 feux, en 1789 on en compte 428.( voir dans feux le nombre de maisons )
  • Le plateau dit de Saint-Pierre de Castres, qu'on croit avoir été l'emplacement d'un ancien camp romain, est situé en partie dans la commune de Laudun et en partie dans celle de Tresques.
  • On y a trouvé de tout temps, en assez grande quantité, des inscriptions, des armures, des ustensiles, etc.
  • Un seigneur de Laudun, François, échanson du Dauphin qui devint plus tard Louis XI, reçut en 1437 le roi Charles VII de France dans son château de Laudun.
  • Vers la fin du XVIe siècle, cette seigneurie est passée par mariage à la maison de Joyeuse.
  • Le prieur de Notre-Dame-la-Neuve, dont l'église sert aujourd'hui de paroisse à Laudun, était uni, avant 1790 aux Célestins d'Avignon.
  • L'évêque d'Uzès n'avait droit de collation que pour la vicairie de Notre-Dame et pour le prieuré de Saint-Geniès hors de Laudun, devenu son annexe.

Le bourg s'est ensuite développé vers la plaine avec une deuxième série de fortifications contre lesquelles s'éleva l'église gothique Notre-Dame-la-Neuve (première moitié du XIVe siècle).

Laudun, riche commune, était une possession des seigneurs de Laudun. Des moulins installés le long de la Tave témoignent de l'activité économique liée à cette petite rivière. Toutefois, le bourg a tiré essentiellement sa richesse et sa renommée de la culture de la vigne.

Le XVIe siècle est marqué par l'édification de demeures aux intéressantes façades de style Renaissance. Au XVIIe siècle, la confrérie des Pénitents blancs fait construire sur la colline Sainte-Foy une chapelle qui domine le bourg.

Avant le décret du 1er février 2001, la commune s'appelait Laudun.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Laudun-l'Ardoise
Blason de Laudun-l'Ardoise Blason D'azur au sautoir (alias : sautoir alésé) d'or, au lambel de gueules brochant en chef.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Paul Borne    
1947 1953 Fernand Astier    
1953 1964 René Belmas    
1964 1983 Pierre Héraud    
mars 1983 1989 Francis Roman    
mars 1989 1995 Christian Prade    
juin 1995 en cours Patrice Prat PS puis PRG puis MDC puis PS
puis DVG puis PS
Conseiller en assurance
Conseiller général du canton de Roquemaure (2004-2012)
Député de la 3e circonscription du Gard depuis 2012
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 851 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 000 1 843 2 067 2 193 2 260 2 221 2 226 2 343 2 394
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 289 2 370 2 338 2 187 2 119 2 213 1 992 1 959 1 866
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 815 1 744 1 725 1 563 1 613 1 388 1 417 1 571 1 709
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 820 3 968 3 664 3 759 4 408 5 127 5 361 5 388 5 851
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Outre l'apanage touristique avec le Camp de César sur les hauteurs de Laudun, militaire avec le 1er régiment étranger de génie basé à l'Ardoise, ou encore viticole avec son Vignoble classé « Côtes-du-Rhône villages AOC », la commune de Laudun-l'Ardoise dispose d'une sphère industrielle et fluviale majeure essentiellement concentrée sur la zone industrielle de l'Ardoise qui compte actuellement plus de 3 000 employés.

L'Ardoise est depuis les années 1950 un bastion de l'industrie et notamment de l'industrie sidérurgique. Il a d'ailleurs été marqué en 2004 par la fermeture de ce qui fut des années durant le fleuron de l'économie locale et plus largement du Gard rhodanien, le site du Groupe Arcelor anciennement connu sous le nom d'« Ugine Aciers ». Cette usine a été l'un des premiers établissements industriels majeurs à avoir vu le jour dans le Gard. Plusieurs fois réorienté dans sa production sidérurgique, ce site est marqué par l'évolution des techniques de production, mais également par les évolutions sociales et salariales du XXe siècle. De son plein essor à sa fermeture, cet établissement qui a recruté près de 3 000 personnes est un véritable symbole industriel français marqué par une lutte ouvrière accrue jusque dans les années 1990 et par un effondrement progressif de son activité à partir des années 1970. Démantelé depuis 2011, un musée retraçant l'histoire de l'usine se tient actuellement sur le site.

En ce qui concerne Port l'Ardoise, il est à la fois un port fluvial industriel, mais également un port fluvial de plaisance qui dans son ensemble est géré par la Chambre de commerce et d'industrie de Nîmes-Bagnols-Uzès-Le Vigan.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Camp de César[modifier | modifier le code]

Le camp de César.
Article détaillé : Camp de César (Laudun).

Aqueduc de Balouvière[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aqueduc de Balouvière.

Ce monument qui rappelle dans son architecture celle du Pont du Gard, a été construit en 1870 pour l'alimentation du village de Laudun en eau de source. Le captage, situé au nord du Camp-de-César, dans la combe de Roubaud, parvenait jusqu'au village à travers un petit aqueduc souterrain, dont certaines parties sont encore visibles. L'eau passant ensuite sur l'aqueduc de Balouvière aboutissait dans un vaste réservoir situé sur la colline de Sainte-Foy. L'eau alimentait ainsi les fontaines et les abreuvoirs du village. L'édifice d'une longueur de 76 m, est construit en calcaire et en briques. Il présente à sa base une arche unique, enjambant le ruisseau de Balouvière. Une série de 5 arches de taille moyenne compose le premier niveau, tandis qu'un ensemble de 18 petites arches marque le deuxième niveau. La canalisation recouverte de dalles est disposée sur cette dernière. L'aqueduc semble avoir fonctionné jusqu'au milieu du XXe siècle.

Église Notre Dame la Neuve[modifier | modifier le code]

Construite au XIVe siècle de type gothique méridional. Succédant à l'église romane Saint-Geniès, cet édifice possède les principales caractéristiques du style gothique méridional, à savoir une nef unique flanquée de trois chapelles latérales se terminant par un chœur plus étroit. La vision du monument présente un aspect massif qui lui confère également un rôle défensif, vis-à-vis des remparts du bourg médiéval.

La construction de l'église paroissiale Notre-Dame-La-Neuve fut achevée vers 1352, après quelques années de travaux. La voûte de la nef a été remplacée une première fois par une charpente durant la première moitié du XVIIIe siècle, et finalement en 1965 par une charpente métallique après un violent incendie causé par la foudre. Malgré l'absence de voûtes, le volume du vaisseau central qui se divise en six travées laisse une vaste perspective.

Le monument s'étage sur trois niveaux. La face sud (niveau inférieur), composée de grandes fenêtres rythmées par de puissants contreforts et dégagée de toute construction, permet d'admirer l'édifice dans son ensemble. La tour-clocher, qui s'appuie à l'angle sud-est de l'église a servi de tour de défense (présence de meurtrières), tout comme le chevet polygonal à l'est qui présente encore sur un des contreforts les traces d'une petite échauguette.

Le grand portail, actuellement entrée unique de l'église, présente une série de voussures retombant sur de fines colonnettes ornées de chapiteaux feuillagés. Le linteau sur la porte d'entrée conserve les traces d'une litre funéraire, peinture placée sur le pourtour de l'église après la mort d'un seigneur.

Château de Lascours[modifier | modifier le code]

Dans la vallée de la Tave à la croisée d'anciens chemins, ce château est probablement d'origine carolingienne. Reposant sur des pilotis, il est le seul dans le département du Gard à être entouré de douves en eau vive. Durant la période médiévale, la bâtisse est la résidence secondaire des seigneurs de Laudun. Il fut la propriété des ducs de Joyeuse, de Guise et des marquis de Brancas. La tradition rapporte que la jeune reine de France, Marie Stuart, y serait venue rendre visite à son cousin de Laudun.

Le cardinal François de Joyeuse, archevêque de Narbonne, grand ami d'Henri IV et parrain de Louis XIII, le fit entièrement réaménager et fit réaliser notamment la salle des États Généraux du Languedoc. Gabrielle de Brancas, la "Dame à la Rose", empoisonnée dit-on par son mari avec une fleur saupoudrée d'arsenic, hante les soixante pièces du château. "Musique à Lascours", crée en 1982 par Jacqueline Gurnari, investissait il y a quelques années encore les vastes espaces de la grande demeure qu'elle avait restauré.

Château de Bord[modifier | modifier le code]

Dominant la plaine de la Tave au sommet d'une petite colline détachée du plateau de Lacau, le château de Bord ne présente plus que quelques traces de ce qui devait être un édifice défensif. En 1211, le roi Philippe Auguste reconnaît les droits de l'évêque d'Uzès sur le château, qui avait dû être construit entre le XIe et le XIIe siècle. Le monument fut en partie détruit par les protestants au cours des guerres de religions.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :